Christian Churches of God

[133]

 

 

 

La Vie Éternelle  

 

(Édition 2.0 19950902-20000422)

 

 

 

Le concept de vie éternelle est examiné ici, l'affirmation de la co-éternité du Messie avec Dieu étant examinée à partir des textes bibliques. Les concepts de Temps et d'Immortalité sont examinés, ainsi que les hypothèses de la structure trinitaire. Les problèmes philosophiques qui se posent sont comparés aux textes bibliques.

 

    

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

 

Courriel : secretary@ccg.org

 

 

(Copyright © 1995, 2000 Wade Cox)

(Tr. 2007, 2020, rév. 2021)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
http://logon.org/ et http://ccg.org/

    

La Vie Éternelle [133]

 

 

Une étape fondamentale pour comprendre la Divinité est de comprendre ce que signifient les termes bibliques qui se rapportent à la vie éternelle.

 

Les termes de vie éternelle varient en fonction des entités différentes.

 

Un terme qui est mal compris par les chrétiens est celui de coéternel. En effet, il est souvent affirmé par les chrétiens que Christ et Dieu sont coéternels. Deux personnes peuvent discuter ce sujet et comprendre deux aspects complètement différents du même terme.

 

Par exemple, lorsque les Trinitaires ou les Binitaires utilisent ce terme, ils veulent dire qu'il y a une immortalité implicite en Jésus Christ telle que Christ et Dieu étaient présents ensemble avant le commencement du temps. Les Trinitaires et les Binitaires considèrent tous deux que Dieu et Christ étaient immortels. Un Unitaire [Unitarien] rejette cette affirmation sur la base de la Bible. Un Unitarien soutient qu’il n’y a qu’Un Unique Véritable Dieu. Le fait d’avoir existé avant le commencement du temps signifie qu’un être est un Véritable Dieu. Être immortel éternellement signifie qu’un être est un Véritable Dieu. Donc, si Christ est un Véritable Dieu, alors il y aurait deux Véritables Dieux et non un seul.

 

Ésaïe 43:10-11 traite du concept de Dieu étant le commencement et la fin (voir le document d’étude L’Archè de la Création de Dieu en tant que l'Alpha et l'Oméga (No. 229)). Il traite également du concept de Son serviteur qu'Il a choisi, qui n’est clairement pas éternel au même titre qu'Il est éternel ou préexistant.

 

Ésaïe 43:10-11 Vous êtes mes témoins, dit l’Éternel, vous, et mon serviteur que j’ai choisi, afin que vous le sachiez, que vous me croyiez et compreniez que c’est moi : Avant moi il n’a point été formé de Dieu, et après moi il n’y en aura point. 11 C’est moi, moi qui suis l’Éternel, et hors moi il n’y a point de sauveur. (LSG)

 

Ésaïe 43:10-11 "Vous êtes mes témoins, dit le SEIGNEUR, et mon serviteur que j'ai choisi, afin que vous le sachiez, que vous me croyiez et que vous compreniez que je suis Celui. Avant moi, aucun dieu n'a été formé, et il n'y en aura pas après moi. 11 Moi, je suis le SEIGNEUR, et il n'y a point de sauveur en dehors de moi. (traduction libre de la RSV)

 

Le mot pour Dieu ici est El. Le mot pour Éternel (Seigneur) ici est Yahovah (des Armées). Il n'y a pas d’autre El en aucun sens avant Lui et il n’y en aura pas non plus après Lui. Lui seul est Dieu et Il est notre Sauveur. Le terme sauveur s’applique à Jésus Christ. C’est pourquoi les Trinitaires deviennent confus avec ce concept. Alors, ils disent que ce Seul Dieu est à la fois Sauveur et Dieu et qu’Il est à la fois Père et Fils et qu’il n'y a pas de distinction. Ce point de vue a conduit au concept de Modalisme qui a finalement abouti au trinitarisme. Le terme Jéhovah, votre rédempteur, le Saint d'Israël se trouve dans Ésaïe 43:14. Ce terme renvoie à Ésaïe 41:14. La Soncino traduit le texte par : Ne Crains pas Jacob, toi le vermisseau, et vous les hommes d'Israël ; je te secours, dit le Seigneur, et ton Rédempteur, le Saint d'Israël.

 

La note dit au sujet de Rédempteur :

L'hébreu gogoëll est un terme technique appliqué au parent le plus proche dont les devoirs incluaient la rédemption ou le rachat du parent qui s'est vendu, ou a vendu ses biens ou, s’il a été tué, la vengeance de son sang en tuant le meurtrier. Il s'applique peut-être dans ce sens à Dieu, le Rédempteur et Vengeur de Son peuple Israël (Abraham Azulai).

 

Le concept que Dieu et le Saint d'Israël sont deux entités dans ce texte n’a pas été pris en considération. Par exemple, Ésaïe 41:20 montre la distinction entre les concepts de Seigneur (l’Éternel (LSG)) et de la main du Seigneur, le Saint d’Israël. La pluralité continue jusqu’au verset 23 où il y a une pluralité distincte et où il est question de deux entités.

