Les Églises Chrétiennes de Dieu

[174]

 

 

 

Le Gouvernement de Dieu [174]

 

(Édition 2.0 19960824-19990610)

 

La directive de Dieu en ce qui a trait au gouvernement est le concept biblique le plus abusé. Elle est déterminée par des hommes à l'intérieur de concepts qui sont attribués à l'Écriture, mais qui sont généralement basés sur les principes des systèmes païens de ce monde. La plupart du Christianisme moderne ne comprend pas, en général, qu'il y a de multiples fils de Dieu et que Satan était un fils de Dieu parmi eux dans le Conseil. La mésentente à propos de la structure du gouvernement était le problème original de l'Armée céleste et elle a été la cause de la rébellion impliquant Satan et un tiers de l'Armée. La structure du gouvernement de Dieu est examinée dans cette étude.

 

    

Christian Churches of God

PO Box 369,  WODEN  ACT 2606,  AUSTRALIA

 

Courriel: secretary@ccg.org

 

 

(Copyright © 1996, 1999 Wade Cox)

(Tr. 2003, rév. 2014)

 

Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

 

Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web :
 http://www.logon.org/ et http://www.ccg.org/french/

 

      

 Le Gouvernement de Dieu [174]

 

 

Le sujet du gouvernement est probablement le sujet le plus important dans la Bible. Il est centré sur le premier ou grand commandement (Deutéronome 6:5 ; 10:12 ; 30:6 ; Matthieu 22:38) qui est une expression des quatre premiers des dix commandements. Le deuxième commandement lui ressemble : Tu aimeras ton prochain comme toi-même (Lévitique 19:18 ; Matthieu 22:39). Le deuxième grand commandement est une distillation des six derniers commandements du décalogue. Sur ces deux commandements reposent toute la loi et les prophètes (Matthieu 22:40). Ainsi, toute la loi et les prophètes sont des extensions ou des extrapolations de la structure primaire contenue dans la loi centrale des deux commandements et le décalogue.

 

L'adoration du Seul Vrai Dieu, par nécessité, est basée sur l'obéissance à Sa volonté et de la sorte sur l'action sous Sa direction qui est logiquement une expression de Sa volonté. La volonté de Dieu ne provient pas du caprice. La loi-ordre de Dieu est nécessairement dérivée de Sa nature (voir l'étude La Distinction dans la Loi [096] et ci-dessous).

 

La directive de Dieu en ce qui a trait au gouvernement est le concept biblique le plus abusé. Elle est déterminée par des hommes à l'intérieur de concepts qui sont attribués à l'Écriture, mais qui sont généralement basés sur les principes des systèmes païens de ce monde.

 

La mésentente à propos de la structure du gouvernement était le problème original de l'Armée céleste et elle a été la cause de la rébellion. En effet, la rébellion était une dispute entre Satan et un tiers de l'Armée qui ont essayé de renverser Dieu et ceux qui étaient loyaux envers Dieu et de saisir le trône et le pouvoir qui lui est associé (Ésaïe 14:12-15).

 

Ésaïe 14:12-15 Te voilà tombé du ciel, astre brillant, fils de l'aurore ! Tu es abattu à terre, toi, le vainqueur des nations ! 13 Tu disais en ton cœur : Je monterai au ciel, j'élèverai mon trône au-dessus des étoiles de Dieu ; je m'assiérai sur la montagne de l'assemblée, à l'extrémité du septentrion ; 14 je monterai sur le sommet des nues, je serai semblable au Très Haut. 15 Mais tu as été précipité dans le séjour des morts, dans les profondeurs de la fosse. (LSG)

 

Cette vue est aussi trouvée à Ézéchiel 28:12-19.

 

Ézéchiel 28:12-19 Fils de l'homme, Prononce une complainte sur le roi de Tyr ! Tu lui diras : Ainsi parle le Seigneur, l'Éternel : Tu mettais le sceau à la perfection, tu étais plein de sagesse, parfait en beauté. 13 Tu étais en Éden, le jardin de Dieu ; tu étais couvert de toute espèce de pierres précieuses, de sardoine, de topaze, de diamant, de chrysolithe, d'onyx, de jaspe, de saphir, d'escarboucle, d'émeraude, et d'or ; tes tambourins et tes flûtes étaient à ton service, préparés pour le jour où tu fus créé. 14 Tu étais un chérubin protecteur, aux ailes déployées ; je t'avais placé et tu étais sur la sainte montagne de Dieu ; tu marchais au milieu des pierres étincelantes. 15 Tu as été intègre dans tes voies, depuis le jour où tu fus créé jusqu'à celui où l'iniquité a été trouvée chez toi. 16 Par la grandeur de ton commerce tu as été rempli de violence, et tu as péché ; je te précipite de la montagne de Dieu, et je te fais disparaître, chérubin protecteur, du milieu des pierres étincelantes. 17 Ton cœur s'est élevé à cause de ta beauté, tu as corrompu ta sagesse par ton éclat ; je te jette par terre, je te livre en spectacle aux rois. 18 Par la multitude de tes iniquités, par l'injustice de ton commerce, tu as profané tes sanctuaires ; je fais sortir du milieu de toi un feu qui te dévore, je te réduis en cendre sur la terre, aux yeux de tous ceux qui te regardent. 19 Tous ceux qui te connaissent parmi les peuples sont dans la stupeur à cause de toi ; tu es réduit au néant, tu ne seras plus à jamais ! (LSG)

 

La manipulation dans le but d'obscurcir ces deux textes est évidente dans beaucoup de traductions. Les religions du monde, en général, ne comprennent pas ces textes en termes d'une bataille céleste entre Dieu et Son Chérubin Protecteur oint, l'Étoile du Matin de cette planète. Cela centralise la dispute et indique le problème. Satan a voulu saisir le pouvoir, sans amour. Dieu veut partager le pouvoir, avec amour. Ce partage du pouvoir est promis par le Messie dans Apocalypse 3:21. La rébellion a abouti à une guerre dans le ciel qui n'est toujours pas terminée. Satan a entraîné un tiers des fils de Dieu ou des étoiles de l'Armée avec lui dans la rébellion. Ces étoiles ont été repoussées et confinées sur la terre après un processus de temps (Apocalypse 12:4,13).

 

Apocalypse 12:1-17 Un grand signe parut dans le ciel : une femme enveloppée du soleil, la lune sous ses pieds, et une couronne de douze étoiles sur sa tête. 2 Elle était enceinte, et elle criait, étant en travail et dans les douleurs de l'enfantement. 3Un autre signe parut encore dans le ciel ; et voici, c'était un grand dragon rouge, ayant sept têtes et dix cornes, et sur ses têtes sept diadèmes. 4 Sa queue entraînait le tiers des étoiles du ciel, et les jetait sur la terre. Le dragon se tint devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer son enfant, lorsqu'elle aurait enfanté. 5 Elle enfanta un fils, qui doit paître toutes les nations avec une verge de fer. Et son enfant fut enlevé vers Dieu et vers son trône. 6 Et la femme s'enfuit dans le désert, où elle avait un lieu préparé par Dieu, afin qu'elle y fût nourrie pendant mille deux cent soixante jours. 7 Et il y eut guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent contre le dragon. Et le dragon et ses anges combattirent, 8 mais ils ne furent pas les plus forts, et leur place ne fut plus trouvée dans le ciel. 9 Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui. 10 Et j'entendis dans le ciel une voix forte qui disait : Maintenant le salut est arrivé, et la puissance, et le règne de notre Dieu, et l'autorité de son Christ ; car il a été précipité, l'accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit. 11 Ils l'ont vaincu à cause du sang de l'agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n'ont pas aimé leur vie jusqu'à craindre la mort. 12 C'est pourquoi réjouissez-vous, cieux, et vous qui habitez dans les cieux. Malheur à la terre et à la mer ! car le diable est descendu vers vous, animé d'une grande colère, sachant qu'il a peu de temps. 13 Quand le dragon vit qu'il avait été précipité sur la terre, il poursuivit la femme qui avait enfanté l'enfant mâle. 14 Et les deux ailes du grand aigle furent données à la femme, afin qu'elle s'envolât au désert, vers son lieu, où elle est nourrie un temps, des temps, et la moitié d'un temps, loin de la face du serpent. 15Et, de sa bouche, le serpent lança de l'eau comme un fleuve derrière la femme, afin de l'entraîner par le fleuve. 16 Et la terre secourut la femme, et la terre ouvrit sa bouche et engloutit le fleuve que le dragon avait lancé de sa bouche. 17 Et le dragon fut irrité contre la femme, et il s'en alla faire la guerre au reste de sa postérité, à ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus. (LSG)

 

Notez dans ce texte qu'il y a une guerre entre l'Armée loyale sous Michel et l'Armée rebelle sous Satan. Satan est ici nommé l'accusateur des frères. La femme ici est, premièrement, Israël et, deuxièmement, l'Église et l'enfant est le Messie. Les élus ou les saints sont ceux qui observent les commandements de Dieu et le témoignage de Jésus Christ. La guerre est faite à propos de la façon d'ordonner l'univers. Les apôtres n'ont pas compris, avant leur conversion, que le système du monde ne devait pas être leur système (Luc 22:24-26). À partir du texte dans l'Apocalypse, nous pouvons comprendre qu'il y avait un système de gouvernement dans le ciel et que ce système était centré sur le Dieu Très Haut. La rébellion de Satan et de l'Armée rebelle a impliqué un tiers des fils de Dieu. Satan a essayé de renverser Dieu et de se faire comme le Très Haut. La compréhension de la rébellion parmi les anciens Hébreux est bien documentée et des livres, comme le Book of Enoch (Livre d'Hénoc) (par exemple, The Ethiopic Book of Enoch (Le Livre Éthiopique d'Hénoc), M. A. Knibb, Oxford Clarendon, réimpression de 1982, Vols. 1 et 2) qui a été mis à jour à partir des Manuscrits de la Mer Morte (MMM), exposent en détail la compréhension de la participation des fils de Dieu à partir des textes bibliques et ce qui a été compris pour être les circonstances de la rébellion.

 

La plupart du Christianisme d'aujourd'hui, soit le Binitaire ou le Trinitaire, ne comprend pas qu'il y a de multiples fils de Dieu. Ils ignorent Job 1:6 et 2:1 qui montrent qu'il y avait de multiples fils de Dieu et que Satan était un fils de Dieu parmi eux dans le Conseil (Job 38:4-7). Le verset 7 montre qu'il y a de multiples Étoiles du Matin, qui est le rang que Satan détenait (c'est-à-dire Porteur de Lumière ou Lucifer, fils du matin (Ésaïe 14:12 ; 15 ; Ézéchiel 28:14-19) ; Christ a hérité ce rang (2Pierre 1:19 ; Apocalypse 2:28 ; 22:16). Ces Étoiles du Matin sont des fils de Dieu et le terme étoile est utilisé de façon interchangeable (Apocalypse 1:20 ; 6:13 ; 8:10,12 ; 9:1 ; 12:1,4). Il a été prophétisé qu'une de ces étoiles sortirait de Jacob (Nombres 24:17). Cette étoile était le Messie.

 

Nous pouvons déduire beaucoup des textes bibliques sur la façon que le gouvernement a été établi à partir du commencement sous le tabernacle céleste. Nous sommes capables de le faire avec relativement beaucoup de détails parce que le tabernacle ou le temple terrestre a été établi comme une copie du système céleste (Hébreux 8:5). La structure du gouvernement de Dieu doit être examinée en séquence.

 

1ère partie. Dieu et Son Gouvernement dans la Famille de Dieu 

1.      La Signification de la Nature de Dieu pour le Système de Gouvernement 

La place de la nature de Dieu dans la détermination de la structure de gouvernement autant de l'Église que des nations est d'une importance primordiale. La nature de Dieu détermine la loi-ordre qui est alors le système sous lequel l'adoration est déterminée. 

2.        Les Fils de Dieu 

Nous isolerons premièrement ce que Dieu a établi à partir du commencement. Nous pouvons en déduire beaucoup à propos de Sa nature et de la façon qu'Il souhaite que l'Armée soit dirigée ou se gouverne elle-même (cf. les études La Signification du Terme Fils de Dieu [211] et La Préexistence de Jésus Christ [243]).

 

2ème partie. Le But de la Création 

Nous pouvons passer à la création et établir son but et comment Dieu a permis à l'Armée de fonctionner dans la création ou sur celle-ci. Ce but est examiné dans l'étude Le But de la Création et du Sacrifice de Jésus Christ [160].

