Christian Churches of God

 

[164G]

 

 

 

 

 

Forgeries et Erreurs de Traductions

 

 

 

    se rapportant à la Position de Christ

 

 

(Édition 2.0 20140125-20190302)

 

 

 Le Binitarisme n’est pas une doctrine des Églises de Dieu. C’est une hérésie païenne qui a été insérée dans les Églises de Dieu dans le système de l’église RCG/WCG par Armstrong et ses hérétiques Dithéistes, puis par ceux qui ont essayé de donner du sens aux deux dieux de l’Armstrongisme dans le Binitarisme.

 

 

 

 

Christian Churches of God

PO Box 369, WODEN ACT 2606, AUSTRALIA

 

Courriel : secretary@ccg.org

 

 

(Copyright © 2014, 2019 Wade Cox)

(Tr. 2016, 2020, rév. 2020)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
http://logon.org/ et http://ccg.org/

 


 Forgeries et Erreurs de Traductions se rapportant à la Position du Christ [164G]


L'introduction des doctrines Binitaires impliquées dans l’adoration du dieu Attis est venue de Rome dans la dernière moitié du Deuxième siècle de l’Ère Courante. Nous avons traité des hérésies dans l'Église du NT dans le texte L'Hérésie dans l'Église Apostolique (No. 089). Ces hérésies provenaient et étaient issues des doctrines Gnostiques au Premier Siècle. Ce n’est qu’au Deuxième siècle que le Binitarisme des Cultes du Soleil et des Mystères est entré dans l'église à partir de Rome, avec les adorateurs du dieu Attis entrant dans le Christianisme et corrompant ses doctrines. Ces doctrines ont été impliquées dans le culte d'Attis, d’Adonis, d’Osiris, de Baal et de Mithra en tant que Sol Invictus Mithra, en tant que version secrète de l'Armée romaine. Les procédures qu'elles ont utilisées sont examinées dans le document d'étude La Déformation par les Binitaires et les Trinitaires de la Première Théologie de la Divinité (No. 127B).

 

Les Églises de Dieu ont été en mesure de résister à ces influences au cours des siècles, mais elles ont été sévèrement affaiblies par celles-ci et par la Réforme qui a été jugée nécessaire, non pas par les Protestants, mais par les Catholiques Romains eux-mêmes, comme ils étaient taillés en pièces par les Églises de Dieu et par l'immoralité de la prêtrise de l’Église CR. Luther a été nécessaire aux Catholiques romains pour empêcher la destruction de la Trinité et en même temps les mécontents de l'Église CR. La même chose a été faite aux Anabaptistes par le prêtre romain Menno Simons qui a arrêté davantage l’hémorragie des groupes trinitaires là de ce qui est devenu les Mennonites.

 

À chaque révolution dans le système Trinitaire, une nouvelle hérésie a été lancée pour lutter et combattre contre l'accroissement des Églises de Dieu qui observent le Sabbat. La dernière émergence a été celle parmi les SDAs (Adventistes du Septième Jour) et l’Église COG (SD) (Church of God Seventh Day) (l’Église de Dieu du Septième Jour) et l'émergence de l’église RADIO COG (Radio Church of God, en français Église de Dieu à ou de la Radio) qui a évolué et s’est transformé en l’église WCG (Worldwide Church of God) (Église Universelle de Dieu) sous l’Armstrongisme et les hérésies Dithéistes et Binitaires qui ont suivi. Comme dans toutes les hérésies précédentes, l'élévation Binitaire du Christ au-dessus du Conseil des Élohim a dû être mise en œuvre pour faire évoluer l'église le long des lignes hérétiques vers le Trinitarisme. La première étape consiste à affirmer que Genèse 1:26 se réfère à Dieu le Père et à Jésus-Christ plutôt qu’au Conseil des Elohim de la Bible.

 

La Bible moderne a été en grande partie corrompue par les apologistes Trinitaires qui forgent des ajouts ou utilisent des erreurs de traduction dans le but de tromper et par conséquent de commettre des fraudes. On peut lire dans Genèse 1:26 : Et Elohim dit créons l'homme (Adam) à notre image. Le pluriel ici est ensuite utilisé par les Binitaires/Dithéistes pour se référer à deux êtres comme une pluralité. Cela a été fait par les adorateurs d'Attis et avec toutes les autres attaques contre l'Église de Dieu depuis. Examinons sur la façon dont Bullinger a traité de la question de la création, que nous avons déjà publiée auparavant (cf. Companion Bible Annexe 5). Le texte qui suit est tiré de La Création versus Évolution (No. B9). Rappelez-vous qu'il n’y a qu’Un Unique Vrai Dieu Eloah qui a créé les cieux et la terre. Son premier acte de Création était de créer l’Esprit Saint et puis de créer les elohim en qui Il est devenu tout en tous, par le moyen de l’Esprit Saint ; Dieu étant Ha Elohim ou Le Dieu comme Elohim. Ce qui suit est l'accent mis par Bullinger sur la création par Dieu.

 

Annexe 5 provenant de la Bible The Companion Bible.

 

L'Introduction de la Genèse (et de toute la Bible), Genèse 1:1-2:3, attribue tout au Dieu vivant, la création, la fabrication, l’action, le mouvement, et la parole. Il n'y a pas de place pour l'évolution sans une négation totale de la révélation Divine. L‘une doit être vraie, l'autre fausse. Toutes les œuvres de Dieu ont été prononcées "bonnes" sept fois (voir l'Annexe 10), videlicet (c’est-à-dire) : Genèse 1:4,10,12,18,21,25,31. Elles sont "grandes," Psaume 111:2. Apocalypse 15:3. Elles sont "merveilleuses" Job 37:14. Elles sont "parfaites," Deutéronome 32:4. [Eloah est identifié à partir de Deut. 32].

 

L'homme débute à partir de rien. Il commence dans l'impuissance, l'ignorance et l'inexpérience. Toutes ses œuvres, par conséquent, procèdent du principe de l'évolution. Ce principe ne se voit que dans les affaires humaines : de la hutte au palais ; du canoë au paquebot, de la bêche et soc de charrue aux machines pour le forage, la récolte, et la reliure, etc. Mais les oiseaux construisent leur nid aujourd’hui comme au commencement. Dès que nous passons la ligne de démarcation et que nous entrons dans la sphère divine, nous ne voyons plus aucune trace ou vestige de l'évolution. Il y a la croissance et le développement à l’intérieur, mais pas de passage, de changement ou d’évolution à partir de l'un vers l'autre. En outre, toutes les œuvres de Dieu sont parfaites.

 

Dans l'Introduction de la Genèse (chapitre 1:1-2:3), quarante- six fois tout est attribué à des actes et volontés directes de la part de Dieu en tant que Créateur (voir l'Annexe 4. I.)