 

Ésaïe 41:20-23 Afin qu’ils voient, qu’ils sachent, qu’ils observent et considèrent que la main de l’Éternel a fait ces choses, que le Saint d’Israël en est l’auteur. 21 Plaidez votre cause, dit l’Éternel ; produisez vos moyens de défense, dit le roi de Jacob. 22 Qu’ils les produisent, et qu’ils nous déclarent ce qui doit arriver. Quelles sont les prédictions que jadis vous avez faites ? Dites-le, pour que nous y prenions garde, et que nous en reconnaissions l’accomplissement ; ou bien, annoncez-nous l’avenir. 23 Dites ce qui arrivera plus tard, pour que nous sachions si vous êtes des dieux ; faites seulement quelque chose de bien ou de mal, pour que nous le voyions et le regardions ensemble. (LSG)

 

Le fait qu’il y ait deux entités présentes ici semble indéniable. Le texte entier est pluriel. L'utilisation du terme et en fait, joint deux entités. Il ne se réfère pas à deux attributs de la même personne. Il s’agit d’une simple erreur. Les Trinitaires ne veulent pas qu'il en soit ainsi ; les Juifs ne veulent pas qu'il en soit ainsi. Ce qu'ils font, c’est ignorer ce texte. Ce texte montre qu'il n'y a pas eu de Dieu avant ou après le Dieu Très-Haut.

 

Toujours dans le texte d’Ésaïe 43:10-11, nous supposons que le terme et joint deux attributs de la même entité. Autrement dit, nous nous adressons à une entité qui est à la fois témoin et serviteur. L'alternative philosophique qui est également applicable est que la conjonction et joint deux entités en relation avec l'Être ici comme Dieu ou El qui n'a pas d’autre El avant ou après Lui. Cela est en fait la façon dont ce texte a été compris par les apôtres, à partir de la façon dont ils ont ensuite écrit leurs œuvres. Le Saint d'Israël a créé, comme étant la main de l’Éternel. Ainsi, le Messie a créé selon la volonté de Dieu (Apoc. 4:11).

 

Lorsque Paul a écrit ses commentaires dans Hébreux, il ne les a pas sortis de nulle part. Ils provenaient de l’Ancien Testament et voici le texte duquel il les a obtenus. Tout le Conseil entier des Anciens est là, devant Dieu, en disant : ‘C’est par ta volonté que toutes choses existent et ont été créées’. C'est par la volonté de Dieu qu’elles existaient et ont été créées, mais elles ont été créées par Christ (avec les elohim) comme nous le dit le chapitre 1 d’Hébreux. Ainsi, les hommes peuvent tous comprendre ensemble que la main du Seigneur est le Messie. La pluralité dans Ésaïe 41:22-23 est complète et sans ambiguïté. Mon serviteur que j'ai choisi est pris comme référence à Israël comme Jacob dans Ésaïe 41:8-9.

 

Ésaïe 41:8-9 Mais toi, Israël, mon serviteur, Jacob, que j’ai choisi, race d’Abraham que j’ai aimé ! 9 Toi, que j’ai pris aux extrémités de la terre, et que j’ai appelé d’une contrée lointaine, à qui j’ai dit : Tu es mon serviteur, je te choisis, et ne te rejette point ! (LSG)

 

À Genèse 49:24, il est écrit : de Joseph vient le Berger, le Rocher d'Israël. La fertilité se trouve en Éphraïm (Joseph), et non en Manassé. Manassé signifie oublier et Éphraïm signifie être fécond. La Soncino note la compréhension rabbinique : Rashi désigne Joseph comme étant le Berger et le Rocher ; Rashbam et ibn Ezra seraient apparemment d'accord avec la traduction American Jewish mais font de Joseph le Berger (distinct du Rocher d'Israël). Ainsi, le Rocher d'Israël n'est pas le Messie qui est de Juda, sinon Joseph prendrait le contrôle et la suprématie sur Juda. L'alternative est que le Dieu d'Israël est l'origine du Rocher, ce qui le rend subalterne (subordonné). Jacob a dit à Joseph que son Rédempteur était un ange (qui était le Messie) à partir de sa bénédiction dans Genèse 48:15-16. L’elohim de Jacob de ce texte est un ange.

 

Genèse 48:15-16 Il bénit Joseph, et dit : Que le Dieu en présence duquel ont marché mes pères, Abraham et Isaac, que le Dieu qui m’a conduit depuis que j’existe jusqu’à ce jour, 16 que l’ange qui m’a délivré de tout mal, bénisse ces enfants ! Qu’ils soient appelés de mon nom et du nom de mes pères, Abraham et Isaac, et qu’ils multiplient en abondance au milieu du pays ! (LSG)

 

L'application de Rédempteur et de Saint d'Israël au Messie est considérée comme étant celle de celui qui décide de déposer sa position à la demande du Seul Véritable Dieu. Cette position est celle adoptée par Paul dans 1Timothée 6 et par Jean dans Jean 1 et 1Jean. Ainsi, le salut est une activité de Christ mais sous la direction de Dieu. Le salut est donc confié et investi en Christ en tant qu’instrument de Dieu.

 

Ce concept est très important. Le salut n'existe qu'en Christ, qu'en tant qu'instrument de Dieu. Dieu est notre Sauveur, pas Jésus Christ. Jésus Christ a agi comme notre Sauveur en tant qu’instrument et sous le pouvoir du Seul Véritable Dieu. Le salut repose sur le Messie, qui est notre sauveur, mais par la direction de Dieu. Toutes choses sont sous le pouvoir du Seul Véritable Dieu. C'est là que les Trinitaires manquent complètement le bateau. Ils disent que le Seigneur Jésus Christ est le sauveur dans le Nouveau Testament ; Dieu est notre Sauveur dans l’Ancien Testament (AT), en conclusion, Jésus Christ est le Dieu de l’AT. Par conséquent, Dieu est une trinité parce qu’elle couvre le Père, le Fils et l’Esprit Saint et c'est très clair que le Dieu de l’AT était en fait le Père.