 

3ème partie. L'Ordre de la Création Physique 

Nous pouvons dire à partir du Pentateuque et de la loi quel système Dieu a prescrit pour la structure humaine. Nous pouvons voir comment Dieu est intervenu et dire quels changements, s'il y en a eu, ont été effectués à Sa loi-ordre. Cette structure doit être identifiée dans les sous-groupements quant à : 

1.        La Doctrine du Péché Originel Partie 1 : Le Jardin d'Éden [246]

2.        La Doctrine du Péché Originel Partie 2 Les Générations d'Adam [248]

3.        La législation Noahite (de Noé) et le sacerdoce

4.        La rébellion postdiluvienne et l'établissement du système mondial ou babylonien

5.        Le système familial des Patriarches

6.        L'Exode et l'octroi de la loi.

 

4ème partie. Israël sous les Juges 

Israël sous les Juges est une période particulière dans l'application des lois d'Israël et le gouvernement de la nation. Il y a beaucoup à apprendre de cette période concernant la façon que Dieu le Père ou Éloah a appliqué Ses lois sous l'élohim d'Israël. L'opération de l'Esprit Saint dans cette période, sous la direction de l'Ange de Yahovah, est importante. Cela a été examiné dans la première étude Samson et les Juges [073]. Les études suivantes traiteront des Juges et de leur gouvernement jusqu'à Samuel.

 

5ème partie. Israël sous la royauté 

1.        La première étude dans cette série était David et Goliath [126]. 

Les changements au gouvernement de Dieu, sous la royauté, ont particulièrement rapport à l'établissement du Royaume sous le Messie. 

2.        La chute des rois 

3.        Les restaurations sous la royauté 

Les restaurations ont spécifiquement rapport aux Sept Grandes Pâques de la Bible [107].

 

6ème partie. Israël sous le Sacerdoce 

Cette section traite du processus de gouvernement en Israël avant le Messie et son jugement par le Messie.

 

7ème partie. L'Église 

La structure spirituelle, qui est l'Église, est identifiée et le système sous lequel elle doit être gouvernée est examiné. C'est divisé en trois sections. 

1.      Les Patriarches et les Prophètes 

2.      L'Église Apostolique 

Cette section traitera de : 

a.       Les directives données par Christ pour le gouvernement de l'Église et

b.      La mise en œuvre de ces instructions dans l'Église Apostolique.

Ce qui sera aussi examiné :

c.       La Chute de Jérusalem et

d.      Le système de Synagogue et la formation de l'Église

3.         L'Église dans la Dispersion 

L'Église dans la Dispersion a été examinée dans les études suivantes : 

a.  La Distribution Générale des Églises observant le Sabbat [122] et

b. Le Rôle du Quatrième Commandement dans l’Histoire des Églises de Dieu Observant le Sabbat [170].

 

Davantage d'études traiteront de : 

c. Les Nicolaïtes [202] ;

d. L'Application des systèmes mondiaux au Gouvernement de l'Église ;

e. La Bête et l'Image de la Bête ;

f. L'Organisation Optimum Actuelle pour assumer nos responsabilités dans les derniers jours et

g. L'Opération sous la Persécution. 

Cette phase finira à l'Avènement du Messie.

 

8ème partie. L'Avènement et la structure millénaire 

Cette série d'études traite des prophéties du temps de la fin. Il y a, par nécessité, un certain chevauchement dans ces études. Les études parues ou à paraître sur ces questions impliquent : 

1.        Le Millénaire dans la Prophétie ; 

2.        Les interprétations de la Prophétie à propos du Millénaire ;

a.         Le Millenium et le Ravissement [095] ; 

3.        Les Trompettes, y compris :

a.         L'Avènement du Messie : Partie I (No. 210A) et

b.         Le Dîner de Noce de l'Agneau ; 

4.        Le Jour des Expiations (No. 138) ; 

5.        Les Sept Sceaux [140] incluant

a.         Les Sept Trompettes [141] ; 

6.        Les Guerres de la Fin ; 

7.        Le Gouvernement Millénaire de Dieu

a.         Les 144,000 ;

b.         La Grande Multitude ;

c.         La Restauration d'Israël ;

d.        Gouverner les Nations et

e.         Crime et Punition 

8.        Le Dernier Grand Jour ;

a.         La Résurrection des Morts [143] ;

b.         Le Jugement des Démons [080] ;  

9.        Le Nouveau Système Céleste.

 

Dieu et Son Gouvernement dans la Famille de Dieu

 

La Signification de la Nature de Dieu pour le système de Gouvernement

 

La doctrine de la nature de Dieu est centrale à la détermination de la structure du gouvernement autant de l'église que des nations et de son système de loi-ordre.

 

La discussion à propos de la nature de Dieu est essentiellement reliée à la révélation de Dieu dans la création et au système de loi-ordre qui est révélé par Ses serviteurs, les prophètes. Les principes fondamentaux sont que : 

1.      Dieu s'est révélé véritablement dans la création pour être connu par l'humanité (Romains 1:18-21). On ne doit pas retenir la vérité injustement. Ce que l'on peut connaître de Dieu est révélé par Dieu. Il fait connaître Sa nature, Son pouvoir et Sa déité qui sont manifestes dans la création et dans Sa révélation. 

2.      Aucun homme n'a jamais vu Dieu ou n'a entendu Sa voix (Jean 1:18 ; 1Tim. 6:16). 

3.      Il a choisi de traiter avec l'humanité d'une façon spécifique à travers Ses serviteurs, les prophètes (Néhémie 9:30 ; Jérémie 7:25-26 ; 29:19).  

4.      Ces serviteurs nous ont donné un récit de Ses directives pour l'humanité qui est inspiré, à savoir l'Écriture (Job 32:8 ; 2Tim. 3:16 ; 2Pierre 3:2 ; Apocalypse 10:7). 

5.      Ces directives comportent une loi-ordre qui est cohérente et logique et qui s'applique à toutes les nations (Romains 16:26). 

6.      Ceux qui prétendent agir pour Lui doivent parler conformément à cette loi-ordre et au témoignage des autres prophètes (Ésaïe 8:20). 

7.      Ces prophètes sont un exemple de foi et d'endurance (Actes 7:52 ; Jacques 5:10). 

8.      Cette loi-ordre est constante et elle a été renforcée par Jésus Christ dans son ministère (Matthieu 5:17-19). 

9.      Dieu seul est immortel (1Tim. 6:16) (voir l'étude L'Immortalité [165]).  

10.  La vie éternelle est donnée à l'humanité par la connaissance du Seul Vrai Dieu et de Son fils Jésus Christ (Jean 17:3 ; 1Jean 5:20).

 

La Théologie 

Nous établissons de la sorte, par l'Écriture, qu'une connaissance de Dieu est essentielle pour le salut et que cette connaissance est acquise dans la création et de l'Écriture. La Divinité n'est pas, de la sorte, un mystère ; en effet, la connaissance de Dieu et du Fils qu'Il a envoyé est une exigence pour faire partie des élus et recevoir la vie éternelle. Cette connaissance théologique est dérivée de la révélation directe de Dieu dans l'Écriture et dans la création. Ce premier élément est la révélation directe de Dieu à l'humanité et c'est par le témoignage de Jésus Christ et le baptême de l'Esprit Saint que l'humanité est amenée à participer à la nature divine, comme Christ a participé et participe à cette nature (2Pierre 1:4) devenant, comme il l'a fait, un fils de Dieu avec puissance par le moyen de l'Esprit Saint par sa résurrection d'entre les morts (Romains 1:4,6 ; 8:15,23; 9:4 ; Galates 4:5 ; Éphésiens 1:5). Nous sommes ainsi des cohéritiers avec Christ (Romains 8:17 ; Galates 3:29 ; Tite 3:7 ; Hébreux 1:14 ; 6:17 ; 11:9 ; Jacques 2:5 ; 1Pierre 3:7).

 

On nous donne une connaissance de Dieu et nous sommes les gardiens ou intendants des mystères de Dieu (Matthieu 13:11 ; Luc 8:10 ; 1Cor. 4:1) et, ainsi, nous sommes capables de donner une raison de l'espérance qui est en nous (1Pierre 3:15). Par conséquent, celui qui déclare que Dieu est un mystère inconnaissable ne fait pas partie des élus.

 

Le système légal ou l’économie du Salut 

Le deuxième élément de la foi est la connaissance de la volonté de Dieu. La loi-ordre de Dieu est nommée l’économie du salut (oikonomia). Ce terme est tiré des mots oikos nomos qui est la loi de gestion d'une famille. Cette loi de gestion de la famille de Dieu est la loi livrée par des anges par l'entremise d'un médiateur (Actes 7:53 ; Galates 3:19).

 

Cette loi-ordre par elle-même ne peut pas procurer le salut mais c'est plutôt par la foi en le sacrifice de Christ que la rédemption et le salut sont donnés par la grâce (Romains 4:11-24), parce que nous croyons que Dieu a ressuscité Christ d'entre les morts pour notre justification (Romains 4:24-25).

 

Il y a, cependant, seulement une loi-ordre et un Seul Vrai Dieu. La Loi de Dieu provient de la nature de Dieu et elle est constante, étant un produit de Sa nature et non pas de Son caprice (voir l'étude La Distinction dans la Loi [096]).

 

 

Dieu est :

 

Sa loi est :

 

Juste

(Esdras 9:15)

Justice

(Psaume 119:172)

Parfait

(Matthieu 5:48)

Parfaite

(Psaume 19:7)

Saint

(Lévitique 19:2)

Sainte

(Romains 7:12)

Bon

(Psaume 34:8)

Bonne

(Romains 7:12)

Vérité

(Deutéronome 32:4)

Vérité

(Psaume 119:142)


Il s'ensuit que les différences religieuses avec le Trinitarisme reflètent autant un Dieu différent qu'un système différent de loi-ordre. Le Dieu du Trinitarisme est un Dieu triune (voir de Catherine Mowry LaCugna, GOD FOR US : The Trinity and Christian Life (DIEU POUR NOUS : la Trinité et la Vie Chrétienne), Harper, San Francisco, 1991). LaCugna reconnaît que les déclarations à propos de la nature de Dieu doivent être enracinées dans l'histoire du salut (p. 4). La définition et la compréhension de ce salut sont le problème de la discussion. Par exemple, Genèse 48:15-16 montre que l'Ange de la Rédemption est l'Élohim d'Israël. Cependant, une déclaration biblique aussi claire est niée par le Trinitarisme.

 

La raison est simple. La loi-ordre du système trinitaire n'est pas une loi-ordre biblique, mais elle est basée sur les lois des nations et la bête romaine dont l'église trinitaire est une image. Les nations ou les Païens ont établi un système qui trouve son expression à partir des Babyloniens et qui continue successivement, tel que déterminé par la prophétie. Le système de loi-ordre des Païens est passé du système babylonien au médo-persan, aux divisions grecques et hellénistiques et ensuite au système romain (voir Daniel 2:31-45 ; 4:18-37 ; 7:2-27). Il est nommé le Temps des Païens (voir l'étude La Chute de l'Égypte [036]).

 

La Bible nous dit que Dieu avait détruit la planète par le déluge et l'avait repeuplée par Noé et ses descendants à cause de la méchanceté du système pré-diluvien. Après le déluge, un autre système a été fondé de Babylone sous Nimrod et ce système religieux s'est propagé partout sur la terre (Genèse 10:8-11 ; 11:1-9). Le système légal qui a été établi sous les nations était différent de celui établi sous Noé, à partir de Sem à travers le sacerdoce de Melchisédek et ensuite les enfants d'Abraham à travers Moïse et les Patriarches. Christ nous a dit que le système des Païens ne devait pas être le système de l'Église et du Royaume de Dieu (Matthieu 20:25-28 ; 23:11).

 

Le système romain a dû établir un contrôle sur la structure religieuse qui se répandait rapidement partout dans l'Empire romain. Le système biblique enseignait un Dieu différent de ceux du système gréco-romain, des cultes du Mystère et du système des Celtes Hyperboréens. Plus particulièrement, il enseignait un système différent de loi-ordre. Cette différence de système de loi-ordre a été résistée par tout le système gréco-romain de gouvernement qui avait été établi conformément à la volonté du dieu de ce monde, le prince de la puissance de l'air (2Cor. 4:4 ; Éphésiens 2:2) et ce, conformément aux prophéties données dans Daniel (comme ci-dessus).

 

Les Gréco-Romains ont fait face au problème d'utiliser le pouvoir de la foi chrétienne sans le système de loi-ordre et l'identification claire du Seul Vrai Dieu. Cette guerre théologique a conduit aux conciles de Nicée en 325 et Chalcédoine en 450-1. Le développement de ce système dans la Divinité triune était aussi une caractéristique des autres systèmes païens (par exemple, pour les Celtes, c'était Taranis, Teutates et Esus).

