Les Églises Chrétiennes de Dieu

[268]

 

 

 

Les Guerres Unitaires/Trinitaires [268]

 

(Édition 2.0 19980918-20000115-20040709)

 

Quand Constantin est arrivé au pouvoir, il a essayé d'unifier l'Empire romain sous un système. Il a cherché à le faire par le Christianisme. Ce qu'il n'a pas compris, c'est que la faction romaine n'était pas la faction dominante et que les doctrines de l'église étaient devenues embrouillées de celles de l'Église originale. Cette confusion a mené à une série de guerres entre deux factions qui avaient toutes les deux des erreurs doctrinales. Le résultat final de cette erreur doctrinale et de ce désir de domination politique par la religion a été la guerre et la persécution continuelle pendant mille sept cents ans. L'erreur et le conflit produiront en fin de compte la ruine totale de la planète. 

 

    

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

 

(Copyright © 1998, 2000, 2004 Wade Cox)

(Tr. 2003, 2007, 2008, rév. 2013)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

 

    

 Les Guerres Unitaires/Trinitaires [268]

 

La Querelle Athanasienne/Arienne depuis Nicée

Après le Décret de Tolérance de Milan en 314, l'empereur Constantin a cherché à utiliser le Christianisme pour des buts politiques. Il a initialement soutenu la faction romaine, qui en est venue à adopter les doctrines d'Athanasius et, plus tard, celles des Cappadociens. La position doctrinale de l'Église était devenue embrouillée par les factions Gnostiques, sous l'influence des cultes du mystère. Constantin a soutenu la faction Athanasienne en supposant erronément que, parce qu'elle était dominante à Rome, elle était la secte principale, mais la déposition d'Arius au Synode bondé d'Alexandrie a conduit en fin de compte à la guerre avec son coempereur, Licinius, et aux troubles de 322-323 EC (ère courante).

 

Après avoir vaincu Licinius et s'être établi comme le seul Empereur, il a convoqué le Concile de Nicée en 325 EC pour consolider la position Athanasienne (postérieurement Catholique). Le credo attribué au Concile de Nicée est mentionné comme le Credo de Nicée, mais ses décrets ont été, en fait, amplifiés au Concile de Constantinople en 381. Le Synode de Chalcédoine en 451 se réfère au Credo du Concile de Constantinople en 381, mais dans un effort de donner une fausse représentation de continuité, le Concile de Nicée est mentionné par le Christianisme Trinitaire. En 318, Constantin avait ordonné la conférence entre l'évêque de Rome et les desposyni, les évêques qui étaient de la famille de Jésus Christ. L'Église romaine a répliqué en ordonnant leur extermination (voir ci-dessous et l'étude La Vierge Mariam et la Famille de Jésus Christ (No. 232)).

 

Les Canons du Concile de Nicée ont été perdus. On a postérieurement établi qu'il y en avait seulement 20, ce qui a commencé l'introduction d'aberrations telles que : les lois domiciliaires pour le clergé vivant avec des femmes, c'est-à-dire le célibat ; la persécution par l'imposition de pénitence aux Unitaires (incorrectement appelés Ariens) et à ceux qui ont soutenu Licinius ; l'établissement du système diocésain et son autorité sur les prêtres et la prohibition pour le clergé de prêter à intérêt ; et l'introduction des prières debout lors du culte du dimanche et pendant la "Saison Pascale" (qui était, en fait, l'introduction des Pâques - Easter au lieu de la Pâque). Le Credo, reconstruit à partir même de Constantinople, introduit le concept du Binitarisme essentiel pour la formulation de la Trinité et introduit l'aberration que Christ était le "seul engendré du Père" et enlève ainsi la promesse des élus, comme fils engendrés de Dieu. Athanase dit (dans Ad Afros) qu'il y avait 318 évêques présents. Arius a souvent été convoqué au Concile, qui a commencé probablement le 20 mai 325 EC sous l'Athanasien, Hosius de Cordoue. Constantin s'est joint au Concile le 14 juin. Pour obtenir l'accord, Constantin a été accompagné d'une cohorte de troupes romaines et il a arrêté un certain nombre d'évêques et banni Arius, Theonas de Marmarica et Secundus de Ptolemais à Illyrie. Les écrits d'Arius ont été ensuite brûlés et tous les trois ont été anathématisés. Le reste a accepté le symbole du Credo le 19 juin. Le Concile a pris fin le 25 août par une 'fête' donnée par Constantin avec des cadeaux aux évêques.

 

Trois mois après le Concile, Eusèbe de Nicomédie et Théognis de Nicée, qui ont été forcés de signer le Credo sous la contrainte, ont été bannis pour s'être rétractés et Théodose de Laodicée, qui a aussi signé sous la contrainte et s'est rétracté, a abjuré plutôt que de se joindre à eux.

 

En 328 EC, Constantin s'est rendu compte que les Athanasiens n'étaient pas la secte majoritaire et qu'ils étaient une source de division et de persécution dans l'Empire. Il a rappelé les cinq leaders Unitaires (il est suggéré suite à l'insistance de Constancia, la veuve de Licinius. Cependant, il est plus probable qu'elle était simplement une Unitaire importante de la faction Eusébienne ou Arienne). Le problème avec le système Unitaire Chrétien était qu'il suivait les principes de la Bible et qu'il n’était pas concerné par le contrôle des nations. Chaque nation était séparée et soumise à ses propres chefs et le système religieux de cette nation était entre eux et Dieu. Quand la nation obéissait à Dieu, elle était bénie. L'empire était concerné par la domination mondiale et les convertis à l'église à Rome étaient aussi imprégnés de cette mentalité. Ils ont donc courtisé une organisation qui voulait la domination mondiale et ne tolérerait aucune opposition à ce modèle. En conséquence, le système de l'Église romaine a adapté le système païen des cultes du soleil et des Aryens au Christianisme, de sorte qu'aucune personne qui croit à la Bible ne peut suivre les deux systèmes. C'est le cœur du problème. C'est pourquoi ils doivent corrompre les textes de la Bible dans les versets clefs et ce, même à ce jour, et détruire l'opposition instruite, comme dans l'Holocauste.

 

Constantin n'a jamais été baptisé en tant que Chrétien Athanasien ; en fait, il est seulement devenu un Chrétien à la fin de sa vie, étant baptisé en tant qu’Unitaire par Eusèbe de Nicomédie, un parent de Julien, qu'il avait en haute estime en 329 EC. Il n'y avait pas de Catholique Romain ou d'Église Catholique Romaine à cette époque-là, car tous étaient catholiques signifiant universels en référence à l'église. Les Unitaires étaient la faction la plus vieille avec les doctrines originales de l'église apostolique et ce fait ne devrait jamais être oublié. Les Pères Anté-Nicéens (ANF) étaient tous Unitaires pendant des siècles (voir l'étude La Première Théologie de la Divinité (No. 127)). Les Binitaires étaient une nouvelle faction qui avait une nouvelle doctrine développée et basée sur la théologie païenne du Dieu Tripartite, qui est venue de l'adoration d'Attis à Rome et d'Adonis parmi les Grecs. Les Trinitaires et le Trinitarisme n'ont pas vu le jour avant 381. Constantin II et Constantinus étaient aussi des Unitaires nommés "Ariens" ou "Eusébiens" par ces Trinitaires postérieurs. Les Athanasiens appelaient ces groupes des Ariens, mais Eusébius le nie. Cela semble avoir été un stratagème des Athanasiens pour associer la faction à propos de laquelle ils parlaient à Arius pour diminuer le plein pouvoir et l'importance de la secte, qui était plus vieille et plus grande que les Athanasiens.

 

S'il est vrai que la secte croyait que Christ a créé l'Esprit Saint, elle est en effet dans l'erreur, mais ce n'est pas évident à partir d’aucun de leurs écrits. Les Goths sont peut être tombés dans cette erreur. À une date ultérieure, cela a aboutit à la formulation syncrétique par la faction Catholique romaine de la clause Filioque à Toledo parmi les Visigoths.

 

Si la discussion Athanasienne/Arienne avait été correctement comprise et réglée à ce moment-là, le Christianisme aurait pris une direction manifestement différente avec une structure philosophique beaucoup plus logique. Les sciences humaines et la paléoanthropologie auraient été mieux comprises et probablement plus paisiblement avancées, évitant de la sorte l'âge sombre ainsi que l'Inquisition. Examinons la discussion.