 

Les Binitaires (et les Dithéistes) ont essayé de contourner cela en disant que le Père n'était pas connu dans l’AT ; le Dieu de l’AT était Jésus Christ. Ainsi, le Dieu de l’AT est le Sauveur, Jésus Christ est le Sauveur, et il n'y a donc aucun conflit (voir le document d’étude Dieu Notre Sauveur (No. 198)).

 

Dieu est notre Rocher, mais Jésus Christ est aussi la roche, le rocher non taillé par des mains d’hommes qui détruit les civilisations du monde. Dieu est le Rocher sur lequel sont placées toutes les pierres vivantes. Tout découle de la puissance et de l'autorité de Dieu, même la vie éternelle elle-même. Seul Dieu est immortel.

 

La Bible dit à 1Timothée 6:12-16 :

Combats le bon combat de la foi, saisis la vie éternelle, à laquelle tu as été appelé, et pour laquelle tu as fait une belle confession en présence d’un grand nombre de témoins. Je te recommande, devant Dieu qui donne la vie à toutes choses, et devant Jésus-Christ, qui fit une belle confession devant Ponce Pilate, de garder le commandement, et de vivre sans tache, sans reproche, jusqu’à l’apparition de notre Seigneur Jésus Christ, que manifestera en son temps le bienheureux et seul souverain, le roi des rois, et le Seigneur des seigneurs, qui seul possède l’immortalité, qui habite une lumière inaccessible, que nul homme n’a vu ni ne peut voir, à qui appartiennent l’honneur et la puissance éternelle. Amen !

 

Christ Jésus est ici très clairement distinct de Dieu qui donne la vie à toutes choses. Dieu a donné la vie à Christ Jésus. Les Trinitaires cherchent à nier ce fait. Si Dieu a donné la vie à Jésus Christ alors la doctrine de l'âme est un mythe et ils mourront sûrement. Ils veulent garder la promesse Satanique : ‘et vous ne mourrez point’. La vie éternelle, que ce soit en Christ ou dans n'importe qui d’autre, dépend totalement du Père qui seul est immortel.

 

Paul fait ici clairement la distinction entre Dieu et Christ. Il dit que Dieu seul a l’immortalité. Il est le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs. Aucun homme n’a jamais vu cette entité qui est clairement identifiée comme Dieu par Jean dans Jean 1:18.

Theon oudeis eooraken poopote monogenes theos

Dieu qu'aucun homme n'a jamais vu ; [le] seul dieu engendré [seul né]

 

o oon eis ton kolpon tou patros ekeinos ezegesato

l’[un] être dans le sein du Père, celui-là a déclaré. [?lui] a été ajouté au texte.

 

L'intention est en fait que Christ était le Dieu qui parlait, le Ho Legon des Grecs (voir Marshall Greek-English Interlinear pour le texte grec et la traduction).

 

Le Texte Reçu insère le mot grec uios ou fils à la place du mot theos mais le texte était compris anciennement comme étant theos et était discuté dans ce contexte lors des premiers Conciles. Les érudits modernes s’accordent généralement pour dire que le mot utilisé est en fait dieu et non fils. 1Jean 4:12 affirme également qu'aucun homme n’a jamais vu Dieu.

 

Aucun homme n’a jamais vu Dieu ; si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous et [S]on amour est perfectionné en nous.

 

Jean est tout à fait clair, à partir de ce texte et des textes précédents, que Dieu et Christ sont des Êtres distincts et séparés. Il a envoyé Son fils pour être l'expiation pour nos péchés (1Jean 4:10). Jésus Christ reçoit donc le titre de Roi des rois et de Seigneur des seigneurs dans Apocalypse 17:14 et Apocalypse 19:16 (où c’est inscrit sur sa robe et sa cuisse) par attribution de Dieu Tout-puissant qui lui attribue de fouler la cuve du vin de Sa Colère.

 

De plus, selon 1Timothée 6:12-16, nous sommes considérés comme ayant aussi la vie éternelle, étant appelés, choisis et fidèles (Apoc. 17:14). Chacun de ces titres est une condition préalable pour être avec Christ à son retour et pour l'établissement du Royaume de Dieu. Un individu doit non seulement être appelé, mais il/elle doit aussi être choisi(e), étant prédestiné par Dieu.

 

Romains 8:29-30 Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. 30 Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés ; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés ; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés.

 

Ainsi, les aspects de l'immortalité et de la vie éternelle sont inhérents au Père et attribués aux fils de Dieu qui étaient et sont pluriels (Genèse 6:2,4 ; Job 1:6 ; 2:1 ; Osée 1:10 ; Rom. 8:14,19 ; Gal. 4:5-6 ;  Phil. 2:15 ;  Héb. 12:7 ; 1Jean 3:1-2). Beaucoup sont appelés, mais peu sont choisis (Matt. 20:16 ; 22:14) ; car ils sont élus, comme Christ était le choisi de Dieu (Luc 23:35).

 

Pour que Christ soit le choisi (l’élu) de Dieu, il fallait qu’il soit choisi parmi quelque chose. S'il n’y avait qu’un seul Fils de Dieu à choisir, alors Christ ne pourrait pas être l’élu de Dieu. Il devait être sélectionné, nommé et envoyé ici, se qualifier et progresser.

 

Les élus ont été choisis par Christ (Jean 6:70 ; 15:16,19 sous la direction de Dieu (1Pierre 2:4) qui les a nommés par l'Esprit Saint (Actes 22:14). Ceux-ci étaient les choses faibles et folles du monde (1Cor. 1:27), les pauvres du monde, appelés à être riches dans la foi et héritiers du Royaume qu'Il a promis à ceux qui L’aiment (Jac. 2:5). En ce sens, le Royaume est parmi les élus mais il n'est pas encore là, venant finalement avec le retour du Messie (Apoc. 20:4-6). Dans ce sens, nous sommes une génération choisie et précieuse (1Pierre 2:4,9). Le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ nous a élus en Lui avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irréprochables devant Lui (Éph. 1:4).

