Les Églises Chrétiennes de Dieu

[Q001D]

 

 

Chronologie du Coran

Partie II :

Becca et les Quatre Califes Correctement Guidés

 (Édition 1.5 20191030-20191109)

 

Ce texte a pour sujet l'Islam originel ainsi que les Quatre Califes Correctement Guidés et le déplacement à partir de Becca et de Pétra à Koufa [Kûfa] par les Abbassides, lors de la Première Guerre Civile de l'Islam.

 

 

 

 

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

 

Courriel : secretary@ccg.org

 

(Copyright ©  2019 Wade Cox)

(Tr. 2019, rév. 2019)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
http://logon.org/ et http://ccg.org/

 


 Chronologie du Coran Partie II :

Becca et les Quatre Califes Correctement Guidés [Q001D]

 

Introduction

Qu'est-ce que Becca est exactement ? Où est-elle située ? Et qui sont les Quatre Califes Correctement Guidés ? Que leur est-il arrivé et qui leur a succédé ? Comment tout cela affecte-t-il l'Islam et qu'est-ce que cela signifie pour la foi maintenant ?

 

L’emplacement de Becca

Becca était le nom de l’emplacement de la Ka’aba. C’est l’endroit où le grand-père du Prophète fut presque sacrifié à Baal/Hubal et où se trouvait son clan des Quraych. Il est physiquement impossible qu'il ait été à La Mecque, comme nous allons le voir. Cependant, c’est là que se trouvait l’église et que le Prophète a été éduqué dans la foi et baptisé. C'était le centre d'un système commercial reliant la péninsule arabique à la Mésopotamie.

 

Le Coran ou Qour’an fut révélé à l'intérieur de l'enceinte de Becca, et alors à Médine après l’Hégire en 622 EC (de notre ère).

  

La recherche d'un lieu nommé Becca pourrait bien avoir cherché à identifier Baka et, en effet, la Mecque n'était pas un lieu de pèlerinage, mais le mot hébreu Bekah signifiant le demi-sicle en offrande est une référence aux fêtes. Il n'y a aucun doute que l'église n'a jamais fait un pèlerinage à la Mecque, et la Kaaba était un lieu idolâtre nettoyé des idoles. Le mont du Temple était une fosse à ordures jusqu'à ce qu'Omar le conquière et ordonne qu'il soit débarrassé des ordures. 

 

Une des tentatives qui a été faite après la mort du Prophète et des Quatre Califes Correctement Guidés était de faire en sorte que la région de Becca soit située dans une zone éloignée de Jérusalem, dans celle de la Famille du Prophète et de leur clan des Qureych qui était situé à Petra, et qu'on donna à cette région le nom de Becca. Cet aspect est expliqué dans la Sourate 3:96-97 (Q003). Bekka était à l'origine à l'ouest de Jérusalem où Abraham avait prié à l'origine, comme expliqué ci-dessus, et non à l'est de Pétra où se trouvaient les clans d'Ismaël et de Qureych, adjacents aux fils d'Edom et aux Amalécites. La Ka’aba, en tant que Temple de Baal ou Hubal et des Dieux des jours, se situait là avec le Temple également de la déesse Al Lat à Wadi Rum. La Mecque était un substitut post-islamique pour la relocalisation de la Ka’aba et de la Météorite pour en faire le centre du culte de Baal/Hubal en Arabie afin de supplanter la foi des Églises de Dieu.

 

Que s'est-il passé sur le site de La Mecque et quand le site y a-t-il été établi ? Quelle était la signification ? Comment pouvons-nous reconstituer l'histoire de ce qui s'est passé ? Examinons la question.

 

L’Orientation et direction de la prière dans l’Islam

Les gens supposent, du fait que ceux qui adhèrent à l'Islam se tournent vers la Mecque pour prier, que cela a toujours été ainsi. C'est totalement faux. Jusqu'à récemment, toutes les études sur l'Islam s'accordaient à dire que la foi Islamique originale se tournait vers Jérusalem et ne s'orientait pas du tout vers La Mecque.

 

En outre, les gens supposent que le lieu de pèlerinage était la Mecque et que la lapidation de Satan et les circumambulations de la Ka’aba y ont toujours eu lieu. Cela ne paraît pas être le cas, mais cela a été entrepris à Pétra.