 

Les protagonistes étaient Alexandre et Athanase, les évêques d'Alexandrie de 312-328 et 328-373, respectivement pour les Athanasiens ; et Arius (256-336), Asterius, le Sophiste (m. environ 341) et Eusèbe de Nicomédie (m. environ 342), pour les Ariens ou Eusébiens.

 

Malheureusement, avec la défaite des Ariens en Espagne, l'histoire a été écrite par les Athanasiens et un reportage compréhensif, précis et impartial est pratiquement impossible. Cependant, Robert C. Gregg et Dennis E. Groh ont écrit une œuvre utile intitulée Early Arianism: A View of Salvation (Premier Arianisme : une Vue du Salut) (Fortress Press, Philadelphie, 1981). À partir de cette œuvre, nous pouvons établir une partie de la métaphysique et il deviendra évident que les deux factions avaient tort.

 

Les reconstructions du Thalia d'Arius sont basées sur les écrits de leurs adversaires et par conséquent, étaient faussement simplistes. L'argument, comme les Athanasiens l'ont vu, tourne autour de la chose suivante :

Pour l'orthodoxie, le salut est effectué par l'identité essentielle du Fils avec le Père : ce qui lie Dieu et Christ à la création, c’est l’incarnation de la nature divine. Pour l'Arianisme, le salut est effectué par l'identité du Fils avec les créatures : ce qui lie Christ et les créatures à Dieu, c’est la conformité de volonté (Gregg et Groh, p. 8).

 

En acceptant la définition biologique de fils, les Athanasiens ont développé une liaison ontologique entre le Fils et Dieu, qui a permis à Christ d'être le Logos et la Sagesse de Dieu et qui a rempli le Fils de l'omniscience divine (ibid., Ep. 9).

 

Au Concile, il est évident que l'Unitarisme était une force majeure. Ils ont vraiment été convertis seulement par les conquêtes des Francs saliens qui ont systématiquement étouffé le débat. Ceux-ci "ont converti" sur une base progressive, par la force et par l'intérêt personnel de leurs leaders, les Goths, les Vandales, les Hérules, les Burgondes et les Lombards et des groupes vaguement définis comme les Teutons. Les Britanniques ont été convertis selon l'accord de Whitby en 664 EC, les Anglo-Saxons menaçant d'utiliser la force, après leur propre conversion en 597 (voir Stephen Neill, Anglicanism (Anglicanisme), Pélican, Londres, 1965).

 

La controverse a été vue en termes simples par ces tribus, telle qu'exposée par un des rois Ariens, Gundobald de Bourgogne, qui a refusé d'adorer trois Dieux (Encyc. of Religion and Ethics (Encyc. des Religions et de l'Éthique (ERE), Vol. 1, p. 782). Cette définition essentielle était à la racine de la question et le rejet des laïcs a tellement fait pression sur la faction athanasienne qu'ils ont été forcés de modifier les notions de la Divinité. Foakes-Jackson a admis l'erreur de ses notions antérieures (exprimé dans Cambridge Theological Essays (Essais Théologiques de Cambridge), p. 500) de l'infériorité de la Théologie Arienne des Barbares. Il a affirmé plus tard que l'Arianisme des Visigoths, des Lombards, des Vandales, etc. n'était rien de plus qu'une phase dans la lutte ecclésiastique entre les conceptions teutoniques et romaines du Christianisme (ibid., p. 783). C'est un facteur principal incorrectement examiné. Les origines des Teutons au Moyen-Orient, particulièrement après la chute de l'Empire Parthe, n'ont pas été correctement explorées ou expliquées par les historiens, à cause du parti pris Trinitaire des écoles d'enseignement supérieur.

 

Ce qui ressort de l'examen de la Discussion Arienne-Athanasienne, c'est que l'église était maintenant constituée de deux factions qui étaient amèrement opposées et engagées dans l'intrigue politique et qui persécutaient l'autre. Grâce à leur enrôlement du pouvoir des Francs saliens, les Athanasiens, qui étaient centrés à Rome, ont été les vainqueurs à long terme, politiquement et militairement. Les deux sectes avaient, en fait, nié leur foi pour la soif du pouvoir. La séquence de la lutte et le mouvement des tribus impliquées sont importants pour une compréhension de la nature et des attitudes des peuples impliqués.

 

L'Unitarisme, les Tribus Teutoniques et les Goths

Face au dilemme d'être une religion officielle de l'état et de continuer l'exercice du pouvoir civil et militaire, contrairement à l'instruction de Christ, la doctrine a dû être promulguée et la première analyse biblique complète que nous avons de l'utilisation de la force militaire se trouve dans les écrits d'Augustin, un penseur nord-africain, qui a été baptisé en tant que Chrétien et été instruit en punique, une variante de l'hébreu, aussi bien qu'en latin. De 373 à 383 EC, il était un Manichéen et un philosophe Platoniste, ayant une concubine qui lui a donné un fils en 372 EC. Il a été rebaptisé en tant qu’Athanasien en 387. Ambroise de Milan, avec Théodose, avait gagné le contrôle de l'Église romaine pour la faction athanasienne (381 EC) et sa participation avec Augustin a contribué à l'adoption postérieure de ce credo, ce qui, à ce moment-là, était pour lui un parti prudent.

 

Les disputes athanasiennes/ariennes ont mené à une persécution amère par les Athanasiens et, beaucoup plus tard, par les Ariens. Les Goths et les Vandales étaient des prétendus "Ariens" (la Bible Gothique date de 351). Les disputes ont surgi encore plus tard, quand l'Impératrice Placidia a envoyé les Goths, aidés par les Vandales, pour s'opposer à la révolte du Comte Boniface en Afrique, en 427. Ils étaient accompagnés par Maximinus, un Évêque Unitaire (nommé Arien). Augustin a dû publiquement défendre la secte athanasienne en 428.

 

Vers 330 EC, Constantin a accordé à la sous-tribu Est-allemande des Vandales (ou Silingi) des terres en Pannonie, sur la rive droite du Danube. En 166-181, ils avaient vécu en Silésie et avaient lutté contre Aurélien en 271, mais ils avaient été contenus au milieu du cours du Danube. Les soi-disant tribus germaniques incluaient les Vandales, les Alains, les Sarmates, les Suèves et les Alamans à l'Est et les Francs (ou les Français), les Burgondes, qui, en fait, n'étaient peut-être pas des Allemands et les Lombards ou Longobards à l'Ouest. Parsons, Remnant of Japeth (le Reste de Japeth) (1767) dit que Procopius aurait déclaré que les Alains étaient des Goths, tout comme les Sauromatae (Sarmates) et les Mélanchlaines et que les Vandales ont une communauté d'origine avec les Ostrogoths (p. 73).

 

Les Lombards ressemblaient davantage aux Anglo-Saxons qu'aux Allemands dans la manière de se vêtir et dans leur comportement et ils semblent être reliés aux Anglo-Saxons comme une sous-tribu. Ils ont occupé le territoire de l'Autriche à l'Italie Centrale et se sont mêlés avec les tribus celtiques et les Ostrogoths, qui ont aussi occupé ce qui est maintenant la Croatie et les régions voisines. Les Burgondes (443 EC) devaient finalement se retrouver dans les Cantons Occidentaux de la Suisse, en s'établissant des deux côtés du Jura, autour du lac Léman, dans le Valais et sur les rives du Rhône et de la Saône (Historians History (Histoire d'Historiens), Vol. XVI, p. 534 et suiv.). La plus grande partie s'est intégrée dans la France moderne et certains dans le Nord de l'Italie. Le premier Empire Burgonde a pris fin en 534 EC, dû en grande partie aux querelles de famille et aux vices de ses princes (ibid., p. 535). L'Empire Ostrogoth a pris fin à la même époque, après la perte de cinq rois successifs, tant à la guerre que dans le pays. Thibert, le Roi des Francs, a profité de leur faiblesse et a récupéré la Rétie en 536 EC. À partir de ce moment-là, il a contrôlé toute la Rétie et la Helvétie, la région appelée la Suisse (ibid.).