 

Ainsi, le Dieu et le Père de Christ a choisi et a attribué à Christ la vie éternelle (Jean 5:26), lui donnant l'autorité (le pouvoir) de la mettre de côté et de la reprendre (Jean 10:18).

 

Jean 5:26 Car, comme le Père a la vie en lui-même, ainsi il a donné au Fils d’avoir la vie en lui-même.

 

Ce ne peut être plus clair que Christ n'a pas la vie en lui sans l'autorité du Père. Par conséquent, Christ n'est pas un être coéternel avec le Père. La vraie raison pour laquelle les gens ne veulent pas aborder ce sujet est que cela les renvoie à l'obéissance. Pour avoir la vie éternelle, nous devons être obéissants comme Christ était obéissant, même jusqu’à la mort. Personne ne veut être obéissant. C’est pourquoi ils veulent une âme [immortelle] et c’est pourquoi ils veulent la vie éternelle sans condition, sans attribution de Dieu. Ils veulent avoir intrinsèquement le droit à la vie éternelle. Cependant, ils ne l'ont pas intrinsèquement. Ni Christ n’a non plus la vie éternelle intrinsèquement, si ce n’est par l'obéissance au Père. C’est pourquoi personne ne veut dire que Christ est créé, car si Christ est créé, où nous situons-nous ? Christ demeure dans cet état basé uniquement sur son obéissance et sa justice. On sait tous que nous ne sommes pas des justes, donc nous ne voulons pas dépendre de la grâce et de l'obéissance de Dieu. C'est là le vrai problème.

 

La condition préalable pour recevoir la vie éternelle est de comprendre exactement qui est Dieu et qui est celui que nous adorons.

 

Jean 17:1-3 Après avoir ainsi parlé, Jésus leva les yeux au ciel, et dit : Père, l’heure est venue ! Glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie, 2 selon que tu lui as donné pouvoir sur toute chair, afin qu’il accorde la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. 3 Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ.

 

Ainsi, l’exigence ou condition pour hériter la vie éternelle est d’être capable de distinguer entre l’Unique Véritable Dieu et Jésus Christ qu'Il a envoyé et de les connaître tous les deux. Ainsi, le Trinitarisme ou le Binitarisme disqualifie l’individu de recevoir la vie éternelle. Ainsi, les Trinitaires ou les Binitaires conscients seraient consignés à la Deuxième Résurrection pour être rééduqués (recyclés). Il est donc crucial et essentiel que les élus ne se trompent pas ou n'échouent pas dans cette affaire. Cela ne signifie évidemment pas que tous les membres d’une Église Binitaire seraient automatiquement consignés à la Deuxième Résurrection. La compréhension des élus et leur relation avec l’Unique Véritable Dieu et le Christ sont souvent supérieures au ministère qui les sert. La capacité d’hériter de la vie éternelle est aussi fondée sur l’observance des commandements de Dieu et le témoignage de Jésus Christ. Ces gens sont décrits dans Apocalypse 12:17 ; 14:12 ; 22:14.

 

Apocalypse 12:17 Et le dragon fut irrité contre la femme, et il s’en alla faire la guerre aux restes de sa postérité, à ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus. (LSG)

 

Apocalypse 14:12 C’est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus. (LSG)

 

Apocalypse 22:14 Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d’avoir droit à l’arbre de vie, et d’entrer par les portes dans la ville ! (LSG)

 

La Bible version Revised Standard Version (RSV) utilise le texte comme le texte grec de Nestles et le traduit littéralement, à l’exception du mot droit qui est en fait ezousia, ou autorité sur l'arbre de vie, afin qu'ils puissent entrer dans la cité par ses portes. Ces portes sont celles des douze tribus d'Israël sous les apôtres. La Bible version KJV utilise le terme de commandements à partir du Receptus [Texte reçu] qui a le terme Makarioi oi poiountes tas entolas autou, ina estai e ezousia autoon epi to zulontes zooes. Ce qui est littéralement Bénis (sont) ceux qui accomplissent les Commandements de Lui, qui seront leur autorité sur l'arbre de vie. La version KJV est comme suit :

Apocalypse 22:14 Béni sont ceux qui font ses commandements, afin qu’ils puissent avoir le droit sur l'arbre de vie, et puissent entrer par les portes dans la ville. (KJV)

 

Les deux versions [anglophones] traduisent ezousia ou autorité par droit [le droit à l’arbre de vie]. Cette vue provient peut-être de la Doctrine de l'Âme à laquelle adhèrent les Trinitaires et qui cherche à établir la vie éternelle sans la décision de Dieu.

 

Le droit à l'arbre de vie comporte donc un certain nombre d'éléments. La connaissance de l’Unique Véritable Dieu et de Son fils Jésus Christ est primordiale. Ensuite, de cette connaissance découle l'obéissance aux Commandements de Dieu et au témoignage de Jésus. Comme il y a deux niveaux d'élus, il y a aussi deux niveaux de compréhension. L'Esprit Saint lui confère un désir de la vérité et une capacité à obéir à Dieu. Nombreux sont ceux qui comprennent la relation de Jésus Christ à Dieu et qui ont développé leur relation avec Dieu et avec Christ au-delà de l'organisation à laquelle ils fraternisent ou participent. Durant les derniers jours, nombreux sont ceux qui observeront les commandements de Dieu. En étant baptisés dans le Corps de Christ, ils sont obéissants jusqu’à la mort. Ils entreront dans le Royaume de Dieu, indépendamment de l'Église dans laquelle ils sont assis et quelle que soit la capacité de leur ministère à entrer en jugement et dans le Royaume de Dieu, parce qu'ils observent les commandements de Dieu et ont le témoignage de Jésus. Cependant, un élément ne peut pas être séparé de l'autre élément.