 

Dieu (ou Il) a créé
Dieu s'est déplacé
Dieu a dit
Dieu a vu
Dieu a divisé
Dieu (ou Il) a appelé

Sous-total reporté =

Dieu (ou Il) a fait   
Dieu a établi
Dieu a béni
Dieu a achevé
Il s'est reposé
Il a sanctifié

=

6 fois (1:1,21,27,27,27; 2:3)
1 fois (1:2).
10fois(1:3,6,9,11,14,20,24,26,28,29)
7 fois (1:4,10,12,18,21,25,31,)
2 fois (1:4,7)
5 fois (1:5,5,8,10,10).
__
31

7 fois (1:7,16,25,31; 2:2,2,3).
1 fois (1:17).
3 fois (1:22,28; 2:3).
1 fois (2:2).
2 fois (2:2,3).
1 fois (2:3).
___
46

 

On notera que le mot "Dieu" (Elohim, voir l'Annexe 4. I.), apparaît dans cette Introduction trente-cinq fois (7 x 5), le produit de 7 et 5, les nombres de la perfection spirituelle, et de la grâce. (Voir l’Annexe 10.)

Il y a également dix mots reliés au mot "Dieu", c’est le nombre de perfection ordinale (Annexe 10).

Il y a seulement un verbe utilisé seul avec le pronom "Il", au lieu de "Dieu", et qui est le verbe "reposé". Cela fait onze en tout ; pour la signification de ce verbe, voir l'Annexe 10.

Le mot "et" est répété 102 fois : ainsi, par la figure Polysyndeton (Annexe 6), marquant et soulignant chaque acte séparé comme étant tout aussi indépendant et important.

L'évolution n’est qu’une des nombreuses théories inventées pour expliquer les phénomènes de choses créées. Il est admis par tous les scientifiques qu’aucune de ces théories ne couvre tout le terrain, et la plus grande revendication faite pour l’Évolution, ou le Darwinisme, est que "cela couvre plus de terrain que toutes les autres."

La Parole de Dieu revendique couvrir tout le terrain : et la seule façon de répondre à cette revendication est de nier l'inspiration des Écritures, afin de l'affaiblir. C'est le travail extraordinaire spécial entrepris par la soi-disant "Haute Critique", qui fonde ses conclusions sur des hypothèses et des raisonnements humains, plutôt que sur les preuves documentaires des manuscrits, comme le fait la critique textuelle.

 

Nous avons examiné cette fonction dans le texte Comment Dieu devint une Famille (No. 187), comme suit : 

 

La Création Physique

Dieu a résolu de faire la phase suivante de la création. Il avait prévu de produire une création physique dans laquelle l'esprit était capable de restreindre et de contrôler la nature de l'existence. Il l'a fait pour qu’une autre phase ou un autre moyen d'enseignement puisse être donnée aux fils de Dieu. À l'aide ou grâce ce moyen, ils pouvaient apprendre à la fois l'obéissance et la foi en leur Père.

 

Dieu a commencé la création physique. Avec le doigt de Son esprit, Il a exprimé le désir que l'esprit commence un processus d'ajustement afin qu’un monde physique puisse être créé à partir de ce qui était invisible et immatériel. Cela a été réalisé de la façon suivante : L'esprit immatériel a été placé ou mis en relation avec lui-même par une rotation rapide et une grande force. Cet aspect a déterminé la distance entre les sous-structures et leur a ainsi donné des propriétés diverses. Par cet arrangement de l'esprit en rotation, le système subatomique a été créé.

 

Ce processus initial était si intense et très dense à cause de sa proximité à lui-même. Nous comprenons ce processus comme étant le Big Bang, ou le point d'origine de l'univers physique. Cette origine de l'univers a émané de Dieu en tant que Son produit, en utilisant la relativité de la création spirituelle, qui est invisible (Hébreux 1-3). Les choses que l'on voit sont temporelles. Les choses qui sont invisibles sont éternelles (2Corinthiens 4:18). Plusieurs ères plus tard, des esprits plus chétifs regarderont en arrière et examineraient ce processus et détermineraient par les mathématiques ce qu'ils appelleront la sélection volume-espace-phase. Ils sauraient que l'origine de l'univers physique vient ou devait se situer à un point unique et à aucun autre. Ils détermineraient numériquement que ce volume-espace-phase correspond au chiffre 10 à la 10ème puissance à la 123ème puissance. Ce nombre est tellement grand qu'il ne peut pas être écrit de façon normale, même en mettant un zéro sur toutes les sous-particules de matière de l'univers. Cela démontre simplement que l'origine peut seulement être limitée à un seul endroit et à une seule place ; à savoir, le point à partir duquel Dieu a choisi de donner naissance de créer l'univers.

 

Par cette activité, Dieu est devenu le créateur et le pourvoyeur des cieux, de la Terre et de tout ce qu'ils renferment (Genèse 1:1 ; Néhémie 9:6 ; Psaume 124:8 ; Ésaïe 40:26,28 ; 44:24 ; Actes 14:15 ; 17:24-25 ; Apoc. 14:7).

 

La force spirituelle utilisée pour produire ou créer cette création matérielle s'est déplacée avec une telle puissance et une telle vitesse ou rapidité qu'elle a débuté l'expansion de l'univers. Cette expansion devait se séparer suffisamment [de] sa masse pour pouvoir se réorienter sous formes d’atomes et de molécules de divers poids et complexités, de sorte que les liquides, les solides et les gaz deviennent possibles. Les galaxies se sont formées au fur et à mesure que la matière s'est combinée ou s’unissait en concentrations variables. Au sein des galaxies, la matière s'est recentrée de nouveau à une densité suffisante pour que des systèmes se forment. Rendus à la masse critique, ces derniers se sont enflammés. Cette ignition était due à des réactions nucléaires, qui ont libéré la puissance de la sous-structure de l'esprit dans des séquences contrôlées. Au commencement physique, Dieu créa les cieux et la Terre (Genèse 1:1).

 

Les fils de Dieu ont été divisés en systèmes administratifs. L'univers a été divisé en quatre secteurs (ou quadrants). Chacun des secteurs a été placé sous un Être décrit ou représenté comme une Créature Vivante. Chacun des secteurs était constitué de trois systèmes, et chaque système avait deux représentants au Conseil. Ainsi, il y avait vingt-quatre Anciens dans le Conseil, avec les quatre Créatures Vivantes et le premier engendré ou prototokos. À ce moment-là, la rébellion n'avait pas encore eu lieu et Azazel était le deuxième oint en tant que Chérubin Protecteur.