 

Les Alemans s'étaient installés dans la partie nordique de la Suisse, en Alsatie et en Baden-Wurtemburg et s'étaient superposés aux peuples indigènes gallo-celtiques, qui étaient venus de la même région autour de la Mer Noire, en haut du Danube. Les Francs, qui avaient soumis les Alemans, ont fait de même aux Cimbres, aux Gaulois et aux Celtes dans ce qui est maintenant le Nord de la France. Les Lombards avaient succédé aux Ostrogoths à la domination en Italie, mais, étant peu nombreux après l'établissement du royaume du Nord, dont la capitale était Pavia, et le Duché de Benevento au sud, ils ont été défaits par les Francs en 774. Le Duché du Sud a maintenu son indépendance pendant environ deux autres siècles (ibid., vol. IX, p. 18). Les Saxons ont été séparés de la Scandinavie et forcés dans l'union allemande par Charlemagne (768-814), comme les Frisons. Il vaut la peine de noter que bien que la Suisse était sous la domination des Francs Catholiques, sous Clotaire II et son fils Dagobert, qui lui a succédé en 628, il était normal pour les Évêques de se marier, tout comme le clergé et les laïcs qui les élisaient. Ils étaient ensuite confirmés par le roi (ibid., p. 535). Ainsi, même à cette période tardive, le monachisme et le célibat étaient rejetés par de grandes régions de l'Europe Chrétienne.

 

L'Empereur Valens (364-378) a joué un rôle-clé dans la conversion des Vandales au Christianisme Unitaire (appelé Arien). Bien qu'ils aient accepté le Christianisme, ils ne sont pas devenus pacifiés, parce que les nouveaux décrets de Constantin avaient établi la religion comme une puissance militaire. Les Goths étaient devenus Chrétiens longtemps avant cela, apparemment grâce à des Chrétiens dans la tribu et des fugitifs.

 

L'Église Unitaire observant le Sabbat a continué parmi les tribus et les peuples de la France, du Nord de l'Italie et d'Europe, en général, pour une série de raisons. La première raison était qu'après le Concile de Nicée en 325 EC, l'Empereur Constantin a favorisé les Athanasiens, qui sont devenus, plus tard, l'Église Catholique romaine à partir de 381 EC. Il avait ordonné la conférence des Desposyni, qui sont venus à Rome en 318 EC pour s'entretenir avec l'évêque de Rome. Les parents de sang de Christ ont exigé la réintroduction de la Loi, ce qui incluait le Sabbat et le système des Jours Saints de Fêtes et les Nouvelles Lunes de la Bible. Ils voulaient que Jérusalem soit le centre de la dîme. L'évêque ou le pape (tous les évêques des principaux évêchés étaient appelés papes initialement, quand le terme a été introduit à partir des cultes), avec la machine romaine, a alors ordonné qu'ils soient exterminés. Cette campagne d'extermination a été entreprise contre la famille immédiate de Christ à partir de 318 (voir l'étude La Vierge Mariam et la Famille de Jésus Christ (No. 232)).

 

Cependant, la faction Unitaire, avec Eusèbe en tant que son porte-parole, a regagné les bonnes grâces, environ deux ans après le Concile de Nicée, vers 327. La doctrine en est alors venue a être appelée l'Arianisme, mais Arius était seulement un prêtre et il n'était même pas au Concile de Nicée. Cependant, il y a souvent été convoqué en tant que son logicien. Les doctrines attribuées au soi-disant Arianisme, à savoir celle de la création de l'Esprit Saint par Christ, ne sont justifiées par aucun écrit d'Arius ou de la faction (voir l'étude Le Socinianisme, l'Arianisme et l'Unitarisme (No. 185)).

 

L'empereur Constantin a été baptisé en tant qu’Unitaire par Eusèbe sur son lit de mort. Il avait réuni l'empire sous lui, étant l'unique empereur, et avait déplacé le siège de l'empire à Constantinople en 331. Il est mort en 337. Ses trois fils, Constantin II, Constance II et Constans, ont contesté la succession. Constantin II a été tué à la bataille d'Aquileia, en luttant contre son frère Constans, en 340. L'empire s'est alors divisé de nouveau en deux à partir de 340, avec Constans, comme l'Empereur à l'Occident, et Constance II à l'Orient.

 

En 360, les Huns ont envahi l'Europe et envahi la région qui est maintenant la Russie en 376. En 361, Julien l'apostat a essayé de rétablir des doctrines païennes ou le soi-disant paganisme dans l'Empire romain, mais il a échoué.

 

Les Huns venaient de la Horde Scythique postérieure. Ils ont ravagé l'Asie Mineure après la mort de Théodose, en 395. En même temps, les Visigoths, sous Alaric, avaient émergé en Mœsie et à Thrace. Alaric est devenu le Gouverneur d'Illyricum Oriental en 398 (voir H.H., Vol. VII, p. 6). Au 9ème siècle, les Huns étaient entrés en Europe par le Danube tandis que les Slaves pressaient au Nord (ibid., p. xvii). Certains de ces peuples se sont intégrés aux Persiens Germanii en Europe, comme une agrégation de la race aryenne plus grande. Ensemble avec les Goths, une autre tribu 'aryenne' (peut-être dérivée d'un amalgame incluant le Guti biblique), ils contenaient la plupart des tribus européennes de dérivation mésopotamienne.

 

La horde scythique n'était pas une nation, mais elle contenait plutôt des éléments de diverses tribus. La composition des nations scythiques est un sujet séparé. Etzal (ou Attila) a consolidé ces nations en guerre au début du 5ème siècle. Il a occupé la rive gauche du Danube et, en fin de compte, tout le Nord de l'Europe. Les Huns, cependant, ont quitté l'Europe au cinquième siècle pour s'installer en Europe de l'Est seulement au début du neuvième siècle, pour être rejoints par d'autres tribus plus orientales.

 

En 364, la moitié Orientale de l'Empire romain, soit du Danube à la frontière persane, était sous l'Empereur Valens, qui était un Unitaire. À ce moment-là, la prétendue Église Catholique ou Universelle et Orthodoxe, était principalement Unitaire, à part la faction paganisée à Rome et les éléments paganisés du système Hellénisé qui adoraient Attis à l'Ouest et Adonis à l'Est sous le nom de Jésus Christ (voir l'étude Les Origines de Noël et de Easter/Pâques (No. 235)). La moitié occidentale, de Calédonie au Nord-Ouest de l'Afrique, était sous Valentinien I. Valens avait apparemment converti les tribus du Nord à l'Unitarisme (le soi-disant Arianisme), mais en 378, il a été défait et tué par les Visigoths à Adrianople, en Thrace. Il a été succédé comme Empereur par Théodose, natif d’Espagne, qui a été le premier Empereur Athanasien ou Binitaire et, plus tard, Trinitaire, à s'asseoir sur le trône, ayant été nommé par Gratien. Il avait chassé les Pictes et les Écossais de la Grande-Bretagne en 370. Mais à partir de 383, les légions romaines ont commencé à évacuer la Grande-Bretagne. Sous l'empereur Magnus Maxime, l'armée a traversé le canal et a conquis la Gaule et l'Espagne.

 

Il n'y a pas eu d'Empereur Trinitaire sur le trône avant 381, quand la Trinité a été formulée à Constantinople sous la protection de Théodose. Ils avaient tous été des Unitaires jusqu'en 381, à l'exception de Julien l'apostat.

 

Ce credo Unitaire est basé sur la théologie exprimée dans Psaume 45:6-7 et Hébreux 1:8-9. Les premiers apologistes, comme Irenaeus (Irénée) à Lyon, le soutenaient au deuxième siècle. C'était la théologie des Goths, des Vandales, des Alains, des Suèves, des Hérules, des Britons, des Lombards, des Allemands et de toutes les tribus nordiques (voir aussi l'étude La Préexistence de Jésus Christ (No. 243) pour le credo des Goths). Elle est venue des enseignements des théologiens et des disciples des apôtres et qui étaient déjà centenaires avant le Concile de Nicée en 325 EC, où beaucoup de ces évêques étaient présents. L'hérésie du Binitarisme a commencé à ce Concile.