 

L'orientation vers Jérusalem était uniforme sous le Prophète et plus tard sous les Quatre Califes Correctement Guidés à travers le Califat Omeyyade à Damas jusqu'à la guerre civile avec les Abbassides.

 

Le Prophète mourut le 8 juin 632 à Médine en Arabie. Il fut succédé par quatre califes successifs, qu'il a tous formés :

Ces quatre ont été appelés les Califes Rashidun et ils ont gouverné pendant 30 ans. Leur dynastie, les Omeyyades, situés à Damas, est restée au pouvoir jusqu'à ce que la dynastie soit renversée en 750 EC (de notre ère) par les Abbassides. Du fait qu’ils ont été formés par le Prophète, et qu’ils ont suivi les Écritures et le Coran ou Qour’an, les quatre premiers ont été appelés les Quatre Califes Correctement Guidés. Le bras militaire des pseudo-islamistes s'est retourné contre les éléments convertis de la foi, et Ali et Hussein ont été tués, et l'Église a été réprimée après seulement 30 ans sous les Rashidun.

 

Abbas ibn Abdul-Muttalib (566-653), l'oncle du Prophète, vivait dans un village situé à 27 km à l'est de Pétra qui était le centre de son clan. Il avait quatre ans de plus que le Prophète et mourut huit ans avant la mort d'Ali. Il n'était pas considéré comme un Rashidun ou Calife Correctement Guidé. Il n'était pas de manière évidente en rébellion ouverte contre eux, mais Ali et Hussein ont été tués huit ans après sa mort par les opposants à l'Église parmi les pseudo-musulmans. Abbas était mort environ 93 ans avant la formation des forces Abbassides et la Révolution de  l’an 750 sous ces forces. La dynastie des Abbassides s'est alors formée à partir des conflits opposant les Omeyyades au pouvoir à Damas, où ils avaient délocalisé la capitale politique de Becca, mais toujours dans la province romaine de Syrie. Cela rend les Sourates du Coran concernant les Romains ainsi que les Églises du Levant encore plus compréhensibles (cf. L’Établissement de l'Église sous les Soixante-Dix (No. 122D)).

 

Cependant, ils ont toujours dirigé les mosquées vers ce qui était assumé être Jérusalem parmi tous les érudits de l'Islam. Cela est maintenant remis en question dans un récent travail de recherche qui prétend qu'elle est dirigée vers Pétra, l’ancienne capitale d’Idumée et le centre commercial nabatéen dans la province romaine de Syrie (maintenant en Jordanie) où se trouvait le site de Becca, et et pas du tout La Mecque. Nous allons examiner la question ci-dessous.

 

Il ne fait aucun doute que les Qiblas ou les lieux des mosquées vers lesquels la prière était dirigée ont subi un changement majeur et durable de ce qui était considéré comme Jérusalem vers le centre de la Mecque par la suite, après que les Abbassides eurent pris le contrôle lors de la Guerre Civile. En fait, il est douteux qu'il ait été nécessaire de placer une Qibla dans une mosquée avant ce conflit. Il s’agissait d’une délocalisation dans le contrôle politique de l’Islam, et la direction a été forcée de changer pour se diriger vers La Mecque, qui jusque-là ne semblait pas exister dans le système religieux jusqu’à la délocalisation de la Kaaba [Ka'aba] et des Sanctuaires qui étaient à Becca vers La Mecque, et les textes ont été modifiés et remaniés pour dissimuler le nom Becca afin de le rendre “Mecca” [La Mecque]. Cette relocalisation a donné lieu à la curieuse référence dans l'Islam qui disait : "Nous prions tous les deux vers la même Qibla", ce qui signifie que nous sommes du même côté ou de la même croyance.