 

Le but de la création physique a été dévoilé comme un mystère. Les fils de Dieu devaient procéder par la foi. La capacité de créer a été accordée aux fils de Dieu, en tant que membres du Conseil des Elohim (Genèse 1:26). Les fils de Dieu étaient assemblés et ils ont éclaté en chants d'allégresse à la création de cette planète par Eloah. Les systèmes avaient été placés sous des Étoiles du Matin, en tant que leaders [ou dirigeants]. 

Job 38:4-7 4 Où étais-tu quand je fondais la terre ? Dis-le, si tu as de l'intelligence. 5 Qui en a fixé les dimensions, le sais-tu ? Ou qui a étendu sur elle le cordeau ? 6 Sur quoi ses bases sont-elles appuyées ? Ou qui en a posé la pierre angulaire, 7 alors que les étoiles du matin éclataient en chants d'allégresse, et que tous les fils de Dieu poussaient des cris de joie ? (LSG)

 

L'univers entier avait été placé sous un système de gouvernement et d’ordre que nous voyons reflété plus tard dans le Tabernacle des Hébreux (Hébreux 8:5). Azazel a été nommé l'Étoile du Matin ou Porteur de Lumière pour cette planète (Ésaïe 14:12) et Il a été nommé (ou fait) elohim de cette planète (2Corinthiens 4:4). Le Messie est l'Étoile du Matin ou l'Étoile du Jour désignée pour le remplacer (Nombres 24:17 ; 2Pierre 1:19 ; Apoc. 2:28 ; 22:16).

 

Cette planète était peuplée d’êtres créés qui n'étaient pas basés sur notre système mammalien. L'Étoile du Matin qui était en charge ou responsable de cette planète a produit un système de vie basé sur un système reptilien, qui semble avoir eu des capacités remarquables. La science moderne pense que la vie intelligente telle que nous la connaissons n'a été seulement possible qu'environ plus ou moins deux millions d'années par rapport à la vie des principaux systèmes d’étoiles. Nos sites de fouilles du passé nous ont permis de voir et montrent que les humanoïdes ont commencé à apparaître sur cette planète assez récemment dans la vie du système. Ceux, que nous classerions comme humanoïdes, par opposition aux primates qui ressemblent ou de type humain, sont très récents. Il y a 100000 ans, les Néandertaliens sont apparus, et il y a environ 40000 ans, ils ont été remplacés par un autre système très semblable au nôtre.

 

À un certain moment ou étape dans cette structure, Dieu a révélé en partie à Ses fils quel serait le but de la création physique. Le mystère complet leur a été caché et n’a été révélé que beaucoup plus tard à travers l'Église (1Pierre 1:12). Certains de ces Êtres n'ont pas exercé la foi dans le Père et se sont rebellés. Azazel a entraîné un tiers de l'Armée dans cette rébellion. Au moins jusqu'au temps de Job, tous les fils de Dieu ont eu accès au Trône de Dieu, et Satan était parmi eux (Job 1:6 ; 2:1). Chacun de ces êtres a été créé avec le libre arbitre et de là, la capacité de pécher. Azazel a exercé son libre arbitre pour s'opposer à la création humaine et est devenu connu sous le nom de Satan-el. Il a ensuite perdu le suffixe el et est devenu Satan en tant qu’accusateur des frères.

 

La nature exacte de la rébellion semble avoir impliqué une dévastation de cette planète et c'est probablement l'intention du passage dans Genèse 1:1-2. La planète devait être remise à neuf et un homme devait être créé pour pouvoir déployer la séquence suivante du Plan de Dieu. Ceci était la création Adamique. Cet homme était à l'image de Dieu afin que l'Esprit puisse lui être donné. Les fils de Dieu pendant cette phase entière n'étaient pas, et ne pouvaient pas être classés en tant qu’anges. Cette catégorie n'a commencé qu'après la création d'Adam, car jusqu’à ce moment-là, il n'y avait aucun besoin d'une telle catégorie d'êtres, à savoir, un messager. En effet, tant qu’il n’existait pas un destinataire d'un message, il ne pouvait y avoir de messager.

 

Avec la création du système Adamique sont venus la rébellion et le péché. Azazel a péché dans son attitude, et les fils de Dieu qui l'ont suivi ont péché dans leur relation avec les humains.

 

Durant cette phase de la chute, nous voyons la création des Nephilim ou Rephaïm (voir le document d'étude Les Nephilim (No. 154)).

 

Les fils de Dieu ont péché dans ce processus et dans un processus postérieur (Jude 6).

 

La création des Néandertaliens, des Hommes de Cro-Magnon et des Rephaïm ou Nephilim s’est étalée sur une période de 100000 ans. Les Néandertaliens, les Hommes de Cro-Magnon, les Rephaïm ou Nephilim n'ont droit à aucune résurrection (Ésaïe 26:13-14 ; cf. les documents d’étude La Résurrection des Morts (No. 143), Les Nephilim (No. 154) et La Chute de l'Égypte : la Prophétie des Bras Cassés de Pharaon (No. 036)).

 

À une certaine étape ou stade de ce processus, une destruction de la planète a eu lieu. La création de Genèse 1:1 est devenue tohu et bohu, ou sans forme et vide. Le texte dans Genèse 1 parle également des générations des cieux et de la Terre. Chaque génération est représentée par un jour, comme nous le voyons à partir du récit. Cependant, elle est clairement appelée une génération (hébreu toledâh SHD 8435 de SHD 3205) au pluriel seulement, ce qui signifie une descendance ou une famille et donc, une histoire et ainsi la naissance ou générations. Ce mot est très différent de dôr (SHD1755), qui est le mot habituellement utilisé pour générations et qui signifie une révolution de temps. Ainsi, le concept vise donc l'histoire d'une descendance, comme aussi d’une famille.

 

Le récit de Genèse dit clairement que la création des plantes (herbes) et des arbres fut le troisième jour et elle a été répétée le sixième jour après toutes les créatures vivantes. Cette création et cette mise en place dans les cieux ont eu lieu avant le Sixième jour. Cela indique que nous avons affaire à une recréation. D'après l’historique des fossiles, nous savons sans aucun doute que le compte rendu ici ne correspond pas ou n’est pas conforme au développement de la planète au cours des millions d'années de son histoire. Ce récit ne peut être que celui de la régénération de la planète et est la recréation mentionnée dans Jean 1:10, qui a été entreprise par le Logos ou prototokos. Cela ne pouvait avoir été qu’à la suite d’une destruction. De plus, cet être est apparu à Adam et à Ève. Nous savons que Jean 1:18 dit qu'aucun homme n'a jamais vu Dieu. Le seul Dieu né (monogenes theos), cet être qui est dans le sein du Père, a parlé (voir l’Interlinéaire Greek-English Interlinear RSV de Marshall).

 

Genèse 6:2 affirme que les fils de Dieu se sont accouplés avec les filles des hommes.  