 

Les Teutons et, particulièrement, les Anglo-Saxons, les Lombards et les Burgondes adhéraient à une forme de Christianisme qui était unitaire, niant emphatiquement la Trinité. On considère les Lombards comme une tribu reliée aux Anglo-Saxons (voir aussi Historian’s History of the World (Histoire du Monde de l'Historien), Vol. 7, p. 115-116, 426-456, Vol. 9, pp. 2,17-18,23 et d'autres textes et notes). Comment les Lombards en sont venus à être maintenant surnommés les Ariens est inconnu à l'histoire (H. Hist., Vol. 7, p. 115). Les tribus germaniques étaient classiquement connues comme les Scythes (H. Hist., Vol. 4, p. 611). Les Scythes et, de là, ces tribus germaniques, formaient une partie du regroupement classé comme les Parthes. Ils sont venus de la Perse et de l'Asie centrale. Les Goths et les Vandales, qui faisaient partie de ce groupe, ont détruit la Grèce et l'Olympe (ils étaient des iconoclastes). Ces tribus se sont déplacées à l'ouest en Europe. Les Hérules étaient peut-être les plus instables parmi eux. Ils étaient des Unitaires suite à leur influence à l'extérieur de l'empire. Les Lombards sont venus en Italie avec leur propre système d'anciens ou d'évêques, de prêtres et de diacres (H. Hist., Vol. 7, p. 115, n. 4). Cela a présenté une structure différente et rivale au système clérical romain.

 

Ils sont entrés en conflit avec le système romain, comme ils l'avaient été avec le système grec. Cette dispute a duré quelques siècles et les Romains ont en fin de compte triomphé en utilisant la suprématie martiale des Francs pour soumettre les Ariens. On l'a nommé les Guerres Ariennes et elles seront examinées séparément. Le système romain a plongé l'Europe dans l'âge obscur (Moyen Âge) plutôt que d'accepter cet autre système de loi-ordre.

 

Les Gréco-Romains ont fait face au problème d'enlever ce système de loi-ordre du Dieu des Hébreux du système chrétien qui avait pénétré le monde hellénisé. Pour saper cette loi, le Messie a dû être élevé à un niveau égal à celui du Dieu Très Haut des Écritures de l'Ancien Testament. Cela pouvait seulement être fait par ce que l'on connaît aujourd'hui comme le Binitarisme. Christ a été fait un Dieu coéternel et coégal. L'absurdité philosophique qui a résulté de cette erreur théologique a abouti aux discussions du quatrième siècle jusqu'à Constantinople en 381. Les doctrines de Paul ont été manipulées pour détruire les groupes unitaires en existence près des Grecs qui avaient été unitaires et ce, même avant Jésus-Christ (c'est-à-dire les Hypsistariens). Les Binitaires eux-mêmes ont subséquemment dû céder au regroupement final sous la faction Athanasienne. Ces groupes se sont appropriés le terme catholique. Ils se sont divisés en trois branches principales : c'est-à-dire Orthodoxe, Romaine et Anglicane.

 

Les Gréco-Romains ont déclaré à Nicée la doctrine du homoousios avec Dieu. Ils ont inventé la fiction que si Christ était un Dieu subalterne, le salut par Christ était de ce fait compromis. Ce problème était une invention basée sur la philosophie grecque qui soutenait que seul un semblable peut expier pour ou égaler ou aimer un semblable. Agape est un concept hébreu basé sur ahabah du Cantique des Cantiques.

 

L'effet de cette fiction a été de détourner l'attention de la subordination évidente dans les Écritures quant à l'économie ou la loi de Dieu à un niveau intradivin (voir aussi LaCugna, ibid., p. 8). L'effet a été de fermer la Divinité et d'élever Christ au-dessus de l'Armée et des élus. Ainsi, le destin des élus de devenir élohim, comme l'était l'Ange de Yahovah à la tête de la Maison du Roi, comme nous le voyons dans Zacharie 12:8, a été déguisé et nié, en fait. Cette vue fermée de la Divinité est devenue si enracinée que c'est venu à être considéré comme impie de déclarer que Christ est subalterne dans les cercles dominants alors que la Bible le proclame clairement.

 

Les Trinitaires ont eu à faire face à un problème après l'autre, tous basés sur la philosophie. Axiome : Dieu ne peut pas souffrir. Si Dieu ne peut pas souffrir, alors comment pourrait-il souffrir dans la personne de Christ ? Cela s'étend à l'axiome que Dieu ne peut pas mourir. S'Il ne peut pas mourir, comment peut-il mourir dans la personne de Christ ? La Bible est claire. Le moindre expie pour le supérieur. Celui qui sert expie par le sacrifice de soi. L'expiation du sang est suffisante (voir l'étude Le But de la Création et du Sacrifice de Jésus Christ [160]). Les Trinitaires ont contourné ce problème en disant que Christ a souffert dans son humanité, mais pas dans sa divinité (LaCugna, ibid.). Cela a abouti à l'identification du Trinitarisme avec la doctrine de l'Antéchrist, ce qu'il est, et, en conséquence, la définition à 1Jean 4:1-2 a été changée de l'original. Nous pouvons reconstruire l'original à partir d'Irénée, Ch. 16:8 (ANF, Vol. 1, n. p. 443).

 

Connaissez, par la présente, l'esprit de Dieu : Tout esprit qui confesse que Jésus Christ est venu dans la chair est de Dieu ; et tout esprit qui sépare Jésus Christ n'est pas de Dieu, mais est de l'Antéchrist.

 

Socrate, l'historien, dit (VII, 32, p. 381) que le passage avait été corrompu par ceux qui ont voulu séparer l'humanité de Jésus Christ de sa divinité.

 

Grégoire de Nazianze a développé l'idée que :

 

… la Monarchie divine n'était pas la possession unique de ‘Dieu le Père’, mais elle est partagée également entre les personnes divines. [Cette idée] a donné naissance à une conception énormément différente de l'ordre social (LaCugna, p. 17, emphase ajoutée). [LaCugna note que] la défaite théologique de la doctrine de la Trinité par la préoccupation à propos de la structure de la vie intérieure de Dieu a signifiée aussi sa défaite politique (ibid.).

 

Elle dit alors (ibid.) dans un mélange extraordinaire de propagande romaine et féministe que :

 

Un théisme unitaire, patriarcal, monarchique, hiérarchique a graduellement remplacé un monothéisme trinitaire avec des résultats politiques désastreux. Les théologiens chrétiens ont justifié toutes sortes de hiérarchies, exclusions et modèles de domination, que ce soit religieux, sexuels, politiques, cléricaux, raciaux, comme 'naturels' et voulus divinement. 

Les raisons que la doctrine de la Trinité est devenue marginale sont autant théologiques que politiques. Le triomphe de la doctrine de la Trinité consiste non seulement dans sa restauration à une place centrale dans la théologie chrétienne, mais aussi sa réintégration comme un principe théologique critique qui s'oppose à toute idée de gouvernement non trinitaire.

 

C'est une fabrication historique et une propagande flagrante. L'Église a été clairement unitaire pendant des siècles pendant sa phase la plus pure. Elle a résisté à la persécution pendant des siècles et elle a absolument nié les hiérarchies comme étant la doctrine des Nicolaïtes. La structure trinitaire a été imposée à partir de Constantinople (381) pour qu'un système monarchique (c'est-à-dire l'empire) puisse être maintenu sous la hiérarchie curiale romaine. Cette église et ce système ont asservi et ont tué des millions de véritables Chrétiens au nom de Jésus Christ pour maintenir son système hiérarchique.

 

LaCugna admet :

 

Bien qu'il n'y ait aucune doctrine de la Trinité dans le Nouveau Testament, il y a définitivement un modèle binitaire ou trinitaire à l'histoire du salut (ibid., p. 22)

 

Cela suit la position qui prétend que la doctrine de la Trinité :

 

… transforme drastiquement les formes politiques et sociales de vie appropriée à l'économie de Dieu (ibid., p. 16)

 

L'évolution de la structure se développe et elle est enracinée dans la théologie et le gouvernement païens. C'est pourquoi les gouvernements du monde incluant le Nouvel Ordre Mondial sont condamnés à l'échec et doivent être renversés et la structure millénaire de Christ mise en œuvre conformément aux lois de Dieu. La structure mondiale actuelle est contraire à la loi-ordre de Dieu dans ses formes les plus fondamentales. Elle est le résultat de plusieurs siècles de théologie subtile et fausse sous le système orthodoxe. Aucun autre système n'a infligé autant de misère à l'humanité au nom de Dieu.

 

La structure trinitaire s'est développée au cours des siècles. La théologie a été séparée de la sotériologie ou du plan du salut, tel que révélé dans l'incarnation de Jésus Christ. LaCugna considère que cette trajectoire a mené à la :

 

… via negativa de Pseudo-Dionysius et, finalement, à la théologie de Grégoire de Palamas (Chapitre 6).

 

Dans l'Occident latin, dans la période immédiatement après Nicée, les théologiens, comme Hilary de Poitiers et, peut-être à un degré extrême, Marcellus d'Ancyra, ont conservé la connexion entre les hypostases divines et l'économie du salut. Augustin a inauguré une approche entièrement nouvelle. Son point de départ n'était plus la monarchie du Père, mais la substance divine partagée également par les trois personnes [emphase ajoutée]. Au lieu de faire des investigations sur la nature de la théologie, comme elle est révélée dans l'Incarnation de Christ et la déification par l'Esprit [emphase ajoutée], Augustin a fait des investigations sur les traces de la Trinité qui pourraient être trouvées dans l'âme de chaque être humain. La poursuite d'Augustin d'une analogie 'psychologique' pour les relations intra-trinitaires a signifié que la doctrine trinitaire serait par la suite concernée par les relations 'internes' à la Divinité, disjointes de ce que nous connaissons à propos de Dieu à travers Christ en l'Esprit (LaCugna, p. 44).

 

La théologie latine médiévale a suivi Augustin et la séparation de la théologie de l'économie ou la sotériologie. La structure entière est devenue impliquée dans le néo-Platonisme et le Mysticisme.

 

Les notations importantes de LaCugna sont qu'après Augustin, la Monarchie du Père n'a plus été primordiale. La Trinité a assumé la coégalité. C'était la deuxième étape suivant la fausse affirmation de la co-éternité. La prémisse correcte était le concept de la manifestation de la Divinité dans chaque individu, à savoir l'opération du Père au moyen de l'Esprit Saint qui émanait de Lui à travers Jésus Christ. Cette direction à travers Jésus Christ permettait à Christ de contrôler et diriger l'individu conformément à la volonté de Dieu qui vivait dans chacun des élus.

 

Christ n'était pas l'origine de l'Esprit Saint. Il était son contrôleur intermédiaire. Il agissait pour Dieu comme il a toujours agi pour Dieu et conformément à Sa volonté. Mais il n'était pas le Dieu. Les Trinitaires ont perdu de vue ce fait, si, en effet, ils ont un jour vraiment compris la question. Comme LaCugna le dit :

 

La théologie du Dieu triune a semblé être ajoutée à la considération du Dieu unique (p. 44).

 

Cela a affecté fondamentalement comment les Chrétiens ont prié. C'est-à-dire qu'ils n'ont plus prié au Père uniquement (Matthieu 6:6,9) au nom du Fils, comme la Bible l'enseigne (selon Luc 11:12), en adorant le Père (Jean 4:23), mais au Père, au Fils et à l'Esprit Saint. De plus, les érudits ont développé une métaphysique comme telle de la théologie. Mais l'édifice entier a été construit en ignorant ou en manipulant la Bible. C'est la raison pour laquelle les Trinitaires n'utilisent jamais tous les textes de la Bible sur un sujet et traduisent mal et citent inexactement d'autres textes clefs en ignorant ceux qu'ils ne peuvent pas changer. Mais leur système est basé sur le Mysticisme et le Platonisme. LaCugna déclare que :

 

Les Cappadociens (et aussi Augustin) sont allés considérablement au-delà de la compréhension scripturale de l'économie en plaçant la relation de Dieu avec le Fils (et l'Esprit) au niveau 'intradivin' (p. 54).

 

Le Seul Dieu a existé comme ousia dans trois hypostases distinctes. Nous avons vu (voir l'étude Les Élus en tant qu'Élohim [001]) que le terme platonique ousia et le terme stoïque hypostases signifient essentiellement la même chose. Essentiellement, c'était un argument ayant pour but de changer le site de l'autorité de Dieu et de Sa loi-ordre, tel que révélé dans l'Écriture, à Jésus Christ, en tant qu'égal à Dieu. Pour défendre le système triune contre l'accusation de polythéisme, la Trinité a dû fusionner les trois éléments en un Dieu. C'était une modification de la doctrine originale du Modalisme, répandue à Rome, mais qui a été rejetée par le Christianisme dans l'ensemble. Les doctrines de la Monarchie et de la Circumincession ont été alors inventées pour expliquer cette incohérence.