 

Si nous pouvons discerner l'élément primaire, nous devons alors poursuivre à l’étape suivante pour obéir à l'intention de la loi.

 

Luc 10:25-28 (citant Deut. 6:5) Un docteur de la loi se leva, et dit à Jésus, pour l’éprouver : Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? 26 Jésus lui dit : Qu’est-il écrit dans la loi ? Qu’y lis-tu ? Il répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée; et ton prochain comme toi-même. Tu as bien répondu, lui dit Jésus ; fais cela, et tu vivras.

 

L'élément principal du texte de Jean 17:1-3 est de connaître le Seul Véritable Dieu et Jésus Christ qu'Il a envoyé. La distinction a été faite par Christ pour illustrer le point crucial de la loi, à savoir le premier commandement (dans Exode 20:3 ; Deut. 5:7). De ce commandement, tous les autres découlent. Ainsi, le Binitarisme ou le Trinitarisme enfreint l'élément primaire et ces positions seules sont suffisantes pour disqualifier l'adhérent de la vie éternelle découlant de la Première Résurrection. La question est donc cruciale pour le salut.

 

Le deuxième élément, tout aussi crucial, est de croire au Christ Jésus.

 

Jean 6:40 La volonté de mon Père, c’est que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour.

 

Ceci est développé dans l'Évangile de Jean jusque dans le concept d'être né de nouveau par le baptême d'eau et d'Esprit. Christ a dit que

 

Jean 3:3,5 ... si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu... si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu.

 

Ainsi, Christ a reçu le pouvoir de ressusciter les morts qui sont baptisés dans son Corps (non pas dans une dénomination quelconque, mais seulement dans son Corps) lors de la Première Résurrection, lorsqu’il reviendra. C’est la résurrection pour la vie (Jean 5:29). La Deuxième Résurrection est la résurrection pour le jugement. Cependant, cela ne signifie pas la mort, mais une correction (kriseoos).

 

Christ a été explicite que les Écritures ne donnent pas la vie éternelle. C’est seulement en allant à Christ que l’on peut être sauvé, cependant, Christ est venu au nom du Père et non en son propre nom (Jean 5:39-40,43). Christ a dit :

 

Jean 11:25 Jésus lui dit : Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort ;

 

Le terme correct est en aucun cas ne meurt jusqu’à l'âge (ou me apothane eis ton aioona) (voir Marshall’s Interlinear).

 

Ainsi, les élus sont conservés par Christ jusqu’à l'âge, c’est-à-dire le Millénaire où ils seront restaurés par l'adoption de la Première Résurrection. Alors, la vie éternelle leur est donnée. Le concept de ne pas mourir pour l'âge semble être délibérément évité.

 

Le Temps et l’Immortalité

Le concept de temps n’apparaît que lorsqu’il existe une relation entre des objets. Par exemple, un jour se produit suite au mouvement de la terre sur son axe par rapport au soleil. L’année solaire est comprise comme étant la révolution singulière de la terre autour du soleil. Plusieurs années sont impliquées dans la rotation de la galaxie, c.-à-d. Solaire/Sidérale/Galactique. L'univers a un facteur d'expansion qui relate le mouvement d’expansion à partir d'un point initial. Le point primaire a été déterminé par Penrose comme étant 10 à la puissance 10 à la 123ème puissance. Ainsi, d’après l’ampleur de ce nombre, il doit y avoir un point d'origine unique pour l'univers, et aucun autre. Tout ce mouvement est exprimé dans des concepts de temps qui sont liés au système terrestre.

 

Quelle que soit la méthode de mesure, le temps ne peut avoir pour origine que la relation de deux objets ou plusieurs objets entre eux. Donc, le temps ne pouvait commencer qu’avec l'existence de deux ou plusieurs objets. Dieu existait avant le temps. La génération [création] des elohim était en fait le commencement du temps -- le commencement de la création de Dieu (Apo. 3:14). Colossiens 1:15 dit que Christ était le premier engendré de la Création de Dieu (voir les documents d’étude La Préexistence de Jésus Christ (No. 243) ; Comment Dieu Devint une Famille (No. 187)  ; et Le But de la Création et du Sacrifice de Christ (No. 160)).

 

Le Seigneur Dieu est donc l'Alpha, en tant que cause et existant, et étant l'objectif final de cette action. Il est également l'Omega (voir le document d’étude L’Archè de la Création de Dieu en tant que l'Alpha et l'Oméga (No 229)).

 

Apocalypse 1:8  Je suis l’alpha et l’oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout-Puissant.

 

…..lorsqu’il devient tout en tous (Éph. 1:23).

 

Dieu a mis toutes choses sous les pieds de Christ et l'a placé en tête ou fait chef de toutes choses pour l'Église. Dieu a ressuscité Christ.

 

Éphésiens 1:20 Il l'a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, 21 au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir. 22 Il a tout mis sous ses pieds, et il l’a donné pour chef suprême à l’Église, 23 qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous.