 

En arabe, cette falsification a nécessité une simple altération du point diacritique qui formait le B de Becca au symbole qui recouvrait le point avec la boucle sublinéaire du M pour Mecca [La Mecque]. Dès lors, tous les Corans qui n'étaient pas en écriture koufique, Koufa étant le centre du pouvoir Abbasside avant leur transfert de Koufa à Bagdad, ont été saisis et détruits. Ce fait explique la base et est la raison sous-jacente de toute l'insistance Islamique pour que l'écriture coufique arabe soit utilisée jusqu'à ce jour dans le monde entier. C’était pour dissimuler les falsifications et les altérations. D'autres modifications semblent avoir été apportées aux Lois de l'Alimentation (No. 015) (cf. aussi Sourate 3:93 (Q003) et Sourate 22:36 (Q022) pour plus de détails), et la consommation païenne de chameaux à l'Aïd ainsi que la destruction du Calendrier du Temple dans l'Islam ont suivi ces hérésies avec le changement du Sabbat au vendredi, Juma'ah Jour de la Préparation (cf. Le Juma'ah : la Préparation pour le Sabbat (No. 285) ; Le Sabbat dans le Qour'an (No. 274) et Les Calendriers Hébreu et Islamique Réconciliés (No. 053). C’est ce conflit qui a été le point critique de l’insertion des hérésies païennes dans l’Islam et dans les Églises de Dieu Sabbatariennes, aussi bien que la corruption de la foi (cf. aussi Le Coran à propos de la Bible, de la Loi et de l'Alliance (No. 083)).

 

"La dynastie des Abbassides a été fondée par une dynastie issue de l'oncle de Mouhammad, Abbas ibn Abdul-Muttalib (566–653 EC), dont la dynastie tire son nom.[2] Après avoir renversé le Califat Omeyyade lors de la Révolution Abbasside de 750 EC (132 AH), ils ont exercé les fonctions de califes de la majeure partie du Califat depuis leur capitale à Bagdad dans l'Irak moderne.

 

Le Califat Abbasside a d'abord centré son gouvernement à Koufa, l'Irak moderne, mais en l’an 762, le calife Al-Mansûr a fondé la cité de Bagdad, près de l'ancienne capitale Sassanide de Ctesiphon. La période Abbasside a été marquée par le recours et la dépendance à l'égard des bureaucrates perses (notamment la famille Barmakid) pour gouverner les territoires, aussi bien que par l'inclusion croissante de musulmans non arabes dans la oumma (communauté nationale). Les coutumes persanes ont été largement adoptées par l'élite dirigeante, et elles ont commencé à être encouragées et soutenues par des artistes et des érudits.[3]  Bagdad est devenu un centre de science, de culture, de philosophie et d'invention dans ce qui est alors devenu l'Âge d'Or de l'Islam.

 

Malgré cette coopération initiale, les Abbassides de la fin du VIIIe siècle s'étaient aliénés à la fois des mawali non arabes (clients)[4] et des bureaucrates iraniens.[5] Ils ont été forcés de céder l'autorité de la région d'al-Andalus (Espagne) aux Omeyyades en l’an 756, le Maroc à la dynastie des Idrisides en 788, Ifriqiya et le Sud de l'Italie aux Aghlabides en 800, l'Iran au Saffarid en 861 et l'Égypte au Califat des Isma'ili-chiites des Fatimides en 969." (cf. article et hyperliens de Wikipedia).

 

C'est à partir de ce transfert sous les Abbassides que nous en apprenons beaucoup. Le lieu où se trouvait leurs ancêtres n'était pas à La Mecque, comme cela a été revendiqué par les plus anciens érudits, mais à Becca, où la tradition et les archéologues ont localisé et situé les ruines de la demeure de l'oncle du Prophète à 27 miles ou 43,45 km à l'est de Pétra.

 

C’étaient les Abbassides qui ont déplacé la météorite de la Ka’aba de Pétra où elle se trouvait à l’est de La Mecque. Il est certain qu’aucune Ka’aba n’était à la Mecque durant la vie du Prophète et qu’il n’a encouragé aucune activité de ce genre qui y soit associée. Elle a été reconstruite à La Mecque circa. 70 AH ou 699 EC (cf. Al Tabari 21:844). C'était 51 ans avant la révolution et cela dénote une longue période de  préparation. Tous les Omeyyades de Damas sont signalés comme faisant face à Pétra ou à des alignements associés à cette orientation et en aucun cas à la Mecque, selon les nouvelles recherches de Dan Gibson comme celle à https://m.youtube.com/watch?v=JOWFPTzK7D4 (Dan Gibson The Sacred City (Documentaire Religieux) | Chronologie).