 

La détermination du Dieu qu'on adore affecte toutes les considérations et toutes les questions d'organisation et le gouvernement sous la loi-ordre du système utilisé. La Bible a produit un système biblique de loi-ordre basé sur la loi du Seul Vrai Dieu.

 

L'ordre politique gréco-romain a cherché à protéger son système de loi-ordre dérivé de sources païennes. Par conséquent, il a dû syncrétiser la foi chrétienne pour revenir à l'adoration du dieu du système païen qui était compris à partir d'une base triune sous ses formes variables. LaCugna le comprend quand elle dit que :

 

Les Cappadociens étaient des théologiens spéculatifs hautement compétents. Ils ont brillamment synthétisé des éléments du néo-Platonisme, du Stoïcisme, du mysticisme et de la révélation biblique pour résister à l'Arianisme et au néo-Arianisme (ibid., p. 10).

 

La Divinité détermine tout, même les notions de crime et de punition. Pour changer le système, les Gréco-Romains ont dû changer la Divinité. Ils ont dû ensuite la défendre par la force des armes.

 

Le changement a été effectué par le Binitarisme qui est l'étape primaire dans l'hérésie. Il est philosophiquement indéfendable ; ses adhérents sont donc forcés vers le Trinitarisme.

 

La base réelle du Binitarisme est une limitation de la Divinité à deux êtres comme deux vrais Dieux. Ce qui est éternel et immortel est un vrai Dieu. Le Binitarisme a officiellement existé dans le Christianisme à partir du Concile de Nicée en 325. En plus d'être philosophiquement incohérent, il n'a aucune base biblique. Le Binitarisme ne pouvait pas exister seul. Le Trinitarisme a donc dû être développé pour répondre à l'absurdité de deux Dieux coéternels et coégaux.

 

Ce raisonnement binitaire incohérent a été de nouveau présenté au vingtième siècle.

 

"À l'origine, seulement ces deux Personnages Spirituels existaient, existant par eux-même... Seulement ces deux-là, égaux en pensée et en pouvoir, sauf que Dieu était suprême en autorité. Ils avaient une même pensée, étant en accord absolu... Dans l'éternité avant la "préhistoire", il y avait ces deux Êtres Suprêmes. Seuls ! Dans le vide de l'espace ! Aucune autre forme de vie - aucune autre créature vivante ! Rien d'autre !" (Herbert W. Armstrong, The Incredible Human Potential (L'Incroyable Potentiel Humain), Ambassador College Press, 1978, p. 36-37 ; voir aussi Armstrong, Mystery of the Ages (Le Mystère des Âges), pp. 44-45).

 

La logique de cette position est un dithéisme bizarre. Clairement, ce n'est pas biblique et cela nie le témoignage de Christ quant à sa connaissance et son pouvoir limités et sa dépendance sur le Père.

 

On doit se rappeler que les doctrines des factions à Nicée étaient fausses et que ces factions elles-mêmes, y compris les Athanasiens (maintenant les Catholiques), étaient incertaines de ce qu'était exactement la position. Même en 380, Grégoire de Nazianze (ou Nazianzus), un des Cappadociens qui a préconisé et développé la Trinité, a fait la remarquable déclaration que :

 

Certains des sages parmi nous considèrent que l'Esprit Saint est une influence, d'autres une créature, d'autres Dieu [L]ui-même (oi de theon) et, de nouveau, d'autres ne savent pas de quelle façon décider, par révérence, comme ils disent, pour l'Écriture Sainte, qui ne déclare rien d'exact dans ce cas. Pour cette raison, ils hésitent entre adorer et ne pas adorer l'Esprit Saint et restent neutres, ce qui est en fait, cependant, un mauvais choix (voir aussi Schaff, n. 5,6, p. 664). En 370, Basil évitait toujours soigneusement d'appeler le Saint [Esprit] Dieu, quoique avec la vue de gagner le faible. Hilary de Poietiers (sic) croyait que l'Esprit, qui sonde les choses profondes de Dieu, doit être divin, mais il ne pouvait trouver aucun passage de l'Écriture dans lequel il est appelé Dieu. Il a donc pensé qu'il devait se contenter de l'existence du Saint [Esprit] que l'Écriture enseigne et que le cœur certifie (De Trinitate, ii, 29 ; et xii, 55; voir, Schaff, ibid.).

 

Schaff continue à cet égard comme suit :

 

Mais l'église ne pouvait pas possiblement se contenter de seulement deux dans un. La formule baptismale et la bénédiction apostolique, comme les doxologies trinitaires traditionnelles, mettent le Saint-Esprit sur un pied d'égalité avec le Père et le Fils et exigent une tri-personnalité divine reposant sur une unité d'essence. La triade divine ne tolère en soi aucune inégalité d'essence, aucun mélange de Créateur avec la créature. Athanase l'a bien perçu et il a préconisé avec force la consubstantialité de l'Esprit Saint contre les Pneumatomachi ou Tropici (comme les Macédoniens étaient aussi appelés).

 

Le problème réel était que la doctrine n'avait pas été établie. Cette vue d'Athanase a été aussi adoptée par Basil, Grégoire de Nazianze, Grégoire de Nysse, Didymus et Ambrose (Schaff, ibid.). Cette doctrine a été établie au Concile d'Alexandrie en 362, à Rome en 375 et finalement à Constantinople en 381. La doctrine a été utilisée pour formuler un système de gouvernement qui en était un d'empire et transnational. La domination mondiale est le but suprême de ce système. C'est ainsi parce que la lutte est pour la domination totale entre deux structures spirituelles.

 

La position unitaire avait une base nationale et le système européen sous la bête romaine a voulu créer un système dans l'empire qui était en mesure d'utiliser le Christianisme. Le Binitarisme était philosophiquement incohérent et sans fondement scriptural. L'Unitarisme enseignait un jugement national basé sur le jugement de Dieu, conformément aux Bénédictions et aux Malédictions sous la loi de Dieu. Rome était un système païen, avec un système païen de loi et le Dieu triune était la base de la structure religieuse européenne. Ce conflit de loi-ordre a commencé les Guerres Ariennes, même avant qu'il ne soit arrivé en Europe, entre les Grecs et ceux qui ont été nommés les Scythes. L'Unitarisme ou l'Arianisme, comme il a été inexactement appelé (si on suppose que les définitions Catholiques sont incorrectes), était opposé au système de loi-ordre de Satan. L'image de la bête romaine (Daniel 2:33,40-43 ; 8:21-27) a dû être formée, tel que prédit par Apocalypse 13:14-15. La base même de la société occidentale est fondée sur cette loi-ordre païenne. C'est pourquoi elle ne peut pas survivre.

 

La nature de Dieu détermine la nature du gouvernement. Pour cette raison, les systèmes hiérarchiques défendent par la persécution la Divinité limitée à l'intérieur d'un système dithéiste ou triune. Les Églises au vingtième siècle ne sont aucunement différentes.

 

Foakes-Jackson comprend la nature politique inhérente de la lutte entre les concepts teutoniques et romains de Dieu. Aucun n'était en fait correctement basé. Il dit :

 

Nous sommes convaincus que l'Arianisme des Wisigoths, des Lombards, des Vandales, etc. n'était pas plus qu'une phase dans la lutte ecclésiastique entre la conception teutonique et romaine du Christianisme. Les barbares ont désiré avoir leur propre Église nationale et, quand ils ont trouvé une forme de Christianisme qui les a tenus séparés du provincial méprisé et indépendants du clergé de l'Empire, ils s'y sont accrochés avec la fermeté fière d'une race victorieuse. Leur révérence naturelle pour la civilisation romaine les a faits, en règle générale, noblement tolérants de la religion qu'elle sanctionnait et quand on dit qu'ils ont été des persécuteurs, le motif doit avoir été principalement politique.

 

La faiblesse inhérente des occupants barbares du territoire romain était leur incapacité d'organisation, tandis que la force des Romains dans leur régime autant civil qu'ecclésiastique reposait sur un système testé par l'expérience des siècles. Les Ariens ont été aussi peu capables de se maintenir que les royaumes teutoniques de courte durée et leur clergé a dû en fin de compte se rendre à la discrétion de l'église mieux disciplinée des provinciales romaines. La destruction de l'Arianisme, comme un système rival, est un des facteurs les plus importants dans la genèse de la civilisation européenne moderne ; en effet, si les conquérants barbares avaient professé une forme de Christianisme et la race plus faible une autre, aucun progrès n'aurait été possible. Oppressif comme le féodalisme incontrôlé des âges de l'ignorance l'a été, il aurait été intolérable si les conquérants n'avaient pas eu la revendication d'un Christianisme commun pour encourager la considération pour leurs sujets vaincus (F. J. Foakes-Jackson, l'article ‘Arianism’, ERE, Vol. I, p. 783).

 

Cette sorte de conversation double est classique de l'autojustification trinitaire. Pour défendre le système romain contre le système unitaire (soi-disant arien), le clergé romain a utilisé la puissance des Francs pour faire la guerre au reste de l'Europe, état par état, jusqu'à ce qu'ils aient subjugué les systèmes ariens rivaux et plus tolérants tandis qu'ils fluctuaient continuellement. L'Église romaine a plongé l'Europe dans l'âge des ténèbres (Moyen Âge) pour qu'elle puisse s'accaparer du pouvoir total et enraciner le système romain, produisant l'image de la bête. Ce système devait durer de 590 à 1850 ou 1,260 ans (voir les études La Distribution Générale des Églises observant le Sabbat [122] et Le Rôle du Quatrième Commandement dans l’Histoire des Églises de Dieu Observant le Sabbat [170]).

 

Il devrait être évident que la nature de Dieu est centrale dans le système de gouvernement que la nation ou le groupe adopte. Satan a eu une période de six mille ans pour développer un système qui gouvernerait la terre avec justice conformément à la nature de Dieu. Au lieu de cela, il a choisi d'adopter un système qui va à l'encontre de la nature de Dieu conformément à une Divinité qui représente sa nature et son idéologie rebelle. Le système triune est son symbole et il est en place contre ou à l'encontre des lois de Dieu. Cependant, Satan et les démons fonctionnent dans les limitations que Dieu leur a imposées. Dans une courte période, la domination de Satan sera terminée. Nous avons été appelés hors du monde et de l'adoration du dieu de ce monde à une compréhension du Seul Vrai Dieu et de Sa loi-ordre. C'est pourquoi nous sommes en conflit avec les systèmes du monde et nous sommes persécutés.

 

Dieu et Son Gouvernement dans la Famille de Dieu

 

Les Fils de Dieu 

Il y avait des fils de Dieu avant la création de la terre (Job 38:4-7). Ces fils de Dieu ont été organisés dans une structure sous les Étoiles du Matin ou les porteurs de lumière. Autrement dit, chacun des leaders de l'Armée avait une fonction d'instructeur et de pasteur. Cela devait s'étendre à la corrélation de l'Armée et de l'humanité.

 

La tentation, en lisant la Bible, est d'imposer nos propres concepts sur la structure décrite et de faire des suppositions quant aux êtres identifiés dans les limitations imposées par le conditionnement que nous recevons sous la vision du monde telle que donnée par le dieu de ce monde. Les apôtres l'ont fait avant leur conversion quand ils ont commencé à se quereller à propos de qui serait le plus grand dans le Royaume. Christ les a réprimandés et leur a dit qu'il ne devait pas en être ainsi avec eux. Les êtres du Royaume de Dieu sont comme ceux qui servent (Luc 22:24-26 ; voir aussi Marc 10:42).

 

Luc 22:24-26 Il s'éleva aussi parmi les apôtres une contestation : lequel d'entre eux devait être estimé le plus grand ? 25Jésus leur dit : Les rois des nations les maîtrisent, et ceux qui les dominent sont appelés bienfaiteurs. 26Qu'il n'en soit pas de même pour vous. Mais que le plus grand parmi vous soit comme le plus petit, et celui qui gouverne comme celui qui sert. (LSG)

 

C'est de cette façon que nous devons voir l'organisation de l'Armée céleste telle que reconstruite à partir du récit biblique. Les rôles et les fonctions des individus doivent être compris dans cette perspective. Les discussions qui ont surgi sont ainsi comprises des désirs et des conflits qui surgissent suite à ces limitations spirituelles. Il s'ensuit, par conséquent, que le placement des élohim dans des conseils et comme leaders ou émissaires n'entraîne pas une fonction hiérarchique. C'est l'erreur primaire qui est faite dans la compréhension du gouvernement de Dieu. De plus, ce malentendu s'étend au processus de création et du partage des pouvoirs de Dieu avec l'Armée, du début de la création. La Trinité et son prédécesseur incohérent, le Binitarisme, attaquent le cœur même de la nature de Dieu et la capacité affichée par Dieu de partager Son pouvoir avec Ses enfants qui sont tous le produit de Son activité et pouvoir.