Genèse 6:2  les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils en prirent pour femmes parmi toutes celles qu'ils choisirent. (LSG)

 

Dans la note en bas de la page de ce verset, la Bible New Oxford Annotated Bible RSV (Nouvelle Bible Annotée RSV d'Oxford) dit – 2 : "Les fils de Dieu étaient des êtres divins qui appartenaient à la cour céleste (1.26 note). 3 : Malgré l'intrusion lascive d'êtres divins dans la sphère humaine, l'homme n'est pas devenu semi-divin (comparez 3.22-24), mais est resté une créature mortelle en qui l'esprit de l'Éternel demeure temporairement (voir la note à 2.7)". Ainsi, les Nephilim ne pouvaient donc pas parvenir à la résurrection et [accéder] à l'Esprit Saint.

 

Les Trinitaires insistent que Jean 1:10 se réfère à la création originelle et, à cause du conflit avec Apocalypse 4:11 et Éphésiens 3:9 (RSV), ils prétendent alors que la Trinité est établie comme un fait. L'illogisme de cette position les a alors placés en désaccord avec le récit historique. Ils ont alors été forcés d’accepter la théorie de l'évolution à cause de ce conflit. En 1996, l'Église Catholique a formellement adopté la théorie de l'évolution plutôt que d'abandonner la fausse doctrine de la Trinité (voir également le document d’étude L’Archè de la Création de Dieu en tant que l’Alpha et l’Oméga (No. 229)).

 

Afin d'élever Christ en tant que créateur, les Binitaires et plus tard les Trinitaires ont dû falsifier les textes par la contrefaçon et la traduction erronée. Ils l'ont fait tout d'abord dans le texte messianique primaire de Jean, chapitre 1.

 

Cette erreur de traduction ainsi que cette déformation sont cruciales pour leur fausse théologie. Elle est examinée dans le document d'étude La Préexistence de Jésus-Christ (No. 243).

 

La Bible est claire sur le fait qu'il n'y avait qu'un Unique Vrai Dieu et qu'Il a envoyé Jésus-Christ (Jean 17:3). La Bible déclare également qu'aucun homme n’a jamais vu Dieu ou ne peut Le voir, et qu’Il demeure dans une lumière inaccessible. Lui seul est immortel (1Timothée 6:16) (voir le document d'étude L'Immortalité (No. 165)). Cet aspect est examiné davantage ci-dessous. À cet égard, Christ n'est pas préexistant de la même manière que Dieu existait. Dieu était seul dans Sa perpétuité constante. Néanmoins, la Bible est tout aussi spécifique et précise que Christ avait une préexistence en tant qu'être spirituel avant la fondation de la terre.

 

L'apôtre Jean a écrit au sujet de Christ et a déclaré, sous forme narrative, sa préexistence. Jean 1:1 est rendu par les Trinitaires comme suit : 

Jean 1:1 Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. (LSG)

 

Nous savons qu'il s'agit d'une traduction incorrecte de la Peshitta et de la façon dont les textes anciens ont été utilisés. La Peshitta montre qu'il en est ainsi, même à travers la traduction de la Lamsa, qui, en essayant de se conformer à la position trinitaire, rend le texte comme : 

La Parole était au commencement, et cette Parole même était avec Dieu, et Dieu était cette Parole.

 

Cela montre la structure différente des mots de la dernière clause. Le Nouveau Testament Concordant Literal New Testament montre la signification littérale réelle des mots et leur structure du grec. Les mots réels sont en gras, les mots fournis pour le texte anglais sont en caractères normaux.

 

 In the beginning was the word and the word was toward God, and God was the word. This was in the beginning toward God.

 

Dans le commencement était la parole et la parole était envers Dieu, et Dieu était la parole. Celle-ci était dans le commencement envers Dieu.

 

Ce texte parle de la relation et de l’orientation de la dévotion de Jésus Christ envers Dieu. Le texte se poursuit dans Jean 1:2 : Tout vint à l’existence à travers elle et en-dehors d’elle, rien ne vint à l’existence qui est venu à l’existence.

 

Ainsi, le premier texte parle ici du logos comme étant la parole. Aux temps bibliques, on l’appelait le Memra ; logos étant le terme grec et memra étant le terme hébreu pour la parole de Dieu, tel que c’était compris à partir de l’Ancien Testament. Les Unitariens radicaux, c’est-à-dire, ceux qui nient la préexistence de Christ avant Mariam (ou Marie), prétendent que cette parole n’était pas Christ mais d’une forme idéologique de la puissance de Dieu en tant que Son expression divine. Cependant, Jean chapitre 1 explique cette vue de manière plus en détail, ce qui exclurait cette interprétation.

 

Le texte de Jean 1:3 utilise le mot "était" qui signifie a vu le jour ou est né  et se réfère aux détails de la création physique. Jean 1:10 montre que Christ était responsable en tant que la lumière véritable qui éclaire tout homme qui vient dans le Kosmos (et non le monde). Le Kosmos a été fait (créé) par lui. Cela se réfère aux détails de l'Âge. Et le Kosmos ne l’a pas connu. Il a donné à tous ceux qui l'ont reçu le droit de devenir Enfants de Dieu. Ceux-ci sont nés de Dieu (v. 13). Le Memra ou Logos est devenu chair et a habité parmi nous. Sa gloire était celle d'un seul engendré venu du Père.

 

Jean parle de Jean le Baptiste (en citant à nouveau à partir du Nouveau Testament Concordant Literal New Testament) dans Jean 1:6-14 : 

 

Puis vint à être un homme mandaté par Dieu. Son nom était Jean. Celui-ci est venu pour un témoignage, pour rendre témoignage concernant la lumière, afin que tous crussent à travers elle. Il n’était pas la lumière mais il est venu pour rendre témoignage concernant la lumière Elle était la vraie lumière - qui éclaire tout homme - venant dans le monde.

 

Il était dans le monde, et le monde vint (être) à l’existence à travers Lui et le monde ne l’a pas connu. Il vint chez les siens et ceux qui sont les siens ne l’ont pas accepté. Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il leur donne le droit de devenir enfants de Dieu, à ceux qui croient en son nom, qui ont été engendrés, non à partir du sang, ni à partir de la volonté de la chair, ni à partir de la volonté d’un l’homme mais de Dieu. Et la Parole devint chair et habita [sous un tabernacle] parmi nous, et nous contemplons Sa gloire, une gloire comme d’un seul engendré du Père, plein de grâce et de vérité.