 

En 381, la Trinité a été déclarée à Constantinople, basée sur la théologie des Cappadociens, Basil, Grégoire de Nysse et Grégoire de Nazianze. La destruction de la foi par les Grecs et les Romains avait commencé à agir. Les Trinitaires incorrectement et malhonnêtement étiquettent le credo en tant qu'Arianisme, pour donner l'impression que leur doctrine est plus ancienne et que l'origine de cette doctrine est d’Arius au quatrième siècle. Les Trinitaires étiquettent ensuite alternativement la doctrine Unitaire subordinationiste d'après Arius (l'Arianisme) et ensuite Eusèbe de Nicomède (l'Eusébianisme) et d'autres évêques beaucoup plus aînés que Arius (qui n'était même pas présent à Nicée, étant seulement convoqué là pour des conseils sur la logique). Les Trinitaires accusent les Ariens d’affirmer que l'Esprit était une création du fils, quand, en fait, c'est la doctrine de Filioque qui a été avancée à partir du Concile de Toledo par les Catholiques eux-mêmes, au sixième siècle. Même les Grecs ont rejeté cette vue. Les gens qui étiquettent cette vue comme étant arienne sont soit délibérément malhonnêtes, soit qu’ils ne comprennent pas assez pour savoir ce qu'ils disent.

 

Théodose le Grand (392-395) a réuni l'empire, mais il a été divisé de nouveau par ses successeurs Honorius et Arcadius en 395.

 

En 382, Théodose I avait relocalisé les Visigoths dans l'Empire, mais ils étaient toujours Unitaires. Apparemment, ce fut les Empereurs, particulièrement Valens, qui ont converti les tribus nordiques à l'Unitarisme et non pas au Trinitarisme. Les Goths, les Vandales, les Alains, les Suèves et les Hérules étaient tous Unitaires, comme l'étaient les tribus des Teutons. Il y avait un certain nombre d'évêques des tribus Unitaires à Nicée. Les Hermundures allemands sont restés Unitaires jusqu'au huitième siècle.

 

Les Hermundures étaient aussi une tribu des Allemands (plus tard appelés Thuringiens, à partir de 420 EC) et ils ont occupé une grande partie de l'Allemagne centrale. Le Christianisme Unitaire a été présenté à cette tribu par les Visigoths et les Frisons. Ils ont été renversés par les Francs en 531 et convertis au Catholicisme en 742 par Boniface, l'Anglo-Saxon, après les efforts précédents des Francs Catholiques. Boniface a plus tard été tué par les Frisons (754), à sa troisième visite, probablement en tant qu’un hérétique, car ils ont complètement rejeté la théologie Trinitaire à sa première tentative (716) et à sa seconde (719).

 

De façon intéressante, cette tribu a tiré son nom d'une ancienne tradition chaldéenne ou babylonienne. Ils ont été appelés Hermundures, signifiant "les hommes d'Her ou Er", ce qui est une dérivation directe du Mythe original d'Er de l'adoration de ce système. La pratique d'appeler les enfants Herman est une marque de ces gens même encore aujourd'hui, comme l'est la pratique de nommer les mâles Malcolm, d'après Milcolm, le Dieu cananéen du Feu, toujours répandu parmi les Celtes. Nous nommerions ces gens, les hommes d'Ur. Ils sont presque certainement Assyro-Persans, ayant hérité le système religieux babylonien, qui a été facilement adapté dans le système religieux syncrétique postérieur à Rome qui est venu de la même source. Les Allemands, loin d'être une sous-tribu des Perses, comme Hérodote l'enregistre, semblent être l'agrégation plus grande des peuples assyriens et chaldéens/perses. Les Anglo-Saxons et les tribus qui sont venues avec eux du Moyen-Orient, semblent être les restes du grand Empire Parthe. Ces gens étaient les alliés de Juda et ils ont habité entre les Empires perses et romains, jusqu'au deuxième siècle de l'ère courante. Ils semblent être de descendance hébraïque. Ils ont revendiqué être les Dix Tribus Perdues d'Israël, qui ont été transférées là, au Nord de l'Araxes en 722 par les Assyriens. Les prétendus Rois mages du Nouveau Testament sont probablement venus de ces gens.

 

Goths et Vandales : une mauvaise presse

Alaric est devenu le roi des Visigoths et, en 396, il a envahi la Grèce. En obéissance à la loi biblique, il a détruit les statues païennes qui s'y trouvaient et, de là, il est affirmé qu'il a pillé Athènes et ensuite les Balkans en 398. En 401, ils ont envahi l'Italie jusqu'en 403. En 406, Gundéric (406-428) est devenu le roi des Vandales. La même année, le royaume Burgonde de Worms a été fondé. Ces tribus teutoniques étaient toutes Unitaires. Les Lombards semblent être une ramification des Anglo-Saxons et se sont séparés d'eux au Nord dans leur mouvement à travers l'Europe, en se déplaçant au sud jusqu'à la rive Nord du Danube, vers 500. Ils ont pris de l'expansion à partir de là par des guerres. Ils se sont aussi établis dans le Nord de l'Italie.

 

Les Ostrogoths ont essayé d'envahir, mais ils ont été arrêtés par Stilicon en 406. Cependant, les Visigoths, sous Alaric, ont capturé et pillé Rome en 410. Alaric est mort en allant au sud et il a été enterré dans le lit de la Rivière Busento, près de Cosenza. Cette action, cependant, a forcé les légions romaines restantes à se retirer de la Grande-Bretagne pour protéger l'Italie, en 410.

 

Les Goths étaient composés des Orientaux ou Ostrogoths et des Occidentaux ou Visigoths et faisaient ensemble partie des Gutes (ou Massagetae ?), les plus grands Goths. Les gens de Guta ou Gotlandais ont, à l'origine, occupé la région de l'autre côté du Tigris et au nord d'Akkadia. Le groupement des Gutes et des tribus analogues est peu clair. Les mouvements en Europe seront discutés ailleurs. Il semble, cependant, que les éléments postérieurs des Goths se soient déplacés à l'est de la mer Caspienne et qu'ils aient été remplacés par les Mèdes. Les premiers Celtes au Danube semblent être ceux mentionnés par les Grecs comme étant des Hyperboréens, étant les premiers colons scythiques de l'Europe "au-delà du vent du Nord". La nomenclature des Celtes et des anciens des Hittites, comme Hatti ou Kalti, et la référence grecque aux Celtes comme Keltoi ne sont pas des coïncidences. On l'expliquera dans l'étude traitant des Celtes et de leur histoire et leurs origines. Aussi, les Danois et les Suédois ont tous deux reconnu pendant des siècles que les Danois proviennent des Goths scandinaves, étant nommés selon Dan, le fils de Humelus.

 

Les Ostrogoths ont aussi occupé une région que nous appelons maintenant la Yougoslavie, après la mort de Valens en 378. Ils ont plus tard occupé Rome. En 395, les Visigoths, qui avaient été fédérés dans l'Empire romain, se sont révoltés sous Alaric en Mœsie et Thrace. Alaric est devenu le gouverneur d'Illyricum Oriental en 398 (voir H.H, Vol. VII p. 6). Ils ont été arrêtés par Stilicon, le Vandale, qui appuyait l'Empire. Mais la faction athanasienne, à ce moment-là sous Théodose, natif d’Espagne, qui est mort en 395, avait gagné le contrôle de Rome et de l'Église. Le 31 décembre 406 EC, les Vandales, les Sarmates, les Alains, les Suèves et les Alemans, avec les Huns derrière, ont traversé le Rhin. Les Vandales et les Suèves ont avancé de Pannonie, à travers la Gaule, jusqu'en Espagne, où ils se sont installés en 411 en Galicie et Asturie. L'Espagne a été divisée au sort et les Suèves-Teutons ont gagné la Galicie et une grande partie de Léon et Castille. Les Vandales ont eu Baetica qui a été rebaptisée Vandalusie. Les Alains occidentaux, qui les ont rejoints en Espagne, ont gagné la Lusitanie, mais ils ont été détruits ultérieurement et incorporés aux Vandales et leur nom a disparu. Les Suèves ont lutté contre les Vandales et les deux ont été en guerre contre les Goths, tandis que les Goths ariens ont lutté contre les Francs/Romains Catholiques et les Burgondes aussi. Les tribus Unitaires en Espagne ont lutté contre les Hérules (des Ostrogoths) et l'une contre l'autre. Les Suèves ont occupé la Galicie et une partie de Léon et le Portugal, après leur défaite devant les Goths. Les Portugais sont donc des Teutons (appelés Germaniques) dérivés des Vandales Alains au Sud et des Suèves au Nord superposés aux Phéniciens/Carthaginois avec une tradition Unitaire au début et Islamique, par la suite.