 

Le Temps, la Métaphysique et la Création 

La question du commencement est importante pour la nature de Dieu. La position biblique est que Dieu seul est immortel (1Tim. 6:16). Les Binitaires essayent d'éluder la question de la doctrine de l'immortalité en niant la métaphysique du concept du temps. Le temps est, par nécessité, une relation entre des êtres qui existent. Par conséquent, il doit y avoir un point à partir duquel le temps a commencé, s'il y a un Seul Vrai Dieu (Jean 17:3). Soutenir que le temps est éternel peut seulement venir d'une situation dans laquelle deux ou plusieurs objets sont en relativité l'un par rapport à l'autre, éternellement. Le temps, l'espace, la masse et l'énergie sont des expressions équivalentes d'une essence fondamentale unique. Nous y faisons référence comme l'esprit. Dieu est esprit.

 

Jean 4:24 Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l'adorent l'adorent en esprit et en vérité. (LSG)

 

L'objection pourrait être faite que, puisque Dieu est esprit et puisque le temps, l'espace, la masse, l'énergie, etc., sont des expressions équivalentes d'une essence fondamentale unique, alors le temps a nécessairement existé quand l'esprit a existé. Comme Dieu est éternel, le temps est donc éternel. Cet argument n'est pas biblique (voir ci-dessous). Cet argument invite la question, qu'en est-il de la multiplicité des Esprits de Dieu ? Les sept anges sont les sept esprits de Dieu. Ils doivent donc avoir toujours existé aussi.

 

La première église, cependant, considérait qu'ils étaient la création primaire de Dieu. L'Esprit Saint et les six autres messagers étaient les esprits qui ont constitué le début de la création (Shepherd of Hermas (Berger de Hermas), L. 1, Ch. iv, ANF, Vol. II, p. 14).

 

Il y a ainsi un point à partir duquel l'esprit est devenu relatif et non simplement instanc dans l'essence divine, comme un attribut de Dieu. Dieu a existé dans Sa perpétuité constante. Lui seul est immortel (1Tim. 6:16). Dieu est Roi des âges (1Tim. 1:17; cf. le texte grec de Tobit 13:6,10) et Dieu des âges (theos tõn aiõniõn, cf. Ecclus. 36:17 ; Ésaïe 9:6 ; Jérémie 10:10). L'activité de création de Dieu a commencé la relativité de l'Esprit et, de là, le temps. Dieu a étendu la capacité d'être immortel aux enfants de Dieu dès leur création. Avec la création de l'esprit indépendant ou libre de se déplacer, comme une intelligence interagissant avec Dieu, le temps a commencé.

 

Dieu seul possède l'omniscience, comme un attribut. Dieu a connu toutes Ses œuvres depuis l'éternité. La rébellion était connue d'avance et, de là, l'Agneau de Dieu était connu d'avance, avant la création de l'univers physique (1Pierre 1:18-20 ; voir les diverses traductions pour comprendre) étant livré pour la crucifixion par le conseil et la connaissance anticipée de Dieu (Actes 2:22-23).

 

La déclaration est aussi importante, en raison de cette omniscience, que la grâce a été donnée avant le début du temps (2Tim. 1:9 ; temps éternels : chronõn aiõniõn, voir la Bible Interlinéaire ; à tort traduit avant que le monde n'ait commencé, KJV). En conséquence, la grâce est un produit de l'omniscience ou de la compréhension illimitée du Père (Psaume 147:5) avant que le temps n'ait commencé. La vie éternelle est aussi un produit de cette omniscience avant que le temps n'ait commencé (Tite 1:2). Dieu déclare la fin dès le commencement, étant le seul Dieu sage (1Tim. 1:17). Cette prédestination ne gêne nullement le libre arbitre de la création spirituelle ou physique.

 

Ainsi, la création est le produit du Père qui a une série d'attributs qu'Il partage par assignation avec les fils de Dieu. Seul Dieu le Père est :

 

·         Auto-existant et, par conséquent, immortel (Jean 5:26 ; 1Tim. 6:16) 

·         Omniscient (Ésaïe 46:10 ; Psaume 147:5 ; Matthieu 24:36 ; 1Tim. 1:17) ; 

·         Omnipotent (Marc 14:36 ; Luc 1:37) ; 

·         Immuable (Jacques 1:17 ; Mal. 3:6) ; 

·         Le Seul Vrai Dieu et la source de vie éternelle (Jean 17:3 ; 1Jean 5:20) ; 

·         Il demeure dans une lumière inaccessible et aucun homme ne L'a vu ni ne peut Le voir (Jean 1:18 ; 1Tim. 6:16), étant esprit (Jean 4:24) ; 

·         Il est le créateur de toutes choses, à travers Christ. Par la volonté de Dieu, toutes les choses existent, étant créées selon et pour Son plaisir (Psaume 134:3 ; Colossiens 1:15 ; Hébreux 1:2 ; Apocalypse 4:11). Il est la source de la vie (Psaume 36:9 ; Jean 5:26).

 

La position binitaire est que Dieu tout comme Christ ont éternellement existé ; il n'y a donc aucun début du temps. Le temps est vu comme étant éternel. Cette position est clairement contraire à l'Écriture car elle affirme l'existence de deux vrais Dieux alors que Jean dit qu'il n'y a qu'un Seul Vrai Dieu et que Christ a été envoyé par Lui (Jean 17:3 ; 1Jean 5:20). Les Trinitaires sont conscients de l'incohérence de cet argument, car c'est la position qu'ils avaient au début. Les Trinitaires cherchent à affirmer que le Seul Vrai Dieu est composé de trois personnes qui, ensemble, forment le Seul Vrai Dieu. Ainsi, ils peuvent affirmer que le temps est éternel, étant une relation entre ces personnes intradivines. Les positions relatives du Père, du Fils et de l'Esprit Saint sont considérées être des fonctions de la Divinité. Le Père est vu comme étant éternellement le Père. Le Fils est une génération du Père, quoique existant éternellement. L'Esprit est considéré être une progression du Père (Orthodoxe) ou du Père et du Fils (Filioque : Catholique depuis le Concile de Toledo). Ainsi, les Trinitaires considèrent le Fils comme une Génération du Père, cependant, il n'y a eu aucun moment où le Fils n'a pas existé. La même chose est vraie pour l'Esprit Saint. Cette position est intellectuellement absurde et contraire à l'Écriture. Aucune relation Père et Fils ne peut être basée sur une telle prémisse et ce, dans aucune structure de langage ou logique.

 

Le fils de Dieu qui est devenu le seul Dieu né était Christ (Jean 1:18; monogenes theos : voir Hort, On [monogenes theos] in Scripture and Tradition (À propos de [monogenes theos] dans l'Écriture et la Tradition) dans Two Dissertations (Deux Dissertations), Cambridge et Londres, 1876, p. 541 et sui.), qui était le sujet en question dans les discussions de 1861 (après la position d'Abbot (Bibl. Sacr., octobre 1861; Revue Unitaire, juin 1875) à l'article par Drummond (Theol. Rev., octobre 1871) et est devenu la base pour le texte, selon Hort, et aussi de Tregelles) (voir Thayer [monogenes], p. 418). Christ était le Messie (Psaume 2:2 ; Jean 1:41) et Fils de Dieu (Éloah) (Jean 20:17 ; 1Jean 5:5 ; Proverbes 30:4-5), né de la vierge, Marie (Ésaïe 7:14-15 ; Luc 1:30-33). Il a été envoyé pour racheter la création et réconcilier l'humanité avec Dieu, comme Sauveur (Romains 5:10 ; 8:19-23 ; Colossiens 1:20 ; 1Tim. 2:4-6).

 

Il y avait donc plusieurs fils de Dieu. Christ a été le premier engendré de l'Armée, mais le seul Dieu né. Ainsi, il y a eu beaucoup de fils de Dieu engendrés de l'esprit, mais Christ a été le seul élohim à naître comme un homme. De cette façon, il a été le prõtotokos ou le premier engendré de toute créature (Colossiens 1:15), parmi beaucoup de frères (Romains 8:29) et le premier engendré d'entre les morts (Colossiens 1:18). De cette façon, nous sommes l'assemblée et l'église des premiers engendrés ou premiers-nés (Hébreux 12:23). Nous n'étions pas évidemment les premiers-nés de la structure humaine. Nous sommes les premiers-nés d'entre les morts dans la première résurrection. Ainsi, il y a une distinction qui se développe dans la nature des fils de Dieu durant cette phase de la création. Ceux qui sont maintenant retranchés du monde sont destinés à devenir des élohim, étant de la maisonnée du roi, comme l'Ange de Yahovah était un élohim à leur tête (Zacharie 12:8). Christ est devenu un fils de Dieu avec puissance par le moyen de l'Esprit Saint depuis sa résurrection d'entre les morts (Romains 1:4). Néanmoins, les anges sont nos frères comme fils de Dieu (Apocalypse 12:10). Ils sont envoyés comme esprits effectuant un ministère pour nous aider durant cette phase (Hébreux 1:14) (voir l'étude Le But de la Création et du Sacrifice de Jésus Christ [160]). Christ a renoncé à sa position et à son autorité parmi les fils de Dieu pour devenir humain. Il a été obéissant jusqu'à la mort (Philippiens 2:6). Il avait la forme de la déité, possédant la nature divine, mais il a renoncé à ce pouvoir qu'il avait reçu de Dieu par l'Esprit Saint et il est devenu un homme. Il n'a pas essayé de saisir l'égalité avec Dieu, comme Satan avait essayé de le faire (Philippiens 2:6 RSV). Il a été promu par ce qu'il a souffert, étant fidèle à Celui qui l'a fait (traduit désigné dans des textes, Hébreux 3:2). Quoiqu'il fut un fils, il a appris l'obéissance par ce qu'il a souffert et, étant ainsi perfectionné, il est devenu l'auteur du salut éternel pour ceux qui lui obéissent, désigné par Dieu un Souverain Sacrificateur d'après l'ordre de Melchisédek (Hébreux 5:8-10 ; voir Psaume 110:4).

 

L'Esprit Saint est ainsi la puissance de Dieu (Luc 1:35 ; 1Cor. 2:10-14) et est le moyen par lequel la nature divine est manifestée (Psaume 139:1-7 ; Romains 8:13-17 ; 2Tim. 1:7 ; 1Jean 3:24), étant l'esprit de la vie éternelle (Romains 8:10,14 ; 2Pierre 1:3-4). Ainsi Christ reçoit son pouvoir, comme fils de Dieu, par l'Esprit Saint. C'est vrai pour tous les enfants de Dieu, autant ceux d'origine céleste que les fils des hommes. Ainsi, toute l'Armée participe à la nature divine par l'Esprit Saint, comme nous le faisons (2Pierre 1:4).

 

La première Église croyait que le noyau de l'Armée a formé le début de la création (Shepherd of Hermas (Berger de Hermas), ibid.). La création des élohim a formé le commencement. Dieu seul a existé à perpétuité, n'ayant rien de contemporain avec Lui. C'est la position cohérente de la première Église (voir l'étude La Première Théologie de la Divinité [127]). Cette vue exclue absolument le Binitarisme. La création des esprits comme fils de Dieu a été la première étape de la création spirituelle. La création physique était postérieure à cet ordre.

 

L'Ordre des Cieux 

Les Fils de Dieu ont été organisés dans une structure d'êtres responsables. Les Fils de Dieu (Job 1:6 ; 2:1 ; 38:7 ; Psaume 86:8-10 ; 95:3 ; 96:4 ; 135:5) sont les Bene Elyon ou les fils du Très Haut. Ils ont ainsi une seule origine dans le Dieu Très Haut. Celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés ont une seule origine (Hébreux 2:11, voir ci-dessous). Christ et l'Armée sont des frères. Christ nous confessera devant Dieu et devant ceux dans les cieux (Psaume 22:22 ; Hébreux 2:12 ; Apocalypse 3:5). Il y a donc une interaction entre Christ et les autres membres de l'Armée dans laquelle ils ont une responsabilité et une connaissance des activités en rapport à la création. Ils forment un Conseil des Élohim ou des Dieux de Justice. Cette compréhension est ancienne en Israël (voir aussi Leopold Sabourin SJ, The Psalms: Their Origin and Meaning (Les Psaumes : Leur Origine et Signification), Alba House, New York, pp. 72-74 pour notations sur ce conseil).

 

Christ faisait partie du Conseil, mais il a été envoyé à la création comme l'Agneau et, par la suite, il a été oint comme élohim au-dessus de ses collègues (Psaume 45:6-7 ; Hébreux 1:8-9). Il y avait donc un temps où il était au même niveau et exécutait des fonctions semblables au reste de l'Armée. La Bible a beaucoup à dire à propos de leur organisation comme une Armée. L'information est éparpillée, cependant, et elle doit être rassemblée, précepte sur précepte, règle sur règle, etc. (Ésaïe 28:10,13).