 

Il y a aussi ses autres travaux que le lecteur pourrait trouver utiles : https://www.youtube.com/user/canbooks/videos

 

Il convient également de noter que l'histoire concernant Becca dénote une ville fortifiée, mais Mecca [La Mecque] n'avait pas de murailles. Cependant, Pétra a une structure murée qui correspond au récit et la cour de Pétra correspond au récit historique de son siège par les catapultes décrites dans les assauts. En outre, les archéologues ont découvert les types de projectiles utilisés lors de l'assaut de Pétra.

 

Al Bukhari dit que le lieu de prière était à Jérusalem et non à Mecca [La Mecque] (Buk. 6:17) (cf. aussi Les Enfants d'Israël ou Voyage de Nuit (Sourate 17 (Q017))).

 

Becca ou Pétra a également été exposée à l'influence des Églises de Dieu établies par les Soixante-dix ordonnés par Christ à partir des diocèses établis depuis l'époque des Apôtres à Jérusalem, Césarée (centre-nord d'Israël), Samarie, Jéricho, Gaza, Eleutheropolis (ville romaine et byzantine entre Jérusalem et Gaza), Damas, Antioche, Éphèse, Smyrne, Laodicée, Alexandrie, Axoum et toute l’Abyssinie, Saba, Yémen, Hières, Phrygie, Nicomédie, Héraclée, Tarse, Bosra (Busra Al Sham du sud de la Syrie), Konya (en Turquie), Panellas ou Banias au pied du Golan, Antioche, Apollonia, Lystre et tout le long de l'Arabie et comme un réseau commercial.

 

C'était l'Église à Becca/Pétra qui a formé et ordonné le Prophète, et son épouse et toute sa famille. L’Église Sabbatarienne a développé l’écriture arabe et a traduit les Écritures Saintes en arabe pendant plus de 100 ans avant la naissance du Prophète, comme nous le savons grâce à l’archéologie. L'affirmation selon laquelle les Saintes Écritures ont été perdues est un blasphème hadithique.

 

C'est vers l'Église Sabbatarienne d'Abyssinie que l'Église qui se trouvait à Becca a cherché refuge pour la première fois dans le Hijrah [Hégire] de 613 EC (cf. La Sourate “Maryam” (Q019)).

 

Il est également important de noter que La Mecque n'a pas été utilisée comme une ville ancienne, et les archéologues n'ont pas trouvé trace de la moindre structure ancienne située sous la Mecque qui la situerait avant  la relocalisation sous les Abbassides. Il n’est pas non plus trouvé dans les fouilles qu'on a relevées la présence d'arbres ou qu'on en a trouvés. Par contre, il y avait des arbres à Becca ou à Pétra.

 

Mecca [La Mecque] était une zone non cultivée de pâturage jusqu'à la fin du Huitième siècle de notre ère. En outre, la grotte dans laquelle le Prophète a reçu sa vision de Gabriel et la révélation ne se trouvent pas à la Mecque, mais il en existe une à Becca ou Pétra.

 

Il y a beaucoup d'indices dans le Coran qui indiquent que la Ka’aba était anathème aux yeux de la foi et qu’elle n’a jamais été déplacée à la Mecque sous le Prophète ou sous les Quatre Califes Correctement Guidés. En réalité, ils n’ont jamais utilisé la Mecque ni ne l’ont établie comme un centre de quoi que ce soit. Alors pourquoi y a-t-il été déplacé par les Abbassides et transformé en objet de pèlerinage alors que cela n’a jamais été le cas sous le Prophète et les Quatre Califes ? La réponse semble évidente et simple. Ils étaient influencés par le culte de Baal ou Hubal et voulaient établir son observation par la répression de l'Église de Dieu. Ils ne pouvaient pas le faire depuis Pétra ou Becca, mais ils ne pouvaient pas rayer Becca des documents religieux et de la mémoire de la Foi. L’inversion homme/femme du Soleil et de la Lune indique que le système de culte Baal dans le Levant a été transféré à La Mecque où rien n'existait avant le système Abbasside, ou à Koufa. Le transfert historique de la Ka’aba par les Abbassides est incontestable.

 

La conclusion que nous devons en tirer est que les références à Mecca dans les textes ont été modifiées de Becca à Mecca [La Mecque]. Cette falsification ne nécessite qu'une légère altération au début du mot. De là, les deux Hijrahs [Fuites] de l’an 613 vers Aksum, et celle de l’an 622 vers Medine étaient toutes vers l'est de Becca à Pétra.