 

Il n'y a pas d'articles indéfinis (c’est-à-dire comme un ou une) dans la langue grecque ; ils doivent être déduits et appliqués. C'est le problème du texte dans Jean 1:1. De nombreux traducteurs considèrent que cela devrait s'appliquer dans Jean 1:1 et le traduisent et la parole était un Dieu. Cette vue a du mérite comme nous le verrons dans Jean 1:18 et dans d'autres textes. En tout cas, Jean 1:1 est incorrect comme nous le voyons généralement. La traduction correcte, même si l'ordre des mots est préservé, implique le concept de envers et non de avec, comme l’enseignent les Trinitaires.

 

L'utilisation ici de majuscules pour Lui, etc. sont des ajouts de A. E. Knoch car les onciaux étaient tous des majuscules et donc une telle distinction n'est pas vraiment possible. Le texte est conservé tel qu’il l'a traduit.

 

Les Unitariens radicaux tentent de citer ce texte à titre d’exemple du pouvoir notionnel de Dieu devenu chair, plutôt qu'un être devenu chair. C'est là le cœur de leur erreur.

 

Jean le Baptiste a parlé de Jésus Christ comme ayant existé avant lui. Il existe une autre altération des anciens textes grecs Receptus ou Textes Reçus de la Réforme, et donc la version anglaise KJV, comme nous le voyons dans la section suivante : 

Jean 1:15-18 Jean lui a rendu témoignage, et s’est écrié : C’est celui dont j’ai dit : Celui qui vient après moi m’a précédé car il était avant moi. 16 Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce pour grâce. 17 Car la loi a été donnée par Moise, la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ. 18 Personne n’a jamais vu Dieu ; le Fils unique qui est dans le sein du Père, est celui qui l’a fait connaitre, (NEG)

 

Jean dit clairement que Christ était avant lui. Pourtant, nous savons que Jean était six mois plus âgé que Christ et que c'était physiquement impossible pour Christ d'avoir été avant lui. Ainsi, Jean parle donc d'une préexistence. Cette préexistence était sous la forme d’un dieu, un elohim, ou theoi, comme nous le savons à partir des textes anciens qui ont été changés dans le Receptus. Le Nouveau Testament Concordant Literal traduit les textes comme suit : 

Jean rend témoignage de Lui et a crié, disant ; “C’était Lui duquel je disais, Celui qui vient après moi, est venu pour être avant moi, car Il était premièrement avant moi car de ce qui le remplit nous avons tous reçu, et grâce pour grâce. Car la loi a été donnée par Moïse ; la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Personne n’a jamais vu Dieu. Le seul Dieu engendré, Qui est dans le sein du Père, Il Le révèle.

 

Ce texte ici montre la structure du texte concernant Jean qui dit que Christ était avant lui. Le texte dans Jean 1:18 est, en fait monogenes theos, signifiant le seul Dieu né  et ce qui est également démontré dans l’Interlinéaire Marshall’s Greek English Interlinear. (On le retrouve aussi dans le texte araméen de la Peshitta). Le Docteur Hort a écrit un traité sur l’occurrence de ce terme monogenes theos (À propos des Termes : Monogenes Theos dans l’Écriture et la Tradition (B4) ; cf. voir également le document d’étude L’Immortalité [165]). Il existe de nombreuses preuves que ce terme est correct. Il est tout simplement ignoré par le Christianisme dominant et par les Binitaires qui cherchent à nier les implications du texte.

 

Éphésiens 3:9 pourrait être utilisé pour soutenir la préexistence. 

Ephésiens 3:9 Et pour tous les hommes quelle est la communion du mystère, qui, depuis le commencement du monde avait été caché en Dieu, qui a créé toutes choses par Jésus-Christ, (KJV, c’est nous qui soulignons)

 

Cependant, les mots par Jésus-Christ n'existent pas dans les textes anciens et sont une insertion postérieure dans la Bible version KJV à partir du texte Receptus et n'apparaissent pas dans d’autres Bibles (voir la note au verset 9 dans la Companion Bible).

 

Hébreux 1:1 dans la Bible version KJV a une note au sujet de la création du monde par Christ aussi. 

Hébreux 1:1-2 Dieu, qui, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, a parlé à nos pères par les prophètes, 2 dans ces derniers jours, a parlé par son Fils, qu'il a établi héritier de toutes choses, par qui aussi il a fait les mondes ; (LSG, , c’est nous qui soulignons) 

De la même façon, ce texte a été mal traduit parce que le mot est aion et signifie âge et non les mondes que le français de la Bible version LSG tente de laisser entendre (cf.  la note de la Companion Bible au verset 2). Christ a été fait un peu inférieur aux anges, mais il n’en a pas toujours été ainsi. Hébreux 2:17 montre qu'il a été fait semblable à ses frères, afin qu'il fût un grand prêtre (souverain sacrificateur) miséricordieux et fidèle.

 

Le Messie a également déclaré sa préexistence dans un certain nombre de textes.

 

Dans Jean 5:37, nous voyons que le Père a envoyé Christ et Christ déclare que personne n'a jamais vu Dieu ni n’a entendu Sa voix à aucun moment. Donc, les deux témoignages de Jean déclarent que personne n'a jamais vu Dieu, mais le terme élohim est utilisé au sujet de l'être qui a parlé aux patriarches et aux prophètes de l'Ancien Testament. Si cet être n'était pas le Seul Vrai Dieu, qui était-il ?

 

Nous verrons qu'il ne pouvait s’agir que de Christ, mais il a été appelé à maintes reprises et de manière cohérente et clairement tout au long de l'Ancien Testament l'Ange de Yahovah et nous trouverons également des preuves dans le Nouveau Testament de cette terminologie.

 

Il y a un autre aspect d’être envoyé qui doit être examiné. 

Jean 13:3 Jésus sachant que le Père avait tout remis entre ses mains, et qu'il était venu de Dieu, et qu’il s'en allait à Dieu, (LSG)

 

Ici, le terme venu de Dieu est argumenté par les Unitariens radicaux comme signifiant tout simplement être engendré comme un zygote dans l'utérus de Mariam. Les Binitaires, à l'inverse, y voient une forme de séparation de l’Unique Vrai Dieu. Cette vue est entrée dans l'Église Chrétienne à l'origine comme une forme de Binitarisme et de là, le Modalisme, provenant de l'adoration païenne du dieu Attis. Les adhérents de l'adoration d'Attis maintenaient et considéraient à l'origine que les aspects du Père et du Fils étaient des fonctions du Dieu unique. Cette doctrine a été adoptée comme Modalisme à Rome, mais elle était bibliquement incohérente et elle a dû être adaptée pour devenir le Binitarisme au Concile de Nicée en 325 EC puis rejetée comme hérésie en 327 et, enfin le Trinitarisme en 381 EC, à partir de Constantinople. Au IIe et au IVe siècle, les prêtres d'Attis à Rome se plaignaient que le Christianisme avait volé leurs doctrines (cf. le document d’étude Les Origines de Noël et d’Easter/Pâques (No. 235)).