 

Nous savons que Christ a été le premier engendré de la création. Il a organisé ou créé les trônes, les dominations, les principautés, les autorités. En lui toutes les choses se tiennent ou subsistent (Colossiens 1:16-17).

 

Il est ainsi un des élohim, mais il est maintenant leur Souverain Sacrificateur. Le Conseil est identifié dans le Nouveau Testament comme étant une structure d'environ trente êtres. Cependant, nous savons que le conseil du Sanhédrin avait soixante-dix anciens et nous savons qu'ils ont été identifiés comme soixante-douze êtres. Il a été étendu aux anciens de l'Église depuis l'ordination des soixante-dix à Luc 10:1,17 où les soixante-dix sont, en fait, les soixante-dix [deux] ou hebdomakonta [duo]. Nous verrons ci-dessous que les nations ont été réparties entre les soixante-dix de l'Armée, comme leur responsabilité. Le Livre de l'Apocalypse donne la structure des trente intérieurs. Ce groupe nous dit beaucoup à propos de l'organisation de l'Armée.

 

Apocalypse 4:1-11 Après cela, je regardai, et voici, une porte était ouverte dans le ciel. La première voix que j'avais entendue, comme le son d'une trompette, et qui me parlait, dit : Monte ici, et je te ferai voir ce qui doit arriver dans la suite. 2 Aussitôt je fus ravi en esprit. Et voici, il y avait un trône dans le ciel, et sur ce trône quelqu'un était assis. 3 Celui qui était assis avait l'aspect d'une pierre de jaspe et de sardoine ; et le trône était environné d'un arc-en-ciel semblable à de l'émeraude. 4Autour du trône je vis vingt-quatre trônes, et sur ces trônes vingt-quatre vieillards assis, revêtus de vêtements blancs, et sur leurs têtes des couronnes d'or. 5 Du trône sortent des éclairs, des voix et des tonnerres. Devant le trône brûlent sept lampes ardentes, qui sont les sept esprits de Dieu. 6 Il y a encore devant le trône comme une mer de verre, semblable à du cristal. Au milieu du trône et autour du trône, il y a quatre êtres vivants remplis d'yeux devant et derrière. 7 Le premier être vivant est semblable à un lion, le second être vivant est semblable à un veau, le troisième être vivant a la face d'un homme, et le quatrième être vivant est semblable à un aigle qui vole. 8 Les quatre êtres vivants ont chacun six ailes, et ils sont remplis d'yeux tout autour et au-dedans. Ils ne cessent de dire jour et nuit : Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu, le Tout Puisant, qui était, qui est, et qui vient ! 9 Quand les êtres vivants rendent gloire et honneur et actions de grâces à celui qui est assis sur le trône, à celui qui vit aux siècles des siècles, 10 les vingt-quatre vieillards se prosternent devant celui qui est assis sur le trône et ils adorent celui qui vit aux siècles des siècles, et ils jettent leurs couronnes devant le trône, en disant : 11 Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire et l'honneur et la puissance ; car tu as créé toutes choses, et c'est par ta volonté qu'elles existent et qu'elles ont été créées. (LSG)

 

Le trône de Dieu est entouré par quatre créatures avec des têtes différentes, soit celles d'un lion, d'un taureau, d'un aigle et d'un homme. Elles ont six ailes. Les êtres qui ont six ailes sont les séraphins. Ces êtres sont mentionnés à Ésaïe 6:2,6. Ils avaient le pouvoir de purger le péché pour préparer les prophètes (Ésaïe 6:7). Ces êtres ont été chargés de préparer Ésaïe pour aller avec les messages concernant la dispersion, d'Ésaïe 6:8, et aussi la réunion, d'Ésaïe 40:3,6.

 

Le mot Séraphin est le pluriel de SHD 8314 sârâph, qui signifie brûlant et, de là, vénéneux comme un serpent (voir Strong). Le sens de brûlant est aussi associé à leur couleur cuivre. Ils sont ainsi les serpents ardents du ciel. Les orientaux se réfèrent à eux comme des dragons. Cette compréhension était commune autant en Israël que dans tout le monde ancien. Les premiers Britanniques, spécifiquement les Gallois et les Cornouaillais, utilisaient le terme dragon comme un synonyme pour roi et l'emblème du Pays de Galles jusqu'à ce jour est le Dragon Rouge. Le Dragon Rouge est identifié comme le Chérubin Protecteur Satan (Apocalypse 12:3). Leur nom provient de la racine hébraïque sâraph (SHD 8313) qui veut dire brûler ou allumer. Ces êtres sont les éléments clefs de l'Armée céleste. Ils sont les archanges. Les six ailes dénotent leur rang et fonction. Les ailes sont dans trois divisions. Il semble que le nombre d'ailes peut représenter la fonction, peut-être dans leur proximité à Dieu et, de là, leurs responsabilités de messager et leurs fonctions administratives et d'enseignant.

 

Les archanges ont toujours été représentés dans quatre divisions. Le Livre d'Hénoc les nomme : Michel (celui responsable de la meilleure partie de l'humanité), Gabriel (responsable des serpents, du Jardin et des Chérubins), Uriel (l'ange du tonnerre et des tremblements de terre, voir Apocalypse 11:13,16 ; 16:18) et Raphaël (signifiant Dieu a guéri; il est l'ange de l'esprit des hommes, c'est-à-dire l'Ange de la Résurrection). Le nom Raphaël est peut-être une référence à la rupture que Satanel a créée quand il s'est rebellé et a perdu le nom ou le suffixe el et, de là, son rang. Satan a été ainsi enlevé comme Chérubin Protecteur. Le nom Raphaël peut aussi se référer à la réconciliation de la résurrection.

 

Les noms des anges clefs incluent aussi Raguel (qui prend vengeance sur le monde et les lumières, c'est-à-dire un autre Ange de l'Apocalypse) et Saraqael (il est responsable des esprits qui causent que les hommes pèchent, c'est-à-dire qu'il est l'ange de la fosse sans fond) (Knibb, The Ethiopic Book of Enoch (Le Livre Éthiopique d'Hénoc), Oxford Clarendon, 1982, Vol. 2, Ch. 20.1-2, pp. 106-107). Il y avait six anges et c'est le nombre mentionné dans Shepherd of Hermas (Berger de Hermas) comme faisant partie de la création centrale. Le Berger de Hermas identifie Michel comme l'archange au Sinaï qui a donné la loi. Actes identifie l'être dans l'Exode comme Christ. Ainsi, joint aux textes dans Daniel 10:13,21 ; 12:1, Jude 9 et Apocalypse 12:7 où il est le capitaine de l'armée du Seigneur, qui est la position allouée à Christ, ce n'est pas surprenant que l'Église a eu tendance à identifier Christ comme Michel, avant l'incarnation.

 

Le symbolisme des têtes des créatures entourant le trône de Dieu peut être identifié en se référant à l'Ancien Testament où les Chérubins sont mentionnés, soit à Ézéchiel 10:1-20 (voir l'étude La Signification de la Vision d'Ézéchiel [108]) pour l'explication). Là ils sont identifiés comme Chérubins en se référant aussi à Ézéchiel 1:1-28. Cette structure des Chérubins a été reproduite au niveau des quatre ailes. Ainsi, la fonction semble être reproduite par la fonction ou la subdivision aussi. Nous pouvons déduire que le symbolisme des quatre animaux touche aux Chérubins entourant le trône de Dieu. Deux de ces Chérubins ont été placés au Jardin d'Éden (Genèse 3:24).

 

Quelle est la fonction des têtes des animaux ? La réponse peut être trouvée dans les étendards de bataille d'Israël et la division des tribus de Nombres 10 et 11. Le Tabernacle était une réplique ou une ombre du système céleste. Le Conseil des anciens est placé autour du tabernacle. L'Esprit du Seigneur a été placé sur eux et ils ont prophétisé comme Moïse l’a fait lequel était la centralité de l'activité de Dieu pour la création physique (voir Nombres 11:24-25). En plus des soixante-dix, il y avait aussi deux prophètes, Eldad et Médad, qui ont prophétisé à l'extérieur du camp, faisant ainsi les soixante-douze en termes physiques (Nombres 11:26-30). Dieu et Christ sont les compléments spirituels.

 

Le Tabernacle était ainsi au centre de l'Armée d'Israël. À l'intérieur du Tabernacle étaient le Saint des Saints et l'Esprit du Seigneur. Moïse et Aaron s'occupaient du Saint des Saints. Moïse a été fait un Élohim pour Pharaon et par conséquent a retenu cette nomination (Exode 7:1). Aaron était le Souverain Sacrificateur. C'était représentatif de la relation de Dieu/Christ.

 

Les tribus ont été arrangées en douze divisions autour du Tabernacle. La tribu de Lévi constituait le sacerdoce. Joseph a été divisé en deux tribus à cause du droit d'aînesse, à savoir Éphraïm et Manassé. Les douze tribus étaient en quatre divisions. La division du nord était Dan, Aser et Nephtali. La division orientale était Juda, Issacar et Zabulon. La division du sud était Ruben, Siméon et Gad. La division occidentale était Éphraïm, Manassé et Benjamin. Chacune des douze tribus avait son étendard. Les symboles des quatre divisions coïncidaient avec les quatre symboles des tribus principales. Juda était la première des tribus (Nombres 10:14). Les tribus suivaient ensuite dans cet ordre : Issacar, Zabulon. Celle-ci, la division orientale, était la première division dans l'ordre de marche. Le symbole de Juda était un lion. Le Tabernacle suivait ensuite.

 

La deuxième division dans l'ordre de marche était Ruben suivi par Siméon et Gad. Cette division était identifiée avec l'homme dans le système du sud (voir Ézéchiel 1 pour la direction). La division occidentale était Éphraïm, puis Manassé et Benjamin. Le symbole de la division occidentale était un taureau. La division du nord était Dan, Aser, Nephtali et le symbole de la division du nord était un aigle. Dan a été aussi associé à un serpent ou à un scorpion. Cette division du nord était la dernière dans l'ordre de marche d'Israël (Nombres 10:25) et, de là, le scorpion était approprié comme un signe de bataille. La piqûre d'Israël, comme ils l'ont vu, était dans sa queue.

 

Les promesses aux tribus ont aussi une signification pour leur identification (Genèse 49:1-28).

 

Les divisions du sacerdoce étaient aussi au nombre de vingt-quatre (comme l'étaient les divisions de la nation). De la sorte, il y avait deux divisions par tribu. C'est une allégorie pour l'assignation de deux Chérubins par unité. Il y avait deux Chérubins de chaque côté de l'arche et du propitiatoire (Exode 25:18 à 26:31 ; 37:8-9). C'est représenté par la transfiguration aussi où on a vu Christ avec Moïse et Élie. Christ occupe le propitiatoire, comme Souverain Sacrificateur. Moïse et Élie sont représentés comme des Chérubins Protecteurs ou ils assument la fonction de ces êtres, occupant les deux positions laissées vacantes dans la rébellion par Satan et, comme nous le verrons, la tête de lion ou Aion. Les vingt-quatre divisions représentaient le sacerdoce dans le Temple, comme nous le voyons par les divisions inscrites dans 1Chroniques 24:7-19. Les vingt-quatre représentaient aussi les divisions du tabernacle céleste, comme nous le voyons d'Apocalypse 4:1 et suiv.

 

Dans Apocalypse 4 et 5, nous voyons que le Conseil céleste des anciens est composé de vingt-quatre anciens. Ils sont autour du trône. Ils ont des vêtements blancs et des couronnes d'or (Apocalypse 4:4). Les sept esprits de Dieu sont devant le trône comme sept lampes de feu. Devant le trône, il y a une mer de verre, comme du cristal. Les quatre créatures sont autour et près du trône. Ainsi, ces êtres partagent l'autorité avec Dieu et leurs divisions entourent le trône. Ici, nous avons une distinction. Les anciens ont une position devant le trône comme un conseil, tandis que les quatre créatures partagent les fonctions de l'autorité qui leur est conférée. Nous pouvons déduire des positions dans les prophéties d'Ézéchiel 1 et 10 et du placement autour du tabernacle de Nombres 10 que les archanges commandent aux quatre divisions de l'Armée céleste. La base de deux par tribu pour le tabernacle indique qu'il y a douze divisions célestes dans les quatre zones ou quadrants administratifs.

 

Le Conseil intérieur représente la fonction de jugement. De là l'injonction :

 

Tu n'insulteras point les dieux (élohim), et tu ne maudiras point le prince de ton peuple (Exode 22:28).