 

Christ est ainsi investi d’une autorité sur chaque nom, car le nom lui-même constitue une autorité. L'autorité lui est donnée sur toutes choses afin que l'Église puisse entrer dans son héritage à travers Christ en qui la plénitude de la Divinité a habité corporellement (Col. 2:9). Ce mot traduit par Divinité est ici theotetos qui signifie déité ou l'état d’être Dieu. Or, Thayer dit que la déité (theot) diffère de la divinité (Theiot) comme l'essence diffère de la qualité ou de l’attribut (Thayers, p. 288). La signification ici est que la plénitude de l'essence de Dieu a habité corporellement en Christ. C'est cette plénitude d'essence qui nous est donnée pour que tous les hommes revêtent la nouvelle nature de Dieu (Col. 3:10).

 

Ils ne deviennent ni Juifs ni Grecs mais tous appartiennent à Christ parce qu'il est en tout (Col. 3:11). Il développe les hommes, par la puissance de l'Esprit Saint, afin de faire finalement Dieu tout en tous (1Cor. 15:28).

 

Quand toutes choses lui sont soumises, alors le Fils lui-même sera aussi soumis à celui qui a mis toutes choses sous lui, afin que Dieu soit [tout en tous KJV] (panta en pasin) (voir Marshall's Interlinear et aussi Col. 3:11 (panta kai en pasin).

 

Les Trinitaires ont commencé à traduire ce texte par ‘tout à tous’ pour éviter l'extension logique de Dieu comme essence, s'étendant à tous les hommes comme au Christ à partir de ces textes.

 

C'est Christ qui nous remplit de la plénitude de Dieu (Éph. 3:19) ; la plénitude de Christ étant une image du Père (Éph. 4:13). C'est ainsi que nous devenons une image ou un eikon du Père comme l’était Christ et que nous sommes donc Enfants de Dieu et cohéritiers avec Christ du Royaume de Dieu (Rom. 8:17 ; Jacques 2:5) – et héritiers selon la promesse (Gal. 3:29) du salut (Héb. 1:14) et héritiers ensemble de la grâce (1Pi. 3:7). Le Fils de Dieu devient à son tour un Père Éternel (Ésaïe 9:6) étant la tête (le chef) de la paternité de l'Armée humaine prenant ainsi sa place à côté des autres paternités dans le ciel dont il y en a plusieurs (voir le document d’étude Ésaïe 9:6 (No. 224)).

 

Éphésiens 3:14 À cause de cela, je fléchis les genoux devant le Père, 15 duquel tire son nom toute famille dans les cieux et sur la terre,

 

Ici, le mot famille est patria ou paternité. Ainsi, le titre de père, qu’il s’agisse des familles ou de la maison de Dieu, est un titre délégué démontrant la responsabilité ultime de chaque dirigeant (chef) de chaque unité jusqu’aux familles. Ainsi, l'ordre va de Dieu au Christ au chef mâle de la famille (1Cor. 11:3). Il doit s’acquitter de sa responsabilité comme Dieu le fait pour le Christ et les autres Fils de Dieu qui sont elohim, et de la manière dont ces elohim s’acquittent à leur tour de leurs responsabilités envers ceux qui sont sous leurs ordres.

 

Ces elohim sont les étoiles du matin de Job 38:7 et les Fils de Dieu qui sont devant la présence de Dieu (Job 1:6 ; 2:1). Ceux-ci sont les Fils de Dieu comme nous serons les Fils du Dieu Vivant (Osée 1:10). Ces étoiles du matin sont les elohim ou elahhin dont il est question dans Daniel 2:11 et dont la demeure n'est pas avec la chair. Il s’agit d’entités spirituelles. Elles constituaient le conseil intérieur de Dieu (Ps. 89:6-8). Elles étaient les qedosim ou les Saints et elles étaient tous Fils de Dieu. Le conseil est identifié dans Apocalypse 4 et 5. Elles sont les partenaires (metoxous) du Grand prêtre (Souverain Sacrificateur) de la Maison de Dieu (Héb. 10:21) qui est l'agneau désigné en tant que elohim d'Israël par son elohim (Ps. 45:6-7 et Héb. 1:8).

 

Les Psaumes célébrant l'intronisation de Yahovah (Jéhovah) d'Israël en tant que roi des nations sont les Psaumes 47 ; 93 ; 96 ; 97 ; 98. Ces partenaires étaient le conseil des elohim qui constituait le premier acte de la création de Dieu. La première activité de Dieu a été de créer Ses Fils. Ces elohim ont ensuite commencé le temps par leurs activités en relation avec le Père. Christ a été créé avec ces elohim. Ils étaient tous des générations [des créations générées] du Père ayant la nature de Dieu par l'Esprit Saint (voir le document d’étude Comment Dieu Devint une Famille (No. 187)).

 

À la suite de la rébellion, Christ a été promu au rang de Grand Prêtre (Souverain Sacrificateur) pour diriger, suite à sa fidèle obéissance dans la rédemption de l'humanité.

 

Hébreux 5:8-10 a appris, bien qu'il fût Fils, l’obéissance par les choses qu’il a souffertes, et qui, après avoir été élevé à la perfection, est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l’auteur d’un salut éternel, Dieu l’ayant déclaré souverain sacrificateur selon l’ordre de Melchisédek.

 

Ainsi, Christ a été désigné Grand Prêtre (Souverain Sacrificateur) en raison de la nature de son sacrifice obéissant (voir le document d’étude Le But de la Création et du Sacrifice de Christ (No 160)).

 

Il n’était donc pas toujours en position de supériorité par rapport à ses partenaires. C’est précisément pour cette raison que Christ a donné sa propre vie et a versé son propre sang dans le Saint des Saints, que Dieu n'aurait pas pu être le sacrifice. Le Grand Prêtre a pris son propre sang afin de faire le rachat auprès de Dieu dans le Saint des Saints. C’est pourquoi le Trinitarisme lui-même est une folie. Un chef doit servir et il doit être prêt et désirer donner sa vie pour ses frères. Il doit être capable de surmonter le concept du moi, ce qui est l'attribut et l'attitude d'amour agapè qui devient une partie de la nature de Dieu. C’est ce que Christ devait faire et c’est le sens de son sacrifice. Cela n’avait rien à voir avec l’adéquation de Christ (voir le document d’étude Le But de la Création et du Sacrifice de Christ (No. 160)).