 

Jean 12:44 montre que Christ a été envoyé par Dieu.  

Jean 12:44  Jésus s‘écria : Celui qui croit en moi, croit non pas en moi, mais en celui qui m’a envoyé. (LSG)

 

Cela implique une dépêche, un envoi. Les Unitariens radicaux disent que c'était dans un sens notionnel depuis l'utérus. D'autres varient la relation en essayant de s'accommoder à la notion de l’Unique Vrai Dieu, tout en entretenant la notion problématique évidente de deux êtres, l'un subalterne à l'autre. Cependant, Jean 3:17 montre qu'il a été envoyé dans le monde par le Père, démontrant ainsi sa préexistence. 

Jean 3:17 Dieu en effet n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. (LSG) 

La notion ici du mot envoyé a besoin d'être examinée dans le grec. Le mot est apostello (SGD 649), ce qui signifie mis à part ou envoyé en mission. Le concept de dépêche, d’envoi est également impliqué et c'est le sens retenu dans le Nouveau Testament Concordant Literal New Testament. Le mot pempo (SGD 3992) est également impliqué dans les textes, signifiant envoyer. Le concept, par son utilisation et ses formes, transmet le concept de dépêcher d'une façon ordonnée pour une commission (mission) temporaire.

 

C'est le concept véhiculé dans les formes utilisées pour décrire les actions de Dieu dans le domaine humain. L'incarnation de Christ constituait une commission temporaire pour Dieu dans le plan de salut en cours.

 

Il existe cependant un certain nombre de textes importants qui déclarent la préexistence de Christ et qui expliquent la relation. Un exemple majeur est celui de Philippiens 2:5-7. Il est très obscurci dans la Bible version KJV pour des raisons de Trinitarisme, mais la version RSV ou LSG semble être une traduction plus honnête.

 

Philippiens 2:5-10 Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus Christ, 6 lequel, existant en forme de Dieu, n'a point regardé comme une proie à arracher d'être égal avec Dieu, 7 mais s'est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; et ayant paru comme un simple homme, 8 il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix. 9 C'est pourquoi aussi Dieu l'a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, 10 afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre (LSG)  

Ce texte a une signification délibérée, explicite pour le texte en hébreu. C'est une déclaration claire que Christ était en forme ou morphe de Dieu, mais qu’il ne pensait pas que l'égalité avec Dieu était une chose à chercher à saisir, ou à prendre par la force, comme Satan avait essayé de le faire (cf. Ésaïe 14:12-14 et Ézéchiel 28:6-15). Il s'est alors humilié (ou s'est vidé) lui-même, est devenu un humain, et il a souffert la mort sur le poteau ou la croix (voir le document d’étude La Croix : Ses Origines et Sa Signification (No. 039)). Ce texte est une affirmation claire de la préexistence de Christ. Un autre texte des plus clairs est celui Jean 17:5. 

Jean 17:5  Et maintenant toi Père, glorifie-moi auprès de toi-même de la gloire que j’avais auprès de toi, avant que le monde fût. (LSG)

 

Ainsi, Christ a revendiqué une préexistence dans la gloire avant que le monde existe. Il a aussi revendiqué une préexistence au moins équivalente à celle des fils de Dieu qui étaient présents lors de la création, comme nous le voyons de Job 38:4-7. 

Job 38:4-7 Où étais-tu quand je fondais la terre ? Déclare-le si tu le sais avec ton intelligence. 5 Qui en a fixé les mesures, le sais-tu ? Ou qui en a étendu sur elle les cordeaux ? 6 Dans quoi ses bases sont-elles enfoncées ? Ou qui en a posé la pierre angulaire 7 Alors qu’ensemble les étoiles du matin éclataient en chants de triomphe, et que tous les fils de Dieu lançaient des acclamations ?

 

Nous savons que Satan est le Porteur de Lumière ou l’Étoile du Matin de la planète et nous savons que Christ va lui succéder en tant qu’Étoile du Matin. Le texte indique qu’il revendique une préexistence à un même niveau que ces êtres (cf. le document d’étude Lucifer : Porteur de Lumière et Étoile du Matin (No. 223)).  

 

D'autres textes sur la Création attribués au Christ 

Hébreux 11:3 C’est par la foi que nous reconnaissons que le monde a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles. 

Le mot traduit par créé est identifié par Marshall comme ayant le sens de ajusté (katertisthia), et ce n’est pas le monde qui est ajusté, mais plutôt les âges (aionas). Ainsi, les âges ont été ajustés par une parole de Dieu de sorte que, ce qu’on peut voir a été fait à partir de choses qui ne sont pas apparentes. Ceci est un concept d’une activité de création par ajustement de l'équation espace/temps postérieur par délégation de Dieu.

 

La création par l’Unique Vrai Dieu Eloah est fondamentale pour Job et aussi survient dans Proverbes 30:4-5 où c’est Eloah qui est identifié comme Père et Créateur à partir du texte hébreu du verset 5.

 

"Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire et l'honneur et la puissance, car tu as créé toutes choses, et par ta volonté qu'elles existent et qu'elles ont été créées." (Apoc. 4:11).

Le texte dans Apocalypse 4:11 qui a été rendu pour lire ô Seigneur lit en réalité “notre Seigneur et notre Dieu et les versets 7-10 montrent que le Conseil adore Dieu et non Christ qui est tout simplement l'un d'eux et (d’après Apoc. 5:6) a été jugé digne d'ouvrir les sceaux. Cela ne se réfère pas du tout à Christ. Apocalypse 10:6 montre également que c'est Dieu qui a créé les cieux et la terre. Il est celui qui vit aux siècles des siècles.

 

Heureusement, dans quelques années, ce sera une infraction criminelle de mal traduire ou de forger/falsifier les textes de la Bible ou de dénaturer leur intégrité. Ce sera également une infraction pénale, un délit de promouvoir les doctrines idolâtres et fausses, en particulier celles des Cultes du Mystère et du Soleil. Nous connaîtrons comme nous avons été connus.

 

Il existe de nombreux textes de la Bible qui sont utilisés à des fins Dithéistes ou Binitaires/Trinitaires. En voici quelques-uns, tirés à partir de l'Ancien Testament :

 

Michée 5:2 est utilisé incorrectement pour montrer que le Messie était coéternel comme un second Dieu avec l’Unique Vrai Dieu. Cela est examiné dans le document d’étude Michée 5:2-3 (No. 121)

 

Ésaïe 9:6 est également souvent utilisé à l'appui de la théologie Trinitaire ou Binitaire/Dithéiste. La question est examinée dans le document d'étude Ésaïe 9:6 (No. 224).