 

Les Suèves se distinguent des Allemani car ils se sont retrouvés comme deux groupes nationaux. Les Suèves étaient le noyau originel des Allemani (également Alamans). La tribu avait été initialement des Suèves jusqu'en 210-211, quand ils sont arrivés ensemble en tant que All-men devenus plus tard Alamans. Gibbon (Vol 1, p. 104, col. 2) dit :


L'armée hâtive de bénévoles a progressivement fusionné en une grande nation permanente, et comme elle était composée de tant de tribus différentes, elle a prit le nom de Alamans, ou All-men [Tous les hommes en anglais]: ..


Le groupe occidental est ensuite allé en Espagne et s’est installé au Portugal, les Alains, qui étaient un groupe lié, sont allés aussi. Une partie de la Maison Royale de Juda s'y est aussi installée. Cet aspect est indiqué dans les tableaux généalogiques de http://www.ccg.org/_domain/Abrahams-Legacy.org/.

L'ajout des hommes bénévoles a ajouté à la tribu qui est aussi allée en Suisse et a formé la base de la population suisse. Cela rappelle en effet la tribu de Benjamin qui a été ajoutée, et a éventuellement formé une union composite à travers les lignes féminines.

 

Les Vandales avaient occupé l'Espagne. L'Espagne était Unitaire. Les Visigoths ont conquis le royaume des Vandales en Espagne en 416. Ainsi, toutes les régions au Nord et à l'Ouest étaient Unitaires. L'Italie était prétendument Trinitaire, mais plus souvent soumise aux Unitaires. En 418, les Francs se sont installés dans des parties de la Gaule. La même année, Théodoric I est devenu le roi des Visigoths. En 425, ces présumés barbares, qui étaient, en réalité, des Unitaires, s'étaient pour la plupart installés dans les provinces romaines. Les Vandales étaient dans le Sud de l'Espagne, les Huns étaient en Pannonie, les Ostrogoths (et par la suite les Hérules) étaient en Dalmatie. Les Visigoths et les Suèves étaient dans le Nord du Portugal et en Espagne. Les Huns européens sont restés en Pannonie jusqu'en 470 environ, quand ils se sont retirés de l'Europe.

 

Comme nous l'avons vu plus haut, les Huns semblent s'être déplacés dans les steppes, devenant les alliés des Khazars. Ils y sont restés jusqu'à ce qu'ils occupent de nouveau Pannonie, après 800, avec maintenant l'appui officiel juif Khazar. La possibilité ne peut pas être écartée, que les Sabbatariens en Transylvanie, en réalité, soient venus avec la horde des Huns de Khazarie et Levedia et qu'ils aient fait partie de l'église d'Orient établie du début par les apôtres partout dans l'empire parthe (voir Grun, The Timetable of History, (La Chronologie de l'Histoire), 3ème édition, Touchstone, 1991, p. 30) (voir aussi l'avant-propos par Cox à Sabbatarians in Transylvania (Sabbatariens en  Transylvanie) de R. Samuel Kohn, [1894], Publications CCG, 1998).

 

En 425, Valentinien III est devenu l'Empereur romain occidental sous la tutelle de sa mère Galla Placidia. Gaiseric (Genséric) (428-477) est devenu le roi des Vandales, cette année-là.

 

En 429, les Pictes et les Écossais ont été expulsés du Sud de l'Angleterre par les Angles, les Saxons et les Jutes. En 457, à la bataille de Crayford, les Jutes, sous Hengest, ont défait les Bretons et ils ont occupé le Kent où ils sont toujours. En l'année 429, Aetius, le premier ministre de Valentinien III, est devenu le dirigeant virtuel de l'Empire romain occidental (429-454). La même année, Genséric a fondé le royaume Vandale du Nord de l'Afrique. En 443, il a pris la dernière possession romaine au Nord de l'Afrique et l'Afrique a été de nouveau sous la domination Unitaire.

 

En 433, Attila (m. 453) est devenu le dirigeant des Huns. En 436, les dernières troupes romaines ont quitté la Grande-Bretagne. La même année, les Huns ont détruit le royaume Burgonde de Worms. Les Burgondes faisaient partie de cette poussée principale en Europe, qui a été faite par les Anglo-Saxons et les Lombards et les autres tribus apparemment de la horde Parthe.

 

En 443, les Allemands Alemans (Suisses allemands) se sont installés en Alsace.

 

En 453, Attila des Huns est mort et Théodoric II (453-466) est devenu le roi des Visigoths jusqu'à ce qu'il soit assassiné par son frère Euric (466-484), qui lui a succédé. Cela a été suivi par le saccage de Rome en 455 par les Vandales. Le fait est que les Vandales étaient des Unitaires. Ils ont détruit les idoles païennes qui avaient des noms soi-disant Chrétiens, les considérant être une abomination et une transgression du deuxième commandement. Le terme Vandalisme vient de cet acte. La destruction était, en fait, l'exercice biblique du pouvoir dans la destruction des idoles païennes.

 

Théodoric le Grand est devenu le roi des Ostrogoths de 471 à 526.

 

Les Empereurs romains orientaux au cours de cette période ont été Théodose II (m. 450), Marcien (450-457), Léo I (457-474). En 457, Childéric I (457-481) est devenu le roi des Francs Saliens. En 460, les Francs ont capturé Cologne. Les Vandales ont aussi détruit la flotte romaine de Carthage, la même année.

 

Les conflits à travers l'Europe étaient essentiellement à propos de la possession des secteurs fertiles d'Europe. Bien qu'ils fussent des Unitaires, ils étaient aussi menés par des hommes avares non engagés et cela a amené leur destruction.

 

Les derniers Empereurs romains occidentaux, au cours de cette période, qui a débuté en 461, ont été Sévère (461-465) ; Anthémius (jusqu'en 467) ; Alybrius (jusqu'en 473) ; Glycerius (jusqu'en 474) ; Julius Nepos (jusqu'en 475) ; et Romulus Augustule (jusqu'en 476). L'Empire Occidental a pris fin à cause de la faiblesse de ses chefs. L'Allemand Odoacre (433-493) a capturé et exécuté Orestes à Placentia. Il a ensuite exécuté son fils Romulus Augustule et été proclamé roi d'Italie.

 

Ainsi, l'Empire romain occidental a pris fin, sans Église Catholique établie, ni de politique claire pour l'Europe.

 

Suppression des Sectes Orientales

En 474, Zéno est devenu l'Empereur romain oriental (474-491). Les écoles Trinitaires ont été davantage développées dans l'empire oriental à partir de ce temps, avec Proclus, qui est devenu le chef de l'Académie Platonique à Athènes en 476, établissant le modèle Néo-platoniste. Le système Trinitaire avait été formalisé au Concile de Chalcédoine en 451. Les Divisions Coptes égyptiennes datent de ce temps-là. En 483, le Pape Simplicius (Simplice) a été succédé par Félix III (-492). En 484, son excommunication du Patriarche Acacius de Constantinople a mené au premier schisme des églises Trinitaires Occidentales et Orientales (484-519).

 

En 489, l'Empereur oriental Zéno a détruit l'école Nestorienne Chrétienne à Édesse et a construit l'église de St. Syméon, le stylite, autour de son pilier. En 491, l'église arménienne a coupé toute relation avec Byzance et Rome. En 498, les Nestoriens se sont installés à Nisibis en Perse. L'église qui s'est installée de Jérusalem en Arménie n'était pas Trinitaire Diphysite et elle observait le Sabbat. Elle était aussi dépositaire, à Édesse, des textes araméens et de la version Peshitta de la Bible, jusqu'à ce qu'elle soit supprimée. Le Sabbat a été répandu jusqu'en Chine par la première église de l'Est (voir l'étude La Distribution Générale des Églises observant le Sabbat (No. 122)).