 

La fonction de jugement appartient au Conseil, sous Christ. Cette fonction s'étend au Sanhédrin aussi. De là, les élohim sont ceux responsables du jugement. Nous ne pouvons pas déduire une structure hiérarchique dans ce groupe. En effet, il semble que les élohim ont reçu une responsabilité déléguée de contrôler les prières des saints (Apocalypse 5:8). De ce fait, notre jugement doit d'une certaine façon être associé à notre interaction avec ce Conseil. Cette structure n'implique pas d'ordre ou de hiérarchie, mais, plutôt une décision juste basée sur une interaction de groupe.

 

La Guerre de Propagande dans le Ciel 

D'après Ézéchiel 1 et 10, nous pourrions déduire que les Chérubins ont délégué l'autorité aux quatre quadrants. Nous trouvons ce symbolisme dans l'antiquité dans le minotaure, l'aion, les génies et les titans ou l'Armée déchue. Ces symboles ont été trouvés parmi les Crétois, les Grecs, les Persans et les Orientaux, en général.

 

Comme on pourrait s'y attendre dans n'importe quelle guerre, il y a un système continuel de propagande. Satan a établi un système basé sur la duperie et il est nommé le père du mensonge (Jean 8:44). Il est le prince de la puissance de l'air (Éphésiens 2:2). Le pseudologon mentionné à 1Timothée 4:2 peut ne pas simplement être des mensonges, mais, plutôt, un faux esprit ou une fausse énonciation qui est à une échelle de remplaçant pour l'Esprit Saint ou l'émanation de Dieu et dont Christ était représentatif, comme le logos.

 

Les deux systèmes de propagande sont ainsi la Bible, comme la prophétie révélée, d'une part, et les systèmes païens, les cultes des mystères et les oracles, d'autre part. Nous pourrions donc obtenir une meilleure compréhension de l'ancienne vue de la cosmologie céleste à partir de l'histoire et de l'archéologie.

 

Le système Mithra montre le symbolisme du taureau qui est tué où Perses (Perseus) tue le taureau pendant que les autres systèmes d’étoiles observent ou sont collaborateurs. La typologie Mithra est, en fait, une observation du système céleste, pas comme il était au premier siècle, comme on s'y attendrait, mais plutôt comme il était quelques millénaires auparavant. Ce mythe est donc ancien et reflète une compréhension des batailles dans les cieux et ce, des siècles avant la naissance de Christ.

 

Nous pouvons aussi déduire, à partir du symbolisme, quelles divisions du ciel ont été associées à la rébellion. Le chérubin à tête d'homme était Satan. Il a essayé de supplanter le Père. De la même manière, Ruben, le premier-né d'Israël, a souillé le lit de son père en essayant de le supplanter et il a perdu son droit d'aînesse. Satan a entraîné un tiers de l'Armée et non pas simplement un quadrant. Ainsi, une partie d'un autre système est impliquée. L'histoire identifie qui ceux-ci pourraient être. La compréhension des cultes des mystères des systèmes Mithra et Aion a toujours peint l'Aion avec un serpent enroulé autour de l'Aion et la tête du serpent au-dessus de celle de l'Aion (voir D. Ulansey The Origin of the Mithraic Mysteries (L'Origine des Mystères Mithriaques), Oxford University Press, New York, 1989, plaques 1.4, 3.5, 5.2, 7.15). Nous pourrions ainsi déduire à partir des cultes des mystères et des légendes qui leur sont associées concernant le système Aion que le deuxième élément de la rébellion était l'Aion ou le système à tête de lion.

 

C'est aussi renforcé par un certain nombre de distorsions au symbolisme. L'Aion est aussi associé à la figure de Gorgone. Le système à tête d'homme est aussi dépeint par le serpent entrelacé avec la tête de lion sur sa poitrine (Ulansey, ibid., plaque 7.19). La Gorgone est peinte du côté opposé de l'Aion et ce, sur une base régulière (Ulansey, p. 33, etc.). Il semble que la Gorgone est une représentation de l'autre moitié du système Aion. La Gorgone est l'élément opposé. On l'explique en termes bibliques comme la rébellion ou la division du deuxième quadrant, une partie de ceux-ci s'étant joint à Satan dans la rébellion. La légende de Gorgone et Perses a ainsi rapport à la rébellion dans le ciel. Satan-Perses et l'Aion se sont rebellés et il y a eu un conflit interne dans le système Aion même.

 

Loin d'être des mythes qui n'ont aucune application au modèle biblique, les mythes païens sont les revirements réels de la guerre dans les cieux donnés du point de vue opposé. Cette information influence alors grandement la compréhension de la structure céleste.

 

Le zodiaque est associé à l'Aion (plaque 7.15 et aussi plaque 7.18 de Mithra) où il émerge de l'œuf des systèmes orientaux. Ulansey considère que nous avons affaire à un symbolisme mithriaque-orphique-aionique (p. 122). Les mystères orphiques sont aussi associés à Chronos et Phanès concernant le temps. Le relief orphique de Modena dépeint Phanès, entrelacé par le serpent Chronos, émergeant de l'œuf cosmique (Ulansey, l'image 7:17) qui doit être comparé avec le dieu mithriaque standard à tête de lion. Ulansey dit que ce qui semble :

 

… être des différences entre ces deux personnages disparaît quand nous remarquons, par exemple, que le zodiaque entourant le Phanès orphique apparaît aussi sur le corps du dieu à tête de lion... et que la tête de lion du personnage mithriaque apparaît sur la poitrine du dieu orphique. Même l'œuf duquel Phanès est né semble être reflété par le globe sur lequel le personnage mithriaque à tête de lion est debout. En effet, nous savons d'une inscription gravée dans le relief de Modena que bien qu'à l'origine orphique, il est un jour entré en possession d'un initié mithriaque (p. 120).

 

Ulansey dit que l'identification entre Mithra et Phanès... est aussi explicitement certifiée par une inscription trouvée à Rome et consacrée à Zeus-Hélios-Mithra-Phanès (p. 121).

 

L'Aion ou le dieu hellénistique du temps est clairement identifié avec ce système et le zodiaque (ibid.).

 

Le système de Mithra et le zodiaque, qui lui est associé ainsi qu'aux mystères babyloniens, sont une représentation inverse du modèle biblique. Nous pouvons reconstruire le zodiaque par rapport aux tribus bibliques et nous verrons un modèle semblable mais différent à la structure identifiée par l'emplacement des tribus et les symboles qui les identifient. Ce sujet nécessite en soi un traitement à part et il sera abordé dans un proche avenir.

 

Les cultes des mystères qui ont pénétré dans le Christianisme par le système romain sont eux-mêmes représentatifs de la représentation hellénistique de la structure céleste comme elle était comprise depuis l'époque postdiluvienne. Cela montre les batailles et la cosmologie de leur point de vue. Cette vue cosmologique est toujours présente dans la société moderne.

 

L’Ordre de la Création Physique 

Dieu a donné la responsabilité de la création physique à l'Armée. Les nations ont été octroyées aux fils de Dieu selon leur nombre qui, selon la tradition, était soixante-dix, car il y avait traditionnellement soixante-dix nations dans la distribution faite par Dieu. Ce texte est trouvé à Deutéronome 32:8.

 

Deutéronome 32:8 Quand le Très Haut donna aux nations leur héritage, quand il sépara les enfants des hommes, il fixa les limites des peuples d'après le nombre des fils de Dieu. (Traduction de la RV)

 

Le terme Fils de Dieu (beny Eliym) a été trouvé dans les textes hébreux de 32:8 dans les Manuscrits de la Mer Morte (MMM). La LXX traduit le texte par anges de Dieu (aggelon Theou). Nous savons, d'après l'évidence historique, que le Texte Massorétique (TM) a été changé quelque temps après Christ pour lire les fils d'Israël. Le texte se retrouve dans la LSG, mais c'est évidemment incorrect, étant donné la LXX et les découvertes des MMM qui soutiennent la version de la LXX et que c'est aussi confirmé par d'autre littérature. La raison pour laquelle le TM a été changé semble avoir été pour limiter le concept de la Divinité. Indépendamment de ce texte, selon l'Ancien Testament, il y a de multiples fils de Dieu, Christ étant l'un d'eux avant l'incarnation.

 

Comme nous l'avons vu, les Fils de Dieu ont été organisés dans une structure de gouvernement. Cela a été nommé le Conseil des Élohim ou le Conseil des Dieux de Justice (voir aussi Sabourin, ibid.).

 

Les Psaumes se réfèrent aux élohim de plusieurs façons dans beaucoup de textes. L'Élohim d'Israël faisait partie de ce Conseil (Psaume 82:1) et ce Conseil devait être amplifié pour inclure les humains (Psaume 82:6). Les élus doivent devenir la famille du roi et, de là, des élohim, comme l'Ange de Yahovah à leur tête (Zacharie 12:8). L'Ange de Yahovah était donc un Élohim (Genèse 48:15-16 ; Zacharie 12:8 ; voir aussi l'étude L'Ange de YHVH [024]). Chaque fois que les élohim ou les fils de Dieu ont été envoyés à l'humanité, ils ont été nommés des messagers. C'est malak en hébreu ou aggelon en grec. Le mot ange signifie simplement messager. Ces anges ont été appelés Élohim et aussi Yahovah, parce qu'ils étaient des messagers pour le Conseil et pour le Dieu Très Haut ou Yahovah des Armées. L'Ange de Yahovah a été appelé le Dieu qui voit par Agar (Genèse 16:7-13), de là, le texte du Nouveau Testament à Apocalypse 2:18,25. Il a été mentionné comme Élohim et l'Ange de Yahovah de façon interchangeable (Genèse 21:17-20).

 

Yahovah est un titre partagé dérivé de Yahovah des Armées, qui est le Seul Vrai Dieu. L'Ange de Yahovah a paru pour le Seul Vrai Dieu, le Tout-Puissant, qui est Dieu le Père (par exemple, Genèse 17:1-3 ; 2Cor. 6:18 ; Apocalypse 15:3 ; 19:15 RSV ; 21:22) que personne n'a jamais vu (1Tim. 6:16 ; Jean 1:18 ; 17:3 ; 1Jean 5:20). À Genèse 18:2-3, trois êtres se présentent. Tous les trois sont mentionnés comme Yahovah. À Genèse 18:16-22, un de ces êtres nommés Yahovah est resté avec Abraham après que les deux autres soient partis pour Sodome. Ce YHVH se réfère ensuite à YHVH à la troisième personne qui bénit Abraham, indiquant ainsi des êtres multiples portant le titre de Yahovah.

 

Les êtres appelés YHVH sont mentionnés dans le chapitre 19 comme malak ou anges (Genèse 19:18 RSV ; notez que c'est un des 134 changements de Yahovah à Adonaï faits par les Sopherim). L'Ange de Yahovah est mentionné comme Élohim et Yahovah à de multiples endroits dans l'Ancien Testament (voir l'étude L'Ange de YHVH [024]). Il est le Dieu de la Maison de Dieu (El Bethel ; Genèse 28:11-21 ; 31:11-13). Cet élohim a été oint comme élohim ou Souverain Sacrificateur sur la maison de Dieu (Psaume 45:6-7 ; Hébreux 1:8-9 ; 3:6 ; 10:21). Il a béni Abraham et Isaac, comme Ismaël avait été béni par l'Ange de Yahovah, le Dieu qui voit (Genèse 35:1-13). Il était le visage de Dieu identifié comme un élohim. Cependant, Osée dit clairement qu'il était autant un élohim qu'un ange et un élohim de l'Armée (Genèse 32:24-30 ; Osée 12:3-5). Cet élohim de l'armée (ha Sabaoth) est le capitaine de l'Armée du Seigneur (ou des armées des Cieux) mentionné à Josué 5:15 (voir aussi Matthieu 24:30-31 ; 1Thes. 4:16 ; Jude 14 ; Apocalypse 19:13-14). Il a fait enlever ses chaussures à Josué, comme il avait fait enlever ses chaussures à Moïse quand il lui a donné la loi au Sinaï. Il a été mentionné comme l'Ange du Seigneur ou Yahovah et, ici, comme un ange en tant que Capitaine de l'Armée du Seigneur (c'est-à-dire le Capitaine de l'Armée). L'Ange de Yahovah a mené Israël dans le désert. 1Corinthiens 10:1-4 identifie cet être avec Christ, tout comme Étienne à Actes 7:30-38.

 

L'ange dans le buisson s'est identifié comme l'Élohi ou le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob qui était l'Ange de la Rédemption (Genèse 48:15-16). L'Ange de YHVH est appelé autant Yahovah qu'Élohim et ces titres sont interchangeables (Exode 3:1-6,10-12). Il était aussi Yahovah comme l'Ange de Dieu dans la colonne de nuée (Exode 13:21 ; 14:19,24). Cet ange, qui a conduit Israël à travers la mer, était Christ (1Cor. 10:1-4).