 

Aussi la Sourate "L'Éléphant" (Q105) fait référence aux Abyssiniens qui s'avançaient pour détruire la Ka’aba, ce qui s'est avéré en 570 EC, l’année de la naissance du Prophète. Ainsi, l'avancée doit avoir été vers Becca à Pétra, car c'est là que se trouvait la Kaaba [Ka’aba] en ce temps-là et c'était un lieu de pèlerinage.

 

Le temple de la déesse Al Lat était également à Wadi Rum (Al Bukhari 23:432). Ainsi, Pétra était un centre d'idolâtrie païenne malgré la conversion des Édomites ou Iduméens par les Maccabées au Deuxième siècle AEC (avant notre ère) au Judaïsme et le placement des tribus judaïques là et non l’Arabie, et la conversion de tribus arabes au Judaïsme. Hérode et sa famille étaient des Iduméens et gouvernaient la Judée et ses environs sous tutelle romaine jusqu'à leur chute au Premier Siècle EC (de notre ère). Le culte de Baal était endémique dans tout le Levant, en Syrie et en Arabie jusqu'au temps du Prophète.

 

En outre, en 627 EC, la première Mosquée a été construite dans la vieille ville de Canton (Guangzhou) en Chine. Elle était orientée vers Jérusalem ou, peut-être, comme on le prétend maintenant, vers la vallée du Jourdain à Pétra, et ne faisait pas face à la Mecque mais à 12 degrés au nord de La Mecque. C'était pendant la vie du Prophète à Médine et seulement 14 ans après que l'Église eut cherché refuge en Abyssinie auprès de l’Église qui se trouvait là et seulement cinq ans après l'Hégire de 622. L'Église qui se trouvait à Médine n'était pas assez puissante pour justifier un tel statut indépendant. C’était l’Église qui se trouvait en Abyssinie sous l’archevêque Meuses qui a établi l’Église en Chine aux Quatrième et Cinquième siècles (cf. La Distribution Générale des Églises observant le Sabbat (No. 122)). Il est fort probable que ce bâtiment était orienté vers Jérusalem et la détermination entre Jérusalem et Becca/Pétra est difficile à déterminer avec précision. Ce n’est certainement pas orienté vers, ou faisant face, à la Mecque.

 

C’est un fait historique qu’Umar ou Omar s’est emparé de Jérusalem par la force et a obligé les habitants à nettoyer le Mont du Temple afin d’y établir un lieu de culte, car les Trinitaires l'avaient utilisé comme dépotoir. La conclusion semble maintenant incontournable. Becca, le centre de la foi pendant la vie du Prophète Qasim et la vie des Quatre Califes Correctement Guidés, était à, est à proximité de Pétra et sous l'influence des Églises de Dieu du Levant (cf. 122D ci-dessus). Elle faisait partie de la Province romaine de Syrie ou de Nabatea et constituait le centre de la route commerciale qui formait les premiers emplois du Prophète et de la famille commerçante juive chrétienne de Kadijah, son épouse. La Mecque n'était pas un tel centre commercial. La Mecque n'a jamais été utilisée à aucune fin liée à la foi au temps du Prophète et des Califes Correctement Guidés jusqu'à ce qu'elle soit mise sur pied comme centre religieux avec la Kaaba [Ka’aba] en son centre sous les Abbassides afin d’établir les traditions chamanistes et païennes des adorateurs de Baal/Hubal dans l’Islam et ce, contrairement au Coran et aux Lois de Dieu dans la Bible. Elle n'a pas sa place dans le culte en Islam. Faire face à la Mecque dans la prière est une création post Abbasside et est en fait une rébellion contre Dieu. Les circumambulations de la Ka’aba sont une idolâtrie chamanique.

 

La réalité est qu’aucune Sourate du Coran n’a jamais été écrite à La Mecque, mais elle a été plutôt écrite à Becca ou à Pétra. Ainsi, le terme académique doit donc être Les Toutes Premières Sourates à Becca, Les Premières Sourates à Becca, Les Sourates du Milieu de la Période à Becca, Les Sourates Ultérieures à Becca dans tous les cas et ce, jusqu'à l’Hijrah en 622 EC et à partir de là, à Médine en tant que Sourates Médinoises.

 

q