 

Les papes, à ce moment-là, à partir de la mort de Félix III, ont été Gélase (492-496), Anastase II (jusqu'en 498) et Symmachus (jusqu'en 514). Gélase a introduit le Missel Gélasien, un Livre de prières, de chants et d'instructions pour la célébration de la Messe. En 499, le synode de Rome a publié un décret à propos des élections papales. En 500, l'encens a été utilisé dans les services de l'église Trinitaire pour la première fois dans une église Chrétienne.

 

Persécution

En 476, le roi Genséric des Vandales a vendu la Sicile orientale au roi Théodoric des Visigoths. Les Unitaires, sous le roi Hunéric des Vandales, ont commencé à prendre des mesures contre les Catholiques, là où jusqu'à présent ils avaient fait preuve d'une tolérance exemplaire, à l'exception évidente de l'idolâtrie. Les disputes Unitaires/Trinitaires ont alors commencé à introduire la persécution.

 

La faction Trinitaire ou Catholique/Orthodoxe avait, dans l'ensemble, été faible et les Unitaires avaient l'emprise. Cela a changé avec l'appui des Francs Saliens. En 481, Childéric I est mort et il a été succédé par son fils Clovis (m. 511) qui est devenu le fondateur du pouvoir mérovingien. En 484, le roi Hunéric des Vandales a été succédé par son neveu Gunthamund (m. 496). En 486, Clovis a défait Syagrius, le dernier gouverneur romain de Gaule. Rome n'avait plus de pouvoir en Gaule.

 

Immédiatement avant cela, en Arménie, la révolte de Vahan Mamikonian a eu lieu de 481 à 484. Ce succès a garanti la liberté religieuse et politique pour l'Arménie. Cette liberté semble aussi avoir été instrumentale dans l'établissement de l'église observant le Sabbat, sous les Pauliciens, dans les Montagnes de Taureau. Les Pauliciens étaient toujours présents à l'Est au dix-neuvième siècle. Ce groupe était toujours opérationnel au vingtième siècle. Leurs descendants, au nombre de un million ou plus, ont été exterminés dans la région de l'Arménie, après la Première Guerre Mondiale. Il y a peut-être eu entre un million et deux millions de Sabbatariens qui ont été exterminés après avoir déclaré l'Islam Bektashi hors la loi, après 1927. Ce processus d'extermination a continué durant l'Holocauste en Europe et jusqu'en 1953 et la mort de Staline.

 

Consolidation de l'Europe

À ce moment-là aussi (487-493), les Unitaires Ostrogoths ont commencé leur conquête de l'Italie. Théodoric a défait l'Allemand Odoacer au fleuve Isonzo et, de nouveau, près de Vérone (489). En 493, Odoacer a capitulé aux Ostrogoths et il a été assassiné par Théodoric qui a alors fondé le royaume Ostrogoth d'Italie et épousé une sœur de Clovis. Les Ostrogoths ont occupé Malte de 494 à 534. En 500, Thrasamund a épousé la sœur de Théodoric et reçu la Sicile occidentale en dot.

 

La même année, soit en 500, les Allemands Marcomanni de Bohême ont envahi la Bavière À leur départ, les Tchèques se sont installés en Bohême.

 

En 493, Clovis a épousé Clothilde, la princesse Burgonde, qui l'a converti au Christianisme Trinitaire en 496. Il a défait les Alemans près de Strasbourg, en 496, et il a été alors baptisé par son ami Rémigius ou Rémi, l'évêque de Reims.

 

En 506, Alaric II a établi le code légal de Lex Romana Visigothorum mais, en 507, il a été défait et tué par Clovis à la Bataille de Campus Vogladensis (Vouillé, près de Poitiers). Clovis a alors annexé le royaume Visigoth de Toulouse. Le royaume Visigoth de Vieux Castille a continué jusqu'en 711. Ce secteur de Toulouse est demeuré un secteur principal des Sabbatati ou de l'église Unitaire observant le Sabbat jusqu'à la Croisade albigeoise et l'Inquisition sous les Comtes de Toulouse.

 

Les Visigoths ont été aussi appelés Bonosiens, apparemment de Bonosus de Sardica (aujourd'hui Sofia) qui a enseigné (à l'aide des textes de la Bible et de l'histoire) que Joseph et Marie ont eu d'autres enfants. Cette vue semble être la vue constante de l'histoire, de l'église entière observant le Sabbat, basée sur les commentaires dans le Nouveau Testament et les noms des quatre frères de Christ qui y sont donnés et la mention de ses sœurs et aussi d'après les histoires de l'église (Matthieu 13:55; Marc 6:3; voir l'étude La Vierge Mariam et la Famille de Jésus Christ (No. 232)). Étant classifiés avec Marcellus et Photius, nous avons l'indication qu'ils avaient la même vue à propos du Sabbat et de la Loi (voir l'étude La Distribution Générale des Églises observant le Sabbat (No. 122)). La ville de Sabadell au nord de l'Espagne est aussi dérivée des Sabbatati ou ceux qui observaient le Sabbat.

 

Le Britannique Constantinus, qui a établi son siège à Arles, a installé les Visigoths en Aquitaine en 418, comme une force contre les Vandales et les Alains. Les Britanniques n'ont accepté le Catholicisme qu'après le Synode de Whitby en 664 EC, à l'Abbaye d'Hilda, où ils se sont rencontrés pour discuter :

 

"La plus récente façon papale de dater les Pâques comme un symbole de l'autorité générale de la Rome Chrétienne. Il peut sembler que la décision pourrait avoir été en faveur de l'Église celtique ou irlandaise avec ses propres Pâques, mais les défenseurs de la date celtique démodée au synode de Whitby avaient peu d'espoir réel de succès. Le roi (Oswiu), qui a présidé le synode, a épousé une reine (la fille du Roi Edwin, Eanfled) qui, ayant été élevée au Kent, observait déjà les Pâques Catholiques" (David L. Edwards, Christian England (Angleterre Chrétienne), vol. I, p. 57).

 

Edwards revendique que presque toute l'Irlande du Sud avait accepté la nouvelle date pour les Pâques. Ils étaient, en réalité, des Quartodécimans, observant la Pâque et les Pains sans Levain. Nous l'examinerons dans l'étude sur l'Église celtique (voir aussi l'étude Les Disputes Quartodécimanes (No. 277)). L'évêque Colman est retourné à Iona, après avoir démissionné à propos de cela, bien que Tchad et Cedd se soient conformés, tout comme Tuda, le nouvel évêque de Northumbrie, lui-même un Irlandais du Sud, et l'Anglais Eata, l'Abbé de Lindisfarne qui avait été formé par Aidan (Edwards, ibid.). C'est une déformation des faits de dire que c'était simplement une dispute à propos de la date des Pâques. La dispute visait à observer la Pâque quartodécimane avec sa rotation de la Pâque ou adopter le festival païen des Pâques/Easter, nommé pour Ishtar ou Astarte ou Easter, la déesse chaldéenne. Ce festival avait un thème d'une Mort, le vendredi, et d’une Résurrection, le dimanche. Il incorporait le festival printanier des déités Attis et Adonis et un autre postérieur en forme de Dumuzzi ou Tammuz, mentionné par Ézéchiel (Ézéchiel 8:14).

 

Les changements incluaient celui du Sabbat aussi bien que les fêtes, incluant celle de la Fête des Tentes. En fait, cela impliquait le changement éventuel du calendrier celtique en entier et l’abandon des lois de l'alimentation. Edwards note qu'ils observaient toutes ces premières coutumes Chrétiennes. Les Irlandais du Nord se sont accrochés 'obstinément' aux anciennes dates, aussi bien qu'Iona jusqu'en 716 (ibid., voir les études Les Origines de Noël et des Pâques (No. 235), Le Veau d'Or (No. 222) et Le Rôle du Quatrième Commandement dans les Églises de Dieu Observant le Sabbat (No. 170)).