 

Ainsi, il n'est aucunement question que Christ soit toujours coéternel avec Dieu avant la création des elohim. Il n’y a pas non plus de suggestion quelconque qu'il était co-égal avec Dieu, étant dépendant de Dieu pour son rang et son autorité. Il a atteint ce rang et cette autorité par une obéissance volontaire. Le rang lui a été donné suite à l’accomplissement de la tâche. Israël lui a été attribué lorsque toutes les nations ont été attribuées à l'Armée dans le cadre de leurs responsabilités individuelles (par exemple Dan. 12:1 ; Deut. 32:8 (voir la LXX et les MMM) ; voir aussi le document d’étude Les Élus en tant qu’Elohim (No. 001)). À travers Israël, sous cet elohim, Dieu, ou Eloah, devait mettre en œuvre le Plan de Salut.

 

Le concept est donc que Christ était immortel, mais que l'immortalité lui a été accordée en même temps qu’à tous les elohim. Il a l'immortalité parce qu'il connaît le Père et Lui obéit. Nous devons aussi revêtir l'immortalité (1Cor. 15:53-54). Christ conserve cette immortalité par l'obéissance volontaire au Père. Nous conservons également l'immortalité par l'obéissance volontaire au Père. La forme d'immortalité que nous avons est la même que celle donnée au Christ et à l'Armée et c’est la vie aionion. Elle signifie perpétuelle et est aussi utilisée dans le passé, mais elle a le concept de perpétuité continue (voir le document d’étude sur L'Immortalité (No. 165)).

 

Dieu nous donne la vie aionion (1Jean 5:11), qu'Il nous a promise (1Jean 2:25). La vie éternelle ne peut être conservée que par l'adhésion à l'adoration et à la connaissance du Seul Véritable Dieu et de Son fils Jésus Christ (voir Jean 17:3 ci-dessus) mais aussi elle peut être perdue par la désobéissance à la loi. Le facteur majeur du résultat final de la loi, comme nous l’avons vu, est l’amour de Dieu et l'amour de l'homme. Celui qui n'aime pas son frère perdra sa vie éternelle (1Jean 3:14-15). Ainsi, il est donc impératif que nous sachions que Dieu est le Seul Véritable Dieu et que Jésus Christ est Son Fils.

 

1 Jean 4:15 Celui qui confessera que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu.

 

Ainsi, Dieu habite dans les élus et eux en Lui exactement comme Dieu a habité en Christ et lui en Dieu. L'échec des élus à obéir à Dieu est de faire face à la perte de leur vie éternelle. Ils doivent donc être capables de mourir.

 

Les elohim sont soumis aux mêmes pénalités. Satan et Christ faisaient tous deux partie du conseil intérieur des Elohim ou des Saints. Satan était le Chérubin Protecteur Oint (Ésaïe 14:12ff. ; Ézéch. 28:14,16).

 

Dieu a expulsé le chérubin protecteur de la montagne de Dieu et l’a détruit (Ézéch. 28:16). Il sera détruit par le feu et jeté comme de la cendre sur la terre. Ceci est une description symbolique de la destruction de l’Armée déchue. Ce sont des êtres spirituels et donc de l'énergie spirituelle. La méthode de traitement de l’Armée déchue et des humains rebelles lors de la Deuxième Résurrection et du jugement est expliquée en détail dans les documents d’étude Le Jugement des Démons (No. 080) et La Brebis Perdue et le Fils Prodigue (No. 199)). Ce qui est important, c’est de savoir que la conservation de la vie éternelle se fait par l’obéissance volontaire au Père. Nous, de la famille du roi, sommes nés pour devenir elohim comme l'Ange de Yahovah (Jéhovah) à notre tête (Zach. 12:8). Notre vie éternelle est en tant qu’elohim.

 

C'est l'équivalent de commettre le suicide spirituel que d’accepter le Trinitarisme ou le Binitarisme. En effet, c'est un signe des élus que d’être capables de distinguer les erreurs. La Position Illogique du Trinitarisme a été publiée dans le document d’étude Le Binitarisme et le Trinitarisme (No. 076). Nous étendons ici cette position pour traiter de quelques points illogiques du Dithéisme ou du Binitarisme (voir le document d’étude Le Socinianisme, l’Arianisme et l'Unitarisme (No. 185)).

 

***

 

Les Conséquences Illogiques du Binitarisme

Le Binitarisme tombe dans un grand nombre des mêmes erreurs, en général, que le Trinitarisme. La plupart des gens qui sont Binitaires sont des personnes qui voient et comprennent la nature non-biblique du Trinitarisme mais désirent conserver une certaine position pour Christ, ce qui ne les aliénera pas totalement des Trinitaires. Ceci, bien sûr, est impossible.

 

Un Binitaire qui considère que Dieu et Christ sont Un et qui cherche à les fusionner, doit inévitablement s’accommoder de l'Esprit Saint. Ainsi, le fait que l'Esprit Saint soit une personne ou une force devient une simple question de sémantique, car le Binitaire est forcé de fusionner l'Esprit avec les deux, et la discussion se concentre donc simplement autour des mécanismes fonctionnels qui font que les trois ne font qu’un. Le Binitarisme ne peut en effet pas tenir debout et, par conséquent, jusqu'au XXe siècle, il y a eu peu de sectes Binitaires (voir les documents d’étude Dieu Révélé Chapitre 1 – le Monothéisme Ancien (No G1) ; Le Veau D’or (No. 222) et Les Origines de Noël et de Easter/Pâques (No. 235)).