 

Zacharie 2:8 montre que Yahovah des Armées envoie cet être aux nations qui ont dépouillé Israël. Cet ange de Zacharie 2:3-9 est le Messie, comme Yahovah, et il est envoyé par Yahovah des Armées.

 

Il devrait être évident maintenant que les Fils de Dieu reçoivent leur pouvoir et leur position de Dieu. Ils sont assis comme un Conseil avec le Dieu Très Haut, comme objet de révérence, et avec le Messie, comme Souverain Sacrificateur (Psaume 86:8 ; 95:3 ; 96:4,5 ; 97:7,9 ; 135:5 ; 136:2 ; 138:1 ; Apocalypse 4:1 à 5:14).

 

Ces êtres sont le Conseil intérieur qui sont au nombre de trente. Il est compris de vingt-quatre anciens sous le Souverain Sacrificateur, qui est l'Agneau ou le Messie. Le conseil a quatre créatures qui semblent avoir des fonctions administratives qui ont rapport au contrôle des situations dans l'Armée. Cela sera examiné plus tard dans la série (Apocalypse 4:1 à 5:14).

 

Le dénombrement des trois et des trente en Israël sous David (1Chron. 11:12,15) semble être aussi symbolique des élohim intérieurs comme structure administrative, c'est-à-dire Christ, Moïse et Élie (Marc 9:4) à la tête des trente.

 

Dieu est ainsi le centre du Conseil. Il partage le pouvoir avec Christ et l'Armée au moyen de Son Esprit Saint. Satan était un des deux Chérubins Protecteurs. Les quatre créatures vivantes et le Conseil accomplissent leurs tâches dans l'Armée qui sont liées à l'administration et au jugement. L'Armée entière est directement unie à Dieu par l'Esprit Saint. Ainsi, le chef de chaque homme est Christ et le chef de Christ est Dieu (1Cor. 11:3). C'est aussi reflété dans l'Armée. Les fonctions déterminantes du Conseil ne sont donc pas hiérarchiques.

 

Le Messie a été oint comme Souverain Sacrificateur au-dessus de ses collègues (Psaume 45:6-7 ; Hébreux 1:8-9). Il est venu pour racheter l'humanité et réconcilier la création avec Dieu. Cela inclut l'Armée. La Bible est tout à fait claire que Christ a la même origine que nous tous (enos pantes, KJV et RSV ; voir Interlinéaire de Marshall, enos = un ; pantes = certainement, de n'importe quelle façon ; voir Thayer, p. 476, ils sont d'un, complètement, à tous égards. La NIV le traduit de la même famille pour limiter les implications). Celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés ont une même origine (Hébreux 2:11). Christ déclare qu'il n'a pas honte de proclamer notre nom comme les enfants que Dieu lui a donnés. Il nous proclame comme ses frères devant ses frères en chantant notre éloge (lit. nous chante un hymne) (Psaume 22:22). Il le fait dans l'église (ecclessia) ou la congrégation (SHD 6951 qâhâl, assemblée dans son aspect militaire) de ses frères, parce qu'il a confiance en Dieu qui ne lui a pas caché Sa face (Hébreux 2:11-13 ; voir Psaume 22:22-24 ; 2Samuel 22:3 ; Ésaïe 8:18 ; voir aussi la Bible Interlinéaire de Green). Hébreux 2:16 est traduit car il n’a pas pris la nature des anges dans la KJV. Mais nous voyons qu'ils sont ses frères, comme nous le sommes. La RSV traduit le texte plus correctement par : Car sûrement ce n'est pas avec les anges qu'il est concerné, mais avec les descendants d'Abraham. Christ a été envoyé à l'humanité pour racheter le monde comme les enfants d'Abraham. L'Armée loyale avait déjà prouvé sa loyauté. Pourquoi, comme fils de Dieu et frères de Christ, auraient-ils besoin de sa présence ? La rédemption devait avoir lieu parmi les hommes, en chair et en sang. Pour le faire, Christ, comme le Souverain Sacrificateur oint, a dû abandonner sa position et sa vie, en faisant confiance à Dieu. Il a dû démontrer sa fidélité et sa confiance et qu'il était digne d'hériter le Haut Sacerdoce et le Royaume. Il a dû donner sa vie et mourir et c'était possible seulement comme homme. Il nous a sanctifiés ainsi que l'Armée et nous a rachetés ainsi que l'Armée à Dieu (voir aussi Apocalypse 4:1 à 5:14, en particulier 5:5-14).

 

Par quelle autorité biblique est-il affirmé que Christ a une origine ou une cause différente que l'Armée et nous tous qui sommes les produits du Père ? N'avons-nous pas tous un seul père, notre créateur ? (Mal. 2:10). Christ n'est pas le Seul Vrai Dieu, Éloah, le Dieu Très Haut (Deutéronome 32:8 ; Proverbes 30:4-5 ; Jean 17:3).

 

Christ est le seul Dieu né (Jean 1:18), désigné élohim au-dessus de ses collègues (Psaume 45:6-7 ; Hébreux 1:8-9). Ce terme de monogenes theos ou seul Dieu né (voir ci-dessus) est traduit seul fils engendré par les Trinitaires et Binitaires. Christ était un des Fils de Dieu mais il a été le seul à mettre de côté sa position et sa forme et à devenir humain (Philippiens 2:6-8 RSV) comme le seul élohim ou theos né (voir l'étude La Préexistence de Jésus Christ [243]. Il était, jusqu'à ce moment-là, le premier engendré ou prõtotokos de chaque créature (Colossiens 1:15). Il a été destiné à devenir le premier engendré d'entre les morts (Colossiens 1:18). Il est le début de la création de Dieu (Apocalypse 3:14). Dieu l'a envoyé dans le monde (Hébreux 1:6). Il est le seul élohim ou theos né, mais le premier engendré de la création et le premier engendré des morts. Il a réalisé la position de Fils de Dieu avec pouvoir par sa résurrection d'entre les morts (Romains 1:4).

 

La question de l'adoption ne se pose pas avec aucun de ceux de l'Armée des Élohim. Ils sont tous Fils de Dieu en vertu de l'extension de l'Esprit Saint (voir les études L'Esprit Saint [117] et Consubstantiel avec le Père [081]).

 

Beaucoup de Fils de Dieu ont été déchus du pouvoir et de la grâce à cause de la rébellion. Ils avaient l'Esprit Saint, comme nous l'avons, à savoir par la grâce de Dieu. Christ détient ce pouvoir par la grâce de Dieu.

 

L'élohim d'Israël, à savoir Jésus Christ, a été oint comme élohim par son élohim au-dessus de ses collègues (Hébreux 1:8-9 ; voir Psaume 45:6-7). L'affirmation par le Binitarisme que Christ est un de deux Dieux qui étaient de vrais Dieux à partir du commencement, coéternels et coégaux, est contraire à l'Écriture. Christ et la création ont une origine, à savoir ils sont les produits du Seul Vrai Dieu qui a envoyé Son fils Jésus Christ pour racheter la création (Jean 17:3 ; 1Jean 5:20). Aucun homme n'a vu Dieu ou ne peut voir Dieu parce qu'Il demeure dans une lumière inaccessible et Il ne peut pas être vu par les humains. Lui seul est immortel (Jean 1:18 ; 1Tim. 6:16).

 

C'était la vue de la première Église, mais c'est interprété de façon à insinuer l'adoptianisme.

 

L'œuvre de la fin du premier siècle ou du début du deuxième, Le Berger de Hermas, a été, à l'origine, incluse dans le canon dans plusieurs secteurs de l'Église (voir l'étude La Bible [164]). Irénée, de l'école de Jean, le cite comme Écriture. Il dit (voir Sim. v. et ix, 1,12) selon les paroles d'Harnack (Hist. of Dogma (Histoire de Dogme) [tr. ang.] I. 191 n. ; voir Burn, Adoptionism, ERE, Vol. I, p. 103).

 

‘L'Esprit Saint - ce n'est pas certain s'Il est identifié avec l'Archange en chef - est considéré comme le Fils préexistant de Dieu, qui est plus vieux que la création, non, qui était le conseiller de Dieu à la création. Le Rédempteur est l'homme vertueux choisi par Dieu, avec qui cet Esprit de Dieu a été uni. Comme Il n'a pas souillé l'Esprit, mais l'a gardé constamment comme Son compagnon et a effectué le travail pour lequel la Déité l'avait appelé, non, a fait plus que ce qu'on lui a commandé, Il a été, en vertu d'un décret Divin, adopté comme un fils et glorifié [megale ezousia kai kuriotes].

 

Nous voyons ici la vue timidement avancée par Harnack qui joint le Christ préexistant à l'Esprit Saint, faisant des deux l'Archange en chef qui a alors été joint au fils humain de Marie. C'est une vue incorrecte de la structure biblique et du Berger de Hermas. La première Église considérait que Christ était un Fils de Dieu et l'Archange de Yahovah mentionné dans l'Ancien Testament. Juda et quelques branches de la première Église comprenaient que le Messie était Michel (cf. Daniel 10:13,21 ; 12:1 ; Jude 9 ; Apocalypse 12:7). Les implications du nom et les fonctions de Raphaël pourraient aussi être associées au Messie. Raphaël signifie simplement Dieu a guéri. Le message de la résurrection est aussi impliqué dans le nom et les responsabilités correspondent aussi à celles du Messie. Le Messie a la responsabilité de l'esprit des hommes à partir de la résurrection et du jugement. La compréhension de cette activité était au moins présente parmi les anciens Hébreux.

 

Les théologiens et apparemment Harnack lui-même, comprennent mal la relation entre l'Esprit Saint et les Fils de Dieu. Dans chaque cas, ils essayent de dire qu'un seul Fils de Dieu existait avant la création physique et l'incarnation, quand ce n'est pas la position biblique et c'est faux (Genèse 6:4 ; Job 1:6 ; 2:1 ; 38:4-7). Ils n'arrivent pas à comprendre que l'Esprit Saint est la puissance de Dieu qui confère le statut de fils et la nature de Dieu à tous, tant à ceux dans le ciel qu'aux élus. Nous participons tous à la nature divine (2Pierre 1:4).

 

Les Fils de Dieu sont un ordre entier d'êtres, Christ étant un parmi beaucoup de ces êtres. Ils semblent s'étendre du Conseil à une structure plus grande de l'Armée, se chiffrant à mille. Job dit qu'un parmi mille rachèterait l'homme (Job 33:23-34). Ceux de l'Armée ont été envoyés comme messagers. Ils sont nos frères (Apocalypse 12:10). Nous serons égaux avec eux dans le Royaume (Luc 20:36). Nous serons des enfants de Dieu (Matthieu 5:9) et des élohim (ou theoi) (Zacharie 12:8 ; Jean 10:34-36) et l'Écriture ne peut pas être anéantie.

 

Les Fils de Dieu que nous comprenons comme l'Armée angélique ont été envoyés pour exercer un ministère pour nous (Hébreux 1:14) pour que nous puissions hériter le Royaume de Dieu. Ni eux ni nous ne sommes diminués par cette activité de Dieu. Une telle notion est de la propagande satanique.

 

Les affirmations que l'Ange de Yahovah est un Élohim sont constantes partout dans l'Ancien Testament et renforcées par le Nouveau Testament.

 

Les élus humains reçoivent l'esprit d'adoption, comme enfants de Dieu, qui se produit finalement à la rédemption de nos corps (Romains 8:15,23 ; 9:4 ; Galates 4:5 ; Éphésiens 1:5 ; voir l'étude Né de Nouveau [172]). La manifestation finale des Fils de Dieu ne s'est pas encore produite et nous attendons cette phase qui se produira à la résurrection (Romains 8:19-23). Les Fils de Dieu se développent donc sur la phase entière de la création.

 

Il est aussi absurde de suggérer que ceux de l'Armée ne sont pas des Fils de Dieu que ce l'est de suggérer que nous ne sommes pas et ne serons pas des Fils de Dieu avec pouvoir à partir de la résurrection d'entre les morts, comme Christ l'est (Romains 1:4). Ceux de l'Armée ont été des Fils de Dieu dès leur création. Nous sommes des fils par notre adoption. Ils ont reçu l'Esprit Saint dès le début. Nous l'avons reçu à notre baptême. Chacun le reçoit par la grâce de Dieu. Christ est aussi dépendant de Dieu pour la vie éternelle que nous le sommes tous. Nous avons tous une origine, à savoir Éloah, le Seul Vrai Dieu (voir les études L'Esprit Saint [117], L'Immortalité [165], La Déité de Christ [147] et La Préexistence de Jésus Christ [243]).

q