 

La méthode de fixer les dates pour 'les Pâques', établie par Victorius d'Aquitaine, a été, en fait, seulement graduellement adoptée. La Gaule a été d'accord avec le nouveau système seulement en 541, probablement suite à la défaite des Unitaires là-bas et Edwards le reconnaît à la page 38. Il est, en effet, ironique que les Celtes soient maintenant devenus les défenseurs du système contre lequel ils se sont battus si durement. En fait, la papauté a donné l'Irlande à l'Angleterre au douzième siècle, purement pour exterminer les derniers vestiges de la foi Sabbatarienne qui s'y trouvaient toujours. Cette situation a été en grande partie provoquée par la conduite des rois irlandais du temps et un désir de la part des Catholiques de détruire la foi biblique au Nord. Un personnage-clé dans cette intrigue a été l'évêque d'Armagh, le célèbre Malachie (voir l'étude Le Dernier Pape : Examen de Nostradamus et Malachie (No. 288) pour sa prophétie principale).

 

Il y a alors eu un accord à Whitby seulement parce que les Anglo-Saxons ont menacé de faire la guerre, après leur conversion en 598, après l'arrivée d'Augustin en 597 (voir Neill, S. Anglicanism (Anglicanisme), p. 11). 10,000 Angles ont été convertis au festival païen de Noël au Kent, sous leur Roi Ethelbert. La Grande-Bretagne n'a été entièrement Catholique qu'en 716 EC, bien qu'en 786, les premiers légats papaux qui y sont arrivés aient fait des remarques à propos de la survie des pratiques païennes (ibid., p. 45). Une lettre d'Alcuin à Etherhard, l'Archevêque de York, a mentionné que certaines personnes portaient des amulettes magiques et 'se rendaient aux collines, où ils adoraient', non pas avec des prières, mais par l'ivresse (Edwards, ibid.).

 

Les Catholiques ont établi le contrôle de l'Espagne Centrale. Toute l'Espagne était sous la domination Unitaire à partir de ce temps et les Rois Visigoths de Toledo sont fermement restés des prétendus Ariens, l'Arianisme étant la religion d'état et l'Évêque de Toledo étant le Primat de l'Espagne. Par son Unitarisme Chrétien et l'Islam, l'Espagne est devenue un centre pour les Juifs et les Chrétiens observant le Sabbat et ce, jusqu'à l'Inquisition du 13ème siècle. (Une curiosité du système arien était que le calendrier commençait 38 ans avant la date actuellement acceptée et il a continué ainsi jusqu'au 11ème siècle). À partir de 573, le pays est devenu progressivement réunifié. Ce qui était nommé l'Arianisme est venu sous le contrôle et la domination romaine. En 586, les Visigoths sont en grande partie devenus Catholiques. En 590, Rome avait forgé son système empirique.

 

Les historiens diffèrent et, en effet, l'éminente Encyclopédie Catholique se contredit sur les raisons de l'occupation du Nord de l'Afrique en 427-429, par environ 80,000 troupes sous Genséric. Mais l'Impératrice Placidia peut bien avoir envoyé les Visigoths et les Vandales en Afrique pour s'opposer à la révolte du Comte Boniface en 427 EC. Ils étaient accompagnés par Maximinus (Maximin), un Évêque Unitaire. Augustin a dû publiquement défendre la secte Athanasienne en 428 EC. Il est certain que les Goths Unitaires et les Vandales ont été en guerre avec la faction Catholique athanasienne (romaine postérieure) à Rome à partir de 429, sauf pour la paix de 435-439. Ils ont occupé Rome en 455. C'était apparemment à la demande de l'Impératrice Eudoxie, qui a demandé à Genséric de la libérer de son mariage qu'elle détestait avec l'Empereur Pétrone Maxime.

 

À partir de cette occupation et de la marche précédente des Vandales à travers la Gaule, un des plus grands mythes de tous les temps a été propagé par la faction Athanasienne ou Catholique. Les Vandales étaient des Unitaires et, de là, des iconoclastes. Ils méprisaient les icônes et les idoles du système qui a surgi à Rome et l'adoption syncrétique des rites païens antérieurs et des statues. Ils les ont détruites initialement en Gaule, en 409-411, et à leur arrivée en Espagne, en Afrique et, de nouveau, à Rome. Ils ont été étiquetés comme des barbares païens et, de cela, nous tirons le mot vandalisme, mais, en fait, ils étaient des iconoclastes qui méprisaient l'idolâtrie des syncrétiques. Ils auraient détruit Rome à cause de ce qu'ils percevaient comme de l'idolâtrie, mais ils se sont laissé fléchir à la demande de Léo, le 2 juin 455.

 

Docteur Peter Heylyn (History of the Sabbath (Histoire du Sabbat), Londres 1636, Partie 2, paragraphe 5, p. 73-74) note que Milan observait le Sabbat depuis très longtemps, en suivant les pratiques orientales.

 

Entretemps, à partir de 510, la Provence, la partie du Sud-est de la France, était sous la domination des Ostrogoths italiens jusqu'en 563. Ces faits expliquent pourquoi les Sabbatati étaient partout au Sud de la France, au Nord de l'Espagne et au Nord de l'Italie. Le Christianisme a observé le Sabbat jusqu'au cinquième siècle et, à l'époque de Jérôme (vers 420), le Chrétien dévoué travaillait le dimanche (docteur White, évêque d'Ely, Treatise of the Sabbath Day (Traité sur le Jour du Sabbat), p. 219 ; voir Augustin d'Hippo, NPNF Première Série, Vol. 1, p. 353-354 et aussi La Distribution Générale des Églises observant le Sabbat (No. 122), p. 2).

 

En 511, Clovis, le roi des Francs, est mort et son royaume a été divisé parmi ses quatre fils ; Théodoric I (m. 534) ; Chlodomer (Clodomir) (m. 524) ; Childebert I (m. 558) et Clotaire (m. 561). Ils ont établi des cours à Soissons, Paris, Metz et Orléans, respectivement. À ce moment-là, le couvent à St. Césaire, à Arles, a aussi été établi. Le monachisme a aussi joué un rôle dans les expansions Trinitaires.

 

En 523, le roi Thrasamund des Vandales est mort et il a été succédé par Hildéric (jusqu'en 530). En 524, Sigismund a été tué par Chlodomer (Clodomir), le fils de Clovis I. Les Ostrogoths ont érigé le soi-disant Baptistère arien, maintenant connu comme le Baptistère de Ste. Maria in Cosmedin, Ravenne, en 525. Cependant, en 526, Théodoric le Grand est mort et il a été enterré à Ravenne. Sa fille Amalasuntha est devenue la régente de l'Italie (jusqu'en 534).

 

En 527, Justinien I est devenu l'Empereur byzantin (jusqu'en 565) et les Goths et les Vandales et, de là, l'église Unitaire ont connu une série de revers et des fluctuations au cours de la période jusqu'en 590. C'est la tournure la plus importante de l'histoire européenne lorsque les Francs sont devenus des Trinitaires, car ce fait a aidé à établir l'Église Catholique en Europe. Sans les Francs, ils ne seraient rien. Nous verrons que ce mouvement va maintenant avancer inexorablement jusqu'à la déclaration du Saint Empire Romain en 590 EC. Cet empire devait durer 1260 ans, jusqu'à sa dissolution en 1850.

 

Les Guerres finales qui ont conduit à l'émergence de l'Islam et du Saint Empire Romain

En 529, Justinien a fermé l'école grecque de philosophie vieille de 1,000 ans à Athènes. Cette action visait prétendument le Paganisme, mais elle a forcé la syncrétisation des Néo-platonistes et effectivement forcé les professeurs d'aller en Perse et en Syrie où, à partir de l'année suivante, sous Chosroès I (531-579), la Perse a atteint de nouveaux sommets d'érudition. Cela a eu pour effet de déplacer le centre d'érudition vers ce qui devait devenir le monde Islamique, quand il s'est formé le siècle suivant en réaction aux avances Trinitaires de Constantinople.

 

En 532, les Francs ont renversé le royaume de Bourgogne, qui avait couvert les régions de la France, la Suisse et l'Autriche. Aussi, le général Bélisaire a sauvé le trône de Justinien en réprimant la révolte de Nika à Constantinople. Il avait été rappelé l'année précédente après avoir été licencié pour sa défaite devant les Perses. Constantinople a été alors reconstruite. En 533, Bélisaire a renversé le royaume des Vandales et fait du Nord de l'Afrique une Province Byzantine. En 534, Toledo est devenu la capitale du royaume Unitaire Visigoth en Espagne (jusqu'en 711). En 535, Bélisaire a occupé le royaume Ostrogoth de l'Italie et y est resté jusqu'en 540. Cette action a permis à la Provence de passer des Ostrogoths au royaume des Francs et Naples est devenue partie de l'Empire Byzantin.