 

Deutéronome 32:8 a été modifié concernant la façon dont les nations ont été allouées selon les Fils d'Israël au lieu de selon les Fils de Dieu, comme nous le voyons dans la Bible version RSV et la LXX (Septante) et les Manuscrits de la Mer Morte. Il s'agit d'une falsification avérée dans le Texte Massorétique (TM). 

8 Quand le Très Haut donna un héritage aux nations, quand il sépara les enfants des hommes, Il fixa les limites des peuples d'après le nombre des fils de Dieu.

 

Le TM rend le texte selon le nombre des fils d'Israël, ce qui est une falsification flagrante, que nous savons maintenant à la fois grâce à la Septante (LXX) et maintenant prouvé aussi à partir des Manuscrits de la Mer Morte (MMM) qui montrent que la LXX était correcte depuis le début (cf. Syr ; Aram.).

 

Jean 20:28 est utilisé par les Trinitaires pour dire que Christ est l’Unique Vrai Dieu. Ils semblent ignorer les textes traitant des fils de Dieu en tant qu’elohim. Si l’on examine le texte intégral, on constate que le but du texte est d'identifier Christ comme le Fils de Dieu au verset 31. 

27 Puis il dit à Thomas : Avance ici ton doigt, et regarde mes mains ; avance aussi ta main, et mets-la dans mon côté ; et ne sois pas incrédule, mais crois. 28 Thomas lui répondit : Mon Seigneur et mon Dieu ! 29 Jésus lui dit : Parce que tu m’as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n’ont pas vu, et qui ont cru ! 30 Jésus a fait encore, en présence de ses disciples, beaucoup d’autres miracles, qui ne sont pas écrits dans ce livre. 31 Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu’en croyant vous ayez la vie en son nom.

 

Romains 9:5

(En se rapportant à la position du Christ)

Qui viennent des pères, et de qui est venu, selon la chair, Christ, qui est au-dessus de tout, Dieu béni pour toujours. Amen. (KJV)

 

et les patriarches, et de qui est issu, selon la chair, le Christ, qui est au-dessus de toutes choses, Dieu béni éternellement. Amen ! (LSG)


Bullinger dit que ce verset est : un témoignage emphatique de la Divinité du Seigneur :

pour toujours. Annexe 151. a. Ceci est un exemple de la figure de style Anamnèse. Annexe 6. Notez les sept privilèges des gens de Paul dans Romains 9:4. Annexe 10. Pour tenir compte de diverses lectures, la Version Révisée Revised Version fait parfois appel en marge aux autorités anciennes, c'est-à-dire au texte MMM Grec., etc., mais ici, et seulement ici, les interprètes modernes sont autorisés à introduire, en variant la ponctuation, des dispositifs pour détruire ce témoignage emphatique de la Déité du Seigneur. Voir Annexe 94.


La Bible d'étude
NIV Study Bible dit : "Une des déclarations les plus claires de la divinité de Jésus-Christ que l’on trouve dans tout le NT, en supposant l'exactitude de la traduction."


La Bible RSV le traduit correctement :

Romans 9:5 C'est à eux qu'appartiennent les patriarches, et de leur race, selon la chair, est le Christ. Que Dieu qui est au-dessus de tout soit béni pour toujours. Amen.

 

La Concordance Concordant Litteral NT :

qui sont les pères, et de qui est le Christ selon la chair, Qui est au-dessus de tout, Que Dieu soit béni pour les eons. Amen !


La traduction interlinéaire de
The Kingdom Interlinear Translation traite de ce verset dans l'annexe 2D.

 

1Corinthiens 15:28 

Lorsque toutes choses lui auront été soumises, le Fils lui-même se soumettra à Celui qui lui a soumis toutes choses, afin que Dieu puisse être [tout en tous KJV] (panta en pasin) [voir l’Interlinéaire Marshall's Interlinear et aussi Col 3:11 (panta kai en pasin). 

Les Trinitaires ont commencé à traduire ce texte comme tout à tous (everything to everyone en anglais) pour éviter l’extension logique de Dieu comme essence, s’étendant à tous les hommes telle qu’elle a été étendue à Christ, d’après ces textes.

 

Philippiens 2:5-7

[5] Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ, 6 lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, 7 mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; (LSG)

 

Philippiens 2:5-7 est mal traduit et souvent utilisé comme un texte de preuve Trinitaire. Il fait référence à la rébellion de l’Armée et à la fidélité et au sacrifice de soi ou à l’abnégation du Christ dans les cieux. Cela dit :

“Qu’il y ait donc en vous cette pensée qui a été aussi dans le Christ Jésus, qui, bien qu'il était en forme (morphe) de Dieu, n’a pas considéré l’égalité avec Dieu comme une chose à ravir, mais s’est vidé lui-même en prenant la forme d'un serviteur, étant né à la ressemblance des hommes” (traduction libre de la Bible version RSV).

 

Ce texte n’est pas difficile à comprendre. C’est un langage assez simple. Il établit que : 

1.      Christ n'était pas égal à Dieu et n'a pas cherché à saisir l'égalité avec Dieu (Ésaïe ch. 14 et Ézéchiel ch. 28 montrent tous les deux que Satan l’a fait).

2.      Il était en forme d'elohim en tant qu’être spirituel.

3.      Il s'est vidé lui-même (i.e. a renoncé à sa forme et entité) et est né en tant qu’un homme. 

Il faudrait être faible d’esprit pour affirmer que ce texte n'implique pas une préexistence. Même les Trinitaires ont été confrontés à fausser (déformer) la traduction pour essayer de le rendre égal à Dieu, mais même eux ne sont pas assez stupides pour essayer de nier sa préexistence. Cette prémisse est la raison pour laquelle le Trinitarisme a été plus couronné de succès que l’Unitarisme Radical en tant que tromperie (à l'exception de l'Islam Hadithique).

 

Tite 2:13

[13] en attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus Christ, (LSG)

 

Le texte dit en fait : 

En attendant la bienheureuse espérance et l'apparence de la gloire du grand Dieu et notre Sauveur, Christ Jésus (voir Interlinéaire RSV de Marshall).

 

Christ est l'apparence de la gloire de notre Dieu et Sauveur. Il n'est pas ce Dieu. Mais les Trinitaires rendent le texte pour laisser entendre qu'il l'est. Cette erreur a formé la base de l'erreur binitaire, qui a été adoptée par quelques Églises de Dieu depuis 1960 (voir l'article Is Jesus God (Jésus est-il Dieu ?) par Herbert W. Armstrong, publié dans le Good News (La Bonne Nouvelle) de décembre 1982). Cette erreur s'est ajoutée à l'erreur dans la compréhension de l'intention de Philippiens 2:6, qui parle de la forme de Dieu. Il est interprété comme conférant sa nature et extrapolé davantage pour impliquer faussement qu'il était ce Dieu (voir aussi le document d’étude Le Dithéisme (No. 076B)).