 

Les Binitaires qui soutiennent que Dieu et Christ sont deux Êtres coéternels séparés, ce qui est un Dithéisme logique, et qui tiennent à l'existence de deux Véritables Dieux (contrairement à Jean 17:3 ; 1Jean 5:20 ; 1Tim. 6:16) sont engagés dans les dilemmes ou problèmes suivants.

 

*          Si Dieu et Christ ont coexisté éternellement avant le temps, alors le temps en tant que relation entre des objets ne s'applique pas. Ainsi, Dieu et Christ ne sont pas des entités. Des Entités ou des Êtres existent par définition ; par conséquent, Dieu et Christ n'existent pas. (L’énoncé que Dieu et Christ n'étaient pas des Êtres a été avancé par les apologistes Trinitaires dans les Églises de Dieu au cours de ces dernières années. Ce raisonnement semble s’étendre à la Théologie du Processus et s’étend à la théorie de la non-existence dans le bouddhisme et l’hindouisme).

 

*          Si Dieu et Christ ont existé conjointement éternellement, alors il y a deux Êtres qui partagent les noms Dieu et Christ. Le nom Christ signifie oint. Par conséquent, l’une des entités est ointe et l'autre ne l'est pas. Cela soulève les questions suivantes :

 

*          Qui a oint l’autre Être ?

 

*          L’onction confère l'autorité, donc ils n'étaient pas co-égaux. S'ils n'étaient pas co-égaux, d’où vient la préséance s'ils étaient coéternels ?

 

*          Ainsi, l'un doit être plus fort que l'autre, donc là encore, ils ne peuvent pas être co-égaux.

 

*          S’ils étaient en effet co-égaux et que le terme oint signifie simplement qu'ils ont décidé : Cela signifie sûrement qu'ils auraient pu aller chacun se sacrifier.

 

*           Comment Le Seigneur a-t-il pu dire au Seigneur de David, qui était le Messie ou le Yahovah (Jéhovah) d'Israël :

Assieds-toi à ma droite, jusqu’à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied. (Ps. 110:1).

 

*          Comment Christ peut-il s'asseoir à la droite de son égal ?

 

*          S’ils étaient coéternels, ils s'assiéraient côte à côte. Dieu s’assiérait à gauche de Christ et inversement.

 

*          Le mot Dieu dérive du sens de bonté ultime. Cela signifie-t-il que l'autre ne l'est pas ? Les deux sont-ils appelés Dieu ?

 

*          Cela signifie-t-il qu'ils auraient pu se disputer quant à savoir qui devait descendre pour être sacrifié (comme cela a été en fait suggéré par certains Binitaires au cours de la période 1989-1990) ?

 

*          Si l'Un est Dieu le Père et l'autre est Dieu le Fils, en quoi cela diffère-t-il du Trinitarisme ou de l'adoration du dieu Attis ? (Voir le document d’étude Les Origines de Noël et de Easter/Pâques (No. 235)).

 

*          Comment Christ peut-il avoir des partenaires s'il est coéternel avec Dieu et que ces partenaires ne sont pas coéternels avec eux ? Cela ne signifierait-t-il pas aussi que Dieu a des partenaires ? Comment alors est-Il Lui le Père ?

 

*          Si deux Êtres sont co-éternels, comment la Paternité peut-elle être attribuée à l'un et la Filiation à l'autre avec un sens quelconque dans le langage ?

 

*          Si la Paternité et la Filiation signifient autre chose que ce qui est exprimé ou véhiculé dans le langage, alors les images véhiculées dans la Bible sont sûrement inexactes. Si c’est le cas, comment les Écritures peuvent-elles être vraies ? Si les Écritures ne sont pas vraies, comment Dieu peut-il être vrai ? Si Dieu n'est pas vrai, comment peut-Il être Dieu ? Mais Dieu est le Dieu de vérité, donc Il doit être le Père et Christ doit être le fils et par conséquent, ils ne sont pas coéternels.

 

Si l'un n'est pas coéternel, alors il est Dieu ou elohim par adoption ou héritage, comme le sont tous les Fils de Dieu, tant célestes qu’humains (voir aussi Zach. 12:8). Elohim est pluriel, Eloah est singulier. Eloah est le Père (Prov. 30:4-5) qui est l'objet de l'adoration et du sacrifice dans Son temple, ayant placé Son nom à Jérusalem (Esdras 4:24 à 7:26).

 

Si la position de Christ Jésus n'implique aucune subordination, alors le Nouveau Testament entier est écrit dans un langage trompeur. Ainsi, il n’y a rien qui puisse être attribué à l'obéissance. Cela devient sans pertinence que la Bible soit suivie, car elle n'est pas inspirée dans un sens qui peut être expliqué en logique ou en langage.

 

En outre, le Problème du Mal lié au Dualisme soulève un grand nombre de questions qui s’appliquent alors au Christianisme. Le Christianisme ne peut pas être logiquement monothéiste avec deux Dieux coéternels.

 

Il y a Un Unique Véritable Dieu et Son fils Jésus Christ est notre chef, étant oint par Son Dieu (Ps. 45:6-7 ; Héb. 1:8-9). Par conséquent, la position logique tant de la Bible que du Théisme Rationnel est Unitaire [Unitarienne], et non Binitaire ou Trinitaire. La vie éternelle est basée sur cette compréhension et sur l'obéissance à Dieu.

 

 

q