 

De 539 à 562, l'Empire byzantin a été en guerre avec la Perse. La guerre a permis à Totila des Ostrogoths de mettre fin à l'autorité byzantine en Italie en 540 et de devenir le roi en 541, à la mort de son oncle Hildebad (jusqu'en 552). En 546, Totila est entré à Rome (quittant de nouveau en 547). Cette année-là, Adouin le Lombard a fondé la nouvelle dynastie Lombarde et a étendu son règne au-delà de la Rivière Save. En 550, Totila a reconquis Rome et les Unitaires ont de nouveau été au pouvoir. La même année, la migration vers l'ouest des Avars turcs a commencé et les tribus slaves se sont installées dans Mecklenburg.

 

Les Polonais se sont installés en Galicie occidentale et les Ukrainiens se sont installés en Galicie orientale. La même année aussi, les Gallois ont été convertis au Christianisme par David et l'observance du Sabbat s'est enracinée au Pays de Galles, où elle n'a été entièrement éliminée qu'au onzième siècle. Le clergé marié y a continué jusqu'au douzième siècle. Columban, le missionnaire irlandais en France et en Italie (550-615), date aussi de cette année-là. Les cloches ont été utilisées dans des églises en France pour la première fois cette année-là, marquant aussi l'influence Trinitaire syncrétique par les Francs.

 

En 543, les écrits d'Origène ont été condamnés par un décret de Justinien. Bien qu'Origène ait eu des tendances quasi-gnostiques, ses écrits et Hexapla ont aussi été importants. Cet acte faisait partie de la consolidation des dogmes Trinitaires anti-Sabbatariens à l'Est. L'Impératrice Théodora est morte en 548.

 

En 551, la marine Ostrogoth a été défaite par les Byzantins. Totila, le roi des Ostrogoths, a été tué l'année suivante par les Byzantins, sous l'eunuque Narsès (c. 478 - c. 573) à la bataille de Taginae. En 553, Narsès a alors annexé Naples et Rome pour Byzance et il a été nommé exarque d'Italie, devenant la plus haute autorité militaire et civile. Le trône de l'archevêque Maximien a été aussi établi à Ravenne, cette année-là.

 

En 558, Clotaire I, le fils de Clovis, a réuni le royaume des Francs qui a duré jusqu'en 561, quand il a été de nouveau divisé sous ses fils ; Charibert, Gontran, Sigebert et Chilpéric. En 563, Columba, le missionnaire celtique Sabbatarien, s'est établi sur l'Île d'Iona et il a commencé à convertir les Pictes.

 

En 565, Justinien I est mort et il a été succédé par son neveu Justin II (m. 578). Les Lombards ont alors repoussé les Byzantins du Nord de l'Italie vers le Sud, mais ils les ont laissés à Ravenne. Audoin a été succédé par son fils Alboin qui, aidé par les Avars, a détruit le royaume gothique des Gépides à la Vistule inférieure. En 568, il a fondé un royaume Lombard en Italie du Nord et centrale.

 

En 567, le roi Leovigild des Visigoths (jusqu'en 586) a chassé les Byzantins de l'Espagne Occidentale et il a conquis toute l'Espagne en 585. Le royaume des Francs a été aussi divisé en l'Austrasie qui consistait de la Lorraine, la Belgique, la rive droite du Rhin, la Neustrie (la France) et la Bourgogne.

 

En 570, Mouhammad, le fondateur de l'Islam, est né. En 572, la guerre a de nouveau éclaté entre la Perse et les Byzantins et elle a continué jusqu'en 628, sous Chosroès II, après son ascension en 590. En 632, l'Islam a été établi et les divisions politiques qui mèneront finalement à la Troisième Guerre Mondiale, ont été établies.

 

En 573, les fils de Clotaire, Chilpéric et Sigebert, sont allés en guerre.

 

En 590, Authari, le roi des Lombards, a été succédé par Agilulf (m. 615) et le pape Pelagius II (Pélage) a été succédé par le pape Grégoire I, appelé le Grand, qui a déclaré le Saint Empire Romain. En 591, Columbanus (Colomban) (n. 543) est arrivé en Bretagne de l'Irlande. Grégoire a envoyé Augustin comme missionnaire en Angleterre, en 597, et celui-ci a baptisé Ethelbert au Kent et commencé le système Catholique en Grande-Bretagne.

 

En 600, les invasions de l'Europe occidentale ont été interrompues. Cette année-là, les Khazars ont formé leur empire entre la Volga inférieure et le Don inférieur. Les Tchèques et les Slovaques se sont installés en Bohême et en Moravie et les Yougoslaves en Serbie. L'Europe était plus ou moins stabilisée. Cependant, un des résultats immédiats de ce "progrès" a été que le système monétaire en Italie a été remplacé par le troc, en 600, et la petite vérole est entrée dans le Sud de l'Europe en provenance de l'Inde via l'Asie Mineure.

 

Avec la stabilisation de l'Europe, les Trinitaires ont consolidé la hiérarchie dirigeante de l'Europe par la puissance des Francs et des Angles et leur propre avarice. En 600, Grégoire a commencé le programme pour la conversion pacifique des Juifs. Il a alors introduit des livres d'images pour remplacer la Bible pour les illettrés. La Bible Gothique date d'environ 351. La Bible a été dévaluée, puis finalement efficacement retirée du grand public par Rome jusqu'à la dissolution du Saint Empire Romain en 1850. En 603, les Lombards se sont convertis au Catholicisme romain. En 609, le Panthéon romain a été consacré en tant que l'église de Ste Marie Rotunda.

 

Avec la Consolidation de l'Europe, le Trinitarisme a alors tourné son regard sur l'Asie Mineure. Les avances de l'Europe et de Byzance ont produit les conditions de la réaction qui devait venir sous la forme de l'Islam.

 

La structure Orthodoxe grecque à Constantinople a introduit le Christianisme Trinitaire aux peuples russes à la fin du dixième siècle. Il se peut très bien que ce fut entièrement une décision politique, en vue du fait que les Khazars au Sud et partout en Ukraine jusqu'en Europe, étaient tous des Unitaires observant le Sabbat, tant Juifs que Chrétiens. De même que les Bulgares qui sont venus en même temps que les Huns au dixième siècle. Il en était de même des Pauliciens qui avaient été transférés à Thrace sous Constantin Capronymus au huitième siècle et, plus tard, par John Tsimiskes au dixième siècle (voir l'étude La Distribution Générale des Églises observant le Sabbat (No. 122)). En fait, il se peut très bien que tout le processus décisionnel du système Chrétien européen ait été basé sur des considérations politiques qui n'ont aucun rapport avec la foi établie par Jésus Christ et révélée dans les textes de la Bible.

 

Pendant les 1,260 ans, de 590 à 1850, l'Église Catholique Romaine a construit sa théologie sur des fausses prémisses, basée sur la philosophie grecque et les systèmes païens d'adoration. Son adoption du Calendrier païen a placé le Trinitarisme en conflit avec chaque tribu et chaque peuple qui avaient lu ou étudié la Bible et la Loi de Dieu.

 

En conséquence, pour préserver son autorité, elle a introduit des systèmes nationaux et internationaux de persécution et de répression, qui ont abouti à l'extermination de millions de citoyens paisibles respectueux de la loi sur le continent de l'Europe et en Asie Mineure (et plus tard dans les Amériques). Ses incursions au Moyen-Orient dans les soi-disant Croisades ont enflammé la haine de l'Islam au point qu'elle est maintenant polarisée dans la moitié du monde. Au vingtième siècle, cette guerre a progressé contre une population paisible observant la loi en Europe, avec l'extermination générale délibérée et le génocide des Juifs et des Chrétiens observant le Sabbat en Europe. Cette question sera examinée dans l'étude l'Holocauste : le Cinquième Sceau de la Persécution.

    

  

q