 

1Jean 5:20

Nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu, et qu’il nous a donné l’intelligence pour connaître le Véritable ; et nous sommes dans le Véritable, en son Fils Jésus-Christ. C’est lui qui est le Dieu véritable, et la vie éternelle. (LSG) 

Celui qui est vrai est l’Unique Vrai Dieu. Nous Le connaissons et sommes en Celui qui est vrai et en Son Fils Jésus-Christ. Nous adorons Celui qui est vrai, pas Son Fils, Jésus-Christ.

 

Il est impossible que l’Unique Vrai Dieu dans Jean 17:3 ou 1Jean 5:20 fasse référence à Jésus-Christ, avec ou sans l'article. Il est nécessaire pour les Trinitaires de recourir à la supercherie pour maintenir leur position face aux textes. Ce n'est pas nouveau.

 

Hébreux 1:10-14

Et encore : Toi, Seigneur, tu as au commencement fondé la terre, Et les cieux sont l’ouvrage de tes mains ; 11 Ils périront, mais tu subsistes ; Ils vieilliront tous comme un vêtement, 12 Tu les rouleras comme un manteau et ils seront changés ; Mais toi, tu restes le même, Et tes années ne finiront point. 13 Et auquel des anges a-t-il jamais dit : Assieds-toi à ma droite, jusqu’à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied ? 14 Ne sont-ils pas tous des esprits au service de Dieu, envoyés pour exercer un ministère en faveur de ceux qui doivent hériter du salut ?

 

Les versets 10-12 se réfèrent au Psaume 102:25-27. Il est évident que ce texte se réfère au Père, puisqu’il est utilisé ici dans Hébreux, par opposition au fils qui est alors mentionné à nouveau au verset 13 se référant au Psaume 110:1 et aux anges au verset 14.

 

Le texte était plutôt désavantageux, car il a été utilisé avec quelques mauvaises traductions pour élever Christ au-dessus des Anges et affirmer qu’il en a toujours été ainsi alors que les textes montrent qu'il était l'un d'eux en tant que fils de Dieu. Le but du texte est de montrer que Christ, comme l'un d'eux, a été fait un peu inférieur aux anges, puis élevé au-dessus d’eux à travers son sacrifice. Ils sont mentionnés dans la LXX comme fils de Dieu et une partie de l'Armée étant distincte des humains, à la fois d'Israël et des Païens. Nous allons revoir et examiner de nouveau la compréhension de ces textes et poursuivrons ensuite pour démontrer, en outre, l'identité du Père en tant que l’Unique Vrai Dieu de l'Ancien Testament.

 

Hébreux 1:6

Et lorsqu’il introduit de nouveau dans le monde le premier-né, il dit : Que tous les anges de Dieu l’adorent ! 

Le mot est en fait proskuneo ce qui ne signifie pas adorer comme Dieu. (Matt. 2:2,11 ; 14:33 ; 28:9 ; Jean 9:35-38)

 

Hébreux 3:2

Jésus, qui a été fidèle à celui qui l’a établi, comme le fut Moïse dans toute sa maison. 

Il était lui-même fidèle à Celui qui l’a créé ou fait (SGD 4160 poeio) (Héb. 3:2). Christ a été établi (SGD etheken de theoo placer (droit)) comme l'héritier de toutes choses (Héb. 1:2).

 

Le mot dans Hébreux 3:2 est fait, créé et est seulement traduit comme établi dans ce cas pour éviter les implications évidentes pour les Trinitaires. Le mot correct pour établi n'est pas utilisé.

 

Le mot est Poiesanti, signifie "celui qui le fait", et il est uniquement traduit comme établi à ce seul endroit. Partout ailleurs, il est traduit comme "fait", tant dans le NT que dans la LXX.

 

Jude 4 est une autre fausse interprétation et une fraude des Binitaires/Trinitaires.

 

Le texte de la RSV dans l’Interlinéaire grec-anglais de Marshall est : Car l'admission a été secrètement acquise par certains qui, depuis longtemps, ont été désignés pour cette condamnation, des personnes impies qui pervertissent la grâce de notre Dieu en débauche et nient notre seul maître et seigneur, Jésus Christ.

 

Ce texte parle de la grâce de Dieu et aussi de notre seul maître et seigneur Jésus Christ (ou le seul maître et notre seigneur Jésus Christ selon certains textes (voir Marshall)).

 

La Bible version KJV lit : niant le seul Seigneur Dieu et notre Seigneur Jésus Christ. Bullinger et les autorités admettent que les textes ne lisent pas Seigneur Dieu. Le mot maître est despotes et le mot Seigneur est kurios.

 

Il s'agit tout simplement d'une autre forgerie ajoutant le mot Dieu pour tenter de relier à Christ là où il n'y a pas de tels mots dans les textes grecs.

 

Apocalypse 1:8

Je suis l’alpha et l’oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout-Puissant.

 

Ce texte fait référence à Dieu seul et pas à Christ, mais il est utilisé pour laisser supposer que Christ est l'Alpha et l'Oméga. Il s'agit d'un titre conféré, comme nous le voyons à l'examen du texte dans le document d’étude L’Archè de la Création de Dieu en tant que l'Alpha et l'Oméga (No. 229).

 

Apocalypse 22:16

Moi, Jésus, j’ai envoyé mon ange pour vous attester ces choses dans les Églises. Je suis le rejeton et la postérité de David, l’étoile brillante du matin. (LSG)

 

Le verset 16 semble donner l'impression que Jésus a envoyé un ange à Jean. Cependant, le terme vous dans ce passage est au pluriel et ne fait pas référence à Jean, mais plutôt aux Églises. Il est tout à fait possible que l'intention de ce passage consiste en ce que : 

Moi, Jésus, j’ai envoyé mon messager [c’est-à-dire Jean] pour vous [serviteurs de Dieu] attester ces choses dans les Églises. ...

 

Dans un tel cas, Christ était l'Ange ou le Messager de Dieu à Jean et Jean était l'Ange ou le Messager de Jésus aux Églises. Cela semble être le sens le plus probable des passages des autres parties de ce Livre, mais cela a été mal interprété et mal traduit par les Trinitaires qui ne peuvent point concevoir Christ comme étant inférieur au Dieu Tout-puissant Lui-même. Il s’identifie lui-même ici comme l’Étoile Brillante du Matin qui est un rang des elohim tenu par d’autres également.

 

Ce sont quelques-unes des contrefaçons et erreurs ou mauvaises traductions connues dans le texte de la Bible dans le but de promouvoir le Binitarisme/Trinitarisme ainsi que le Dithéisme.

 